Moselle Sport, votre mensuel n°1 sur le sport mosellan

Le Top 5 des rumeurs les plus folles

Rumeur (nom féminin – latin rumor, -oris) : Nouvelle, bruit qui se répand dans le public, dont l’origine est inconnue ou incertaine et la véracité douteuse.
Qu’elle vienne de la presse, des forums Internet, des agents de joueurs ou même des dirigeants de clubs eux-même, la rumeur est devenue une vraie force de vente pour les journaux, un vrai trompe-l’oeil gagnant pour les sites web et surtout, l’occasion pour certains joueurs, de refaire parler d’eux. Voici un florilège de ce que vous avez pu lire ou croire à propos du club grenat.

5 – Un géant du Milan AC entraîneur du FC Metz

L’été dernier, après la fin de l’aventure de Dominique Bijotat, le FC Metz s’est mis à la recherche d’un entraîneur susceptible de faire remonter le club en Ligue 2 au plus vite. De nombreux noms ont circulé sur la succession de « Bibi », parmi eux, les éternels marronniers – Patrick Remy, Victor Zvunka, Didier Ollé-Nicolle – mais aussi des noms plus farfelus – Gérard Gili, Alain Giresse, Christophe Marichez. Et parmi ces effets d’annonce, l’un d’entre eux a surpris plus d’un supporter : celui de l’ancien défenseur international italien du Milan AC, Alessandro Costacurta. Aujourd’hui âgé de 47 ans, l’ancien acolyte de Paolo Maldini aurait été sondé. Costacurta en D3 française… Non mais allô quoi.

4- 1998, l’année de tous les fantasmes

Aussitôt la Coupe du Monde 1998 terminée, le FC Metz a été cité dans de nombreuses destinations de joueurs pour remplacer Robert Pirès parti voir si Notre-Dame-de-la-Garde était plus jolie que la cathédrale de Metz. Cet été-là, l’attaquant mexicain Luis Hernandez, meilleur buteur des Aztèques (4 buts) lors du Mondial français, a été souvent cité. Tout comme les frères Mpenza, Mbo et Emile, qui forment au Standart de Liège, à cette époque, un duo de feu. Finalement, on aura Nenad Jestrovic en provenance de Bastia. C’est ballot hein ?

 

3- Le retour de l’enfant-roi

Robert Pires de retour en Lorraine ? En 2006, au micro d’Europe 1, le milieu de terrain français alors à Villarreal avait évoqué cette éventualité. « Quand je suis parti de Metz, on s’était dit avec M. Molinari qu’on allait signer ensemble (plus tard), a développé Pires. Je ne ferme jamais les portes, toutes les opportunités, je les étudie. » Agé alors de 33 ans et tout juste remis d’une blessure qui l’avait écarté des terrains près de 8 mois, l’international français se sentait encore capable de relever le défi. « (Un retour à Metz) n’est pas d’actualité. Mais j’y pense. Pour 2007-08, ce n’est pas possible. On en reparlera en avril 2008. » Ou pas. Le téléphone n’a jamais sonné. SFR dit qu’il n’y est pour rien.

2- Ahn Jung-hwan aurait marqué plus de 2 buts à Metz

Fantasme, poisson d’avril, faute de frappe… tout ce que vous voulez mais cette information est belle et bien une rumeur. L’attaquant sud-coréen n’a pas dépassé le chiffre de 2 buts en quatre mois à Metz. Même Sangoku aurait fait mieux sans les boules de cristal.

 

1- Carlo Molinari impliqué dans le décès de Jules Bocandé

Ancien joueur et entraîneur de l’équipe nationale, Jules Bocandé nous a quitté le 7 mai 2012 à Metz. Les superlatifs affluent pour un « homme au destin exceptionnel, courageux et dévoué pour son pays ». Et ce n’est sûrement pas cette mort étrange et inexpliquée, à 53 ans, des suites d’une opération chirurgicale à Metz, qui donnera tort à la providence. L’histoire veut que Carlo Molinari ait trempé dans l’affaire : la vindicte populaire a de toute façon besoin de coupables tangibles. Rumeur folle et accusatoire, Carlo Molinari était avant tout très proche de Jules Bocandé tout au long de sa maladie, lui apportant un soutien sans faille. On ne rigole plus, et on passe à autre chose.

Photo : DR - Article publié le 17 avril 2013

© Moselle Sport 2022 | Conditions générales de vente | Politique de confidentialité