Moselle Sport, votre mensuel n°1 sur le sport mosellan

AS Pouilly/Metz Volley : Toujours plus haut

L’AS Pouilly-Metz Volley a réussi son coup. À la surprise générale et alors que le club visait modestement le maintien, les Messins ont brillamment obtenu la troisième place de Nationale 2, juste derrière Villefranche Beaujolais et Mendé Lozère. Un coup d’éclat pour le club, promu en N2 il y a tout juste trois ans. Zoom.

Lors de notre première visite sur les terrains de l’AS Pouilly-Metz Volley, le club venait de conclure un exercice réussi. Survolant son groupe de Nationale 3, l’ASPM montait logiquement en N2 avec l’espoir d’y faire bonne figure. C’était il y a tout juste trois ans. Pari réussi. « L’objectif, chaque saison, est le maintien, observe Mohammed El Khaoua, entraîneur-joueur de l’équipe. Ce que nous avons fait cette saison est vraiment exceptionnel puisque nous affrontions des équipes qui descendaient de Pro B comme Narbonne et qui sont derrière nous au classement. Bravo aux joueurs. » Depuis le mariage de raison entre la section féminine de Pouilly et les hommes de feu le SMEC Volley à l’été 2009, le voyage de noces n’est pas encore achevé. Entraîneur-joueur des garçons, l’ancien international marocain, Mohammed El Khaoua a su insuffler sa soif de victoire, née au Maroc, il y a 47 ans. « Cette double caquette n’est pas forcément évidente à porter. Ce serait plus simple de se reposer sur quelqu’un d’expérience pour prendre ma succession mais ce n’est pas évident à trouver. J’ai la chance d’avoir un groupe concerné et travailleur. C’est aussi grâce à cela que nous avons fait une si belle saison. » Avec plus de 30 ans passés sur les terrains de volley-ball sans coup férir, l’ancien international marocain savoure le chemin parcouru par son club depuis la fusion, il y a cinq ans. « Pour le moment, nous avons des infrastructures et un budget insuffisants pour espérer monter à l’échelon supérieur. Mais pourquoi ne pas viser la montée dans les années à venir, à condition d’obtenir plus d’aides et de soutien des sponsors. Et on aura aussi les moyens de faire venir des joueurs. »

« Caresser l’idée de monter »

Pour celui qui a manqué d’un cheveu les Jeux olympiques de Séoul en 1988 avec la sélection du Maroc (25 sélections) – « La qualification pour les JO s’était jouée à rien. On avait manqué le coche je garde un bon souvenir de ma période avec l’équipe nationale du Maroc » – pas question, pour l’instant d’arrêter de jouer, même à 47 ans. « Tant que le corps et mes jambes suivent, je n’ai pas l’intention d’arrêter de jouer. J’essaie d’apporter mon expérience aux plus jeunes. » Arrivé en France, en 1988, à Villeneuve-D’Ascq en Pro B, avant d’aller au MAC Volley de Maizières-lès-Metz, avant d’obtenir plusieurs titres de champion du Luxembourg et de jouer la Ligue des Champions avec le club de Mamer VC, il pose ses valises à Metz, au SMEC, devenu Pouilly-Metz en 2009. Lors de notre première visite, en avril 2011, son ambition n’avait pas de limite. « Cette montée (en Nationale 2, à l’époque, NDLR) n’est pas une fin en soi. Nous ne souhaitons pas que participer en N2, il faudra jouer le coup à fond et pourquoi pas jouer la montée rapidement. L’appétit vient en mangeant. » Ils visaient la montée en trois ans. En 2014, l’objectif n’est pas loin d’être atteint avec une belle troisième place obtenue sur le troisième exercice. « Cela nous donne des idées, explique Mohammed El Khaoua. Quand on voit ce que l’on a réussi à faire cette année (victoire contre Mendé Volley Lozère, actuel deuxième du championnat, et défaite accrochée 3-2 à deux reprises contre le leader Villefranche Beaujolais, NDLR), on peut tenter de caresser les favoris l’an prochain. À nous de tout mettre en œuvre pour y parvenir. » Et ainsi continuer cette impressionnante progression.

Photo : DR - Article publié le 10 juillet 2014

© Moselle Sport 2022 | Conditions générales de vente | Politique de confidentialité