Moselle Sport, votre mensuel n°1 sur le sport mosellan

Le jour où Constance Sibille a fait le plus grand exploit de sa carrière

Dimanche 28 octobre, quand Constance Sibille (22 ans), 480e joueuse mondiale, pénètre sur le court du tournoi anglais de Barnstaple pour le deuxième tour des qualifications, elle ne sait pas encore qu’elle a rendez-vous avec le plus grand exploit de sa carrière.

Jeudi 25 octobre : « Je me rends à Barnstaple, ville paumée du sud-ouest de l’Angleterre pour participer à un tournoi à 75 000 $ que je n’aurais jamais dû faire. Je m’étais inscrite pour le tournoi de Nantes mais ayant oublié de me désinscrire de celui-ci, j’ai dû, bon an mal an, m’y rendre. Gênée par une contracture aux ischio-jambiers et après plus de 5 heures de train pour faire Londres-Barnstaple, je me dis que ça commence bien mal… »

Dimanche 28 octobre : « Après avoir eu la chance d’être exemptée au 1er tour de qualif’, j’affronte au 2e tour l’Américaine Tori Kinard, 630e mondiale. Malgré ma contracture, je m’applique et remporte ce match relativement difficilement 6/0-4/6-7/5 après un premier set facile. L’appréhension peut-être, le relâchement sans doute. »

Mardi 30 octobre : « Après un 3e tour de qualif’ sans encombre, j’ai la chance de tomber sur une wild-card en 1/16e de finale : Sabrina Bamburac, 822e mondiale. Face à l’un des espoirs du tennis anglais, je commence à avoir mal aux abdominaux au bout du 3e match en 3 jours. Mais je joue détendue et m’impose relativement facilement 6/0-6/2. »

Mercredi 31 octobre : « Le match précédent a été pour moi un déclic. Le niveau de jeu que j’ai atteint ce jour-là me fait penser que je suis capable de faire de grandes choses. Et face à la régionale de l’étape, tenante du titre, Anne Keothavong, 123e mondiale, j’ai l’occasion de frapper un grand coup. Je perds le 1er set 6/3 face à une joueuse qui frappe fort. Je ne sais pas ce qui s’est passé mais j’ai l’impression de tout réussir. Je marche sur l’eau. Et devant 400 personnes, je parviens à gagner 3/6-6/3-7/6. J’ai pleuré de joie après ce match, j’étais tellement heureuse. »

Jeudi 1er novembre : « En 1/4, j’affronte la Tchèque Eva Birnerova, 124e. Je suis proche de l’abandon car j’ai de plus en plus mal aux abdos. Mais je tente le tout pour le tout et ça marche ! Je gagne 6/4-6/4 sans trop savoir comment. Qu’est-ce qui m’arrive ? Je suis sur un nuage. Je me qualifie pour les ½ du plus gros tournoi de ma carrière ! »

Vendredi 2 novembre : « Malgré la fatigue, je suis survoltée en arrivant sur le court central. Mon adversaire du jour, l’Allemande Annika Beck, 77e mondiale, est zen. C’est un rouleau compresseur qui ne fait aucune faute. Trop forte pour moi, je m’incline 6/4-6/1. J’ai eu le droit à une ovation du public. À 100% physiquement, je suis sûre que j’aurais pu l’inquiéter plus. Ce tournoi me permet de passer à la 340e place mondiale et ainsi gagner 140 places au classement WTA ! Ce tournoi fut un déclic. Je suis capable, et compte vite le prouver. » 

Photo : DR - Article publié le 1 février 2013

© Moselle Sport 2022 | Conditions générales de vente | Politique de confidentialité