Moselle Sport, votre mensuel n°1 sur le sport mosellan

Ludovic Morainville : champion du monde !

L’histoire d’amour de Ludovic Morainville avec le tennis de table ne date pas d’hier. Elle remonte à plus de dix ans désormais. C’était le temps des premiers Jeux Olympiques de Stéphane Molliens à Athènes en 2004. 11 ans plus tard, Ludovic est devenu champion du monde de la discipline au sein de la première équipe Trisomie 21 à Johannesburg.

Ludovic Morainville. Ce nom ne vous dit probablement rien. On ne vous en blâmera pas. Mais sachez que Ludovic Morainville est depuis la fin du mois de novembre, champions du monde de tennis de table au sein de l’équipe de France Trisomie 21, la première du genre. Organisés par la FFSA (Fédération française de sport adapté) à Johannesburg, ces championnats uniques au monde ont permis à Ludovic d’évaluer le potentiel national face au gratin mondial. Pour comprendre comment on est arrivé à ce stade-là, il faut (re)poser ses valises en Grèce, à Athènes plus précisément. Au cours de la saison 2003-2004, Metz Moulins Handisport prépare ses athlètes phares – Michel Schaller et Stéphane Molliens – à l’événement planétaire que les sont les JO d’Athènes. Dans ce cadre, le club vidéo amateur de Norroy-le-Veneur animé par Patrice Bourson et Pedro Rodriguez, deux enseignants se propose de suivre les deux champions lors de leur périple grec. « Je me souviens d’avoir immédiatement adhéré à cette belle initiative », se souvient Jean-Marie Donatello, le président de MMH. « À cette époque-là, les Jeux paralympiques n’étaient pas aussi médiatisés qu’ils ne le sont aujourd’hui. C’était donc une formidable occasion de faire connaître la cause des athlètes handisport au grand public et en particulier à destination des jeunes générations, le film devant être projeté dans les lycées. » Dans les bagages de Messieurs Bourson et Rodriguez se trouvait aussi Ludovic Morainville, un jeune homme de 25 ans passionné de vidéo. Sur place, il officie pour la mise en place du film, assure les reportages et rentre en France… conquis par le tennis de table ! Dès lors, il se rapproche de MMH pour exprimer son désir de pratiquer le tennis de table en compétition et de faire partie d’une équipe. « Nous l’avons bien sûr encouragé même si nous savions que malgré son vœu pieux, les choses ne seraient pas forcément évidentes à se réaliser », poursuit le président.

3 titres en 1 saison

Mais c’est mal connaître Ludovic Morainville. Le jeune homme s’accroche. Il prend une licence loisirs ainsi qu’une licence handisport, « bien qu’il ne puisse pas faire de compétition en raison de son handicap. » Peu importe, Ludovic travaille d’arrache-pied et assouvit sa passion d’années en années. « Jusqu’à la saison 2012-2013 où nous, en tant que club, décidons de nous affilier à la Fédération française de sport adapté. » Un acte lourd de conséquences puisque la compétition interdite pour ce type de handicap par la FFH, ne l’est plus en FFSA. Les résultats ne se font pas attendre : à l’issue de la saison, trois joueurs atteints de cet handicap et licenciés à MMH, glanent trois titres au niveau régional. « Ludovic est sacré champion de Lorraine en D2, Pierre Lemoigne de D1 tandis que Kevin Seibel monte sur la 3e marche du podium de D1. » Des performances qui leur permettent de se qualifier aux championnats de France. Bis repetita en 2014-2015. « Or, là, Ludovic va être repéré par Yves Drapeau, le directeur technique national qui va le solliciter pour participer à des stages nationaux. » Il enchaîne alors des stages aux Creps* de Poitiers, de Reims et très récemment de Rouen. « C’est ici qu’a été prise la décision de constituer une équipe de France Trisomie 21 pour aller disputer les championnats du monde à Johannesburg. »

Entraînement spécifique

Au même titre que Rome ne s’est pas faite en un jour, le parcours de Ludovic a pris du temps. Beaucoup de temps aux bénévoles et à aux référents, en particulier à Jean-Claude Kihl et à Christian Grelot qui le suit. « Ludo est un gars attachant et volontaire. Il ne rechigne pas à la tâche. C’est ce qu’il faut par rapport aux entraînements spécifiques qu’il doit assumer. » En effet, étant plus lent de par son handicap, il doit s’astreindre à suivre un entraînement concocté par les instances fédérales, basé sur la décomposition des gestes et sur un travail accru sur le physique. « Pour la saison 2015-2016, nous nous sommes également adjoints les services de Celian Duval de Metz TT qui vient nous prêter main-forte pour l’entraînement de nos joueurs, Ludovic y compris. » En attendant, le résultat est là. Ludovic Morainville s’est installé sur le toit du monde !

Photo : Moselle Sport - Article publié le 1 décembre 2015

© Moselle Sport 2022 | Conditions générales de vente | Politique de confidentialité