Moselle Sport, votre mensuel n°1 sur le sport mosellan

L’ITW décalée de Greg Tony (muay-thaï)

Champion du monde de muay-thaï en 2005, champion du monde de K1 en 2012 et multi champion de France de boxe dans la catégorie poids lourds, Greg Tony s’est prêté au jeu de l’interview décalée. 

Premier surnom ?

« Le « Gentleman » qui m’a été donné durant ma carrière car lors des pesées, je venais toujours bien habillé. Que ce soit en costard ou en chemise et pantalon alors que, systématiquement, mon adversaire venait en survêtement. Du coup, on m’a donné ce surnom. »

Première fois KO sur le ring ?

« En 2004 à Bercy. Sur un coup de pied d’Alexandr Oustinov, un Russe. »

Premier souvenir de dessin animé d’enfance ?

« Dragon Ball Z… non non, je dirais plutôt les Chevaliers du zodiaque. Encore mieux (sourire). J’adorais ce dessin animé quand j’étais gosse. On avait la chance d’avoir la télévision à la maison donc j’en profitais. »

Premières vacances en solo ?

« À 18 ans, mais je n’en ai aucun souvenir… À vrai dire, j’ai eu la chance de beaucoup voyager pour ma carrière sportive que je mélange un peu tout. Je suis tout le temps en vacances moi (rires). »

Première voiture ?

« C’était une Austin Metro à mes 18 ans. »

Premier grand combat de votre carrière ?

« Un combat en 2001 contre Jörgen Kruth (Suède), une star du K1 que personne ne voulait affronter à cette époque-là. J’avais remplacé Jérôme Le Banner. C’est un souvenir très dur car le combat était compliqué et j’ai gagné par disqualification. Kruth, pour se venger de lui avoir cassé les côtes, il m’a volontairement frappé à plusieurs reprises dans l’entre-jambe, ce qui est interdit. Et aujourd’hui, je le sens toujours (rires). »

Première grande victoire nationale et internationale ?

« Un championnat du monde amateur en 2000 en Grèce. J’avais fait quatre combats et j’avais mis quatre KO dont le champion du monde en titre. »

Premier concert ?

« Tina Turner au Zénith de Nancy en 1994. Énorme souvenir car grande performance de la chanteuse. »

Premier amour ?

« Je n’ai pas souvent été amoureux dans ma vie… C’est compliqué comme question… Je dirais la femme qui partage ma vie depuis quatre ans. »

Premier grand souvenir de télévision ?

« L’émission Dance Machine sur M6 que je ne loupais jamais. Et en sport, c’est le terrible effondrement de la tribune au stade Furiani de Bastia en 1992 sur TF1. J’ai été très marqué par cette catastrophe. »

Première grosse blessure ?

« Un bras cassé en 2006. C’était mon entraîneur qui m’avait fait cette blessure cinq jours avant un combat. J’ai quand même combattu… et j’ai gagné aux points (sourire). »

Première bagarre ?

« Quand j’étais en CP… c’était à Vandœuvre. Un garçon de l’époque, qui est devenu plus tard un ami, Mounir, m’avait mis un coup de poing. Je suis rentré en pleurant chez moi. Mon grand frère m’a demandé ce qui s’était passé et quand je lui ai raconté l’histoire, il m’a accompagné revoir Mounir pour que je lui rende la pareille. Ce que j’ai fait. De toute façon, il ne m’avait pas laissé le choix (rires). »

Première idole de la boxe ?

« Mike Tyson évidemment. Et dans ma discipline, le K1, je citerais Peter Aerts et Ernesto Hoost, deux combattants néerlandais qui m’ont marqué. »

Première idée de reconversion ?

« Le golf. J’ai commencé depuis l’année dernière et j’y suis deux fois par semaine. J’adore ce sport, tu te promènes, tu prends ton temps, tu vis. »

Photo : DR - Article publié le 4 juillet 2014

© Moselle Sport 2022 | Conditions générales de vente | Politique de confidentialité