Moselle Sport, votre mensuel n°1 sur le sport mosellan

La Golden League pour la France !

Magnifiques en seconde mi-temps, les joueuses de l’équipe de France ont dominé la Norvège et s’adjugent la deuxième édition de la Golden League. L’Euro peut venir sereinement, les Bleues sont prêtes !

Face à une équipe norvégienne très mobilisée, qui jouait là son dernier grand test avant l’Euro, les Françaises n’ont pas tardé à être mises en difficulté lors du premier acte. « On a fait une mi-temps à l’envers et une autre à l’endroit, précise le sélectionneur, Olivier Krumbholz. La première était médiocre, on était en difficulté dans tous les domaines. On a bien dominé la deuxième, avec beaucoup de tenue, une bonne défense 1-5 et des arrières comme Marie-Paule Gnabouyou et Audrey Bruneau qui ont apporté du punch et nous ont soulagés en marquant quelques buts. » Après dix minutes équilibrées (5-5), la Norvège, emmenée par une Riegelhuth très inspirée, prenait la mesure des Bleues grâce à un bloc défensif très au point. Hormis Audrey Bruneau en début de rencontre, les arrières françaises ne réussissaient pas à trouver des solutions franches, alors qu’Oliver Krumbholz leur donnait pourtant toutes du temps de jeu.

« Cela fait du bien, surtout après la Golden League du mois d’octobre. On a gagné trois fois et retrouvé du jeu collectif », ajoute Audrey Bruneau. En défense, l’entraîneur français profitait également de ce début de rencontre pour tenter différents systèmes (notamment une 2-4 d’entrée avec Allison Pineau et Audrey Bruneau en pointes), sur lesquels la Norvège parvenait à bien s’adapter. La France comptait jusqu’à six buts de retard (7-13, 25e) et atteignait le repos cinq unités derrière leurs hôtes. Au retour des vestiaires, changement de décor. La 1-5 française, avec Allison Pineau en pointe, allait faire merveille pendant trente minutes. Et en attaque, les coéquipières de Katty Piéjos prenaient le dessus physiquement, grâce notamment à la puissance d’une Marie-Paule Gnabouyou chauffée à blanc et d’une Audrey Bruneau tranchante. « Je ne pense pas avoir gagné ma place pour l’Euro sur ce match, mais j’ai montré que je pouvais être présente quand il le fallait. J’ai essayé d’être tranchante, et malgré les deux tirs que je rate, l’envie était là. Je joue moins stressée, plus libérée dorénavant. J’ai compris que ce n’était pas en stressant comme une malade avant un match que j’allais pouvoir montrer ce que je sais faire. Olivier me fait confiance, et les filles m’aident beaucoup, me parlent beaucoup. A force, tu sens le soutien du groupe autour de toi et tu as envie de rendre l’appareil », ajoute Audrey Bruneau.

 

Pineau et Lacrabère donnaient le rythme, et les Françaises revenaient petit à petit au score et passaient même en tête devant un public norvégien incrédule (19-18, 48e). Dès lors, la fin de match était très disputée, avec la tension des grands matches et deux équipes très concernées. La Norvège jetait toutes ses forces dans la bataille, Lunde-Haraldsen assurait sa part de travail dans les buts, mais la France prenait le dessus de façon méritée, avec une Linda Pradel qui répondait présente dans les buts (23-21, 57e). Grâce à ce troisième succès en trois jours, la France remporte la deuxième étape de la Golden League et s’affirme comme un favori pour l’Euro. « Ce tournoi ne fait pas de nous les favorites de l’Euro, mais nous posent comme une des équipes favorites. Tout le monde n’a pas joué à 100% ce week-end, il faudra s’attendre à un autre Danemark et à une autre Suède à l’Euro », tempère Raphaëlle Tervel.

 

Les Bleues livreront un dernier match de préparation contre l’Espagne, un autre favori, vendredi prochain (21h à Cannes), avant de s’envoler pour la Serbie dimanche et d’affronter la République de Macédoine, le Danemark et la Suède au premier tour.

 

France / Norvège : 23-22 (9-14).
Golden League, 3e match.
Bergen (Norvège), Haukelandshallen. 3500 spectateurs (salle pleine).
Arbitres : MMmes Maric et Masic (SER).
FRANCE. Gardiennes : Pradel (8 arrêts en 51 min dont 1/3 pen.), Darleux (0 arrêt en 9 min dont 0/1 pen.). Joueuses de champ : Dancette, Kanto 1/2, Ayglon 1/2, Daudé 0/2, Pineau 2/5 (1 passe décisive), Mendy 1/4, Baudouin 6/8 (dont 4/5 pen.) (1), Gnabouyou 4/8, Bruneau 3/5 (1), Dembélé 3/4, Goiorani, Tervel (cap.), Piéjos, Lacrabère 2/5. Entraîneur : Olivier Krumbholz. Interceptions : 4. Balles perdues : 11. Exclusions temporaires : Ayglon (14e), Gnabouyou (26e), Piéjos (38e), Mendy (58e).
NORVEGE. Gardiennes : Solberg, Lunde-Haraldsen (12 arrêts en 60 min dont 1/5 pen.). Joueuses de champ : Næss, Oftedal 0/1, Alstad 1/3, Løke 2/4, Breivang (2 passes), Lunde-Borgersen 2/3 (2), Edin 3/5, Frafjord (cap.) 1/1, Bjørndalen 1/2 (1), Sulland 4/8 (dont 1/1 pen.) (1), Riegelhuth-Koren 5/6 (dont 1/1 pen.) (2), Gossé 2/4 (dont 1/2 pen.), Jacobsen, Herrem 1/2. Entraîneur : Thorir Hergeirsson. Interceptions : 3. Balles perdues : 14. Exclusions temporaires : Alstad (18e, 38e), Riegelhuth-Koren (57e).

Photo : DR - Article publié le 26 novembre 2012

© Moselle Sport 2022 | Conditions générales de vente | Politique de confidentialité