Moselle Sport, votre mensuel n°1 sur le sport mosellan

Handball : Atmania, le Mosellan qui a mangé du Lyon

Il était doué au tennis, il a choisi le handball. Tristan Atmania, Mosellan de souche, est arrivé par la force des choses à Ambérieu-sur-Bugey, commune située entre l’Ain et le Rhône-Alpes. Depuis, il fait ses classes au Pôle Espoir de Lyon et espère intégrer les sélections France.

« Essaye de faire les bons choix. » Maamar Atmania, féru de sport, ne cesse de le répéter à son fils Tristan. Il faut croire qu’il a pour l’instant, bien écouter les conseils de papa. En seulement trois ans de pratique, Tristan a réussi à intégrer un pôle espoirs. Pas en Moselle mais à Lyon ! « Je suis Naborien d’origine. Pour raisons familiales, je me partage désormais entre Ambérieu-sur-Bugey et Saint-Avold », indique le handballeur âgé de tout juste 15 ans. Celui qui a fait ses débuts il y a quatre ans au Phénix Handball Club de Saint-Avold (qui n’existe plus aujourd’hui, NDLR) avant de jouer à Ambérieu-sur-Bugey en moins de 14, a su faire son chemin en équipe de comité. Repéré lors d’un sélection départementale par Stéphane Garcia, responsable du pôle de Reims, il a été dirigé vers le pôle espoir de Lyon. « Depuis le 2 juin 2011, je suis une scolarité qui fonctionne sur le même modèle que feu, sports études : il y a des aménagements au niveau scolaire mais aucune concession au niveau du programme. C’est bien car cela ouvre le champ des possibilités », rappelle Tristan. Appelé pour la première fois en sélection cadets France en novembre dernier à Saint-Raphaël, il n’a malheureusement pas participé au tournoi amical qui s’est déroulé en Pologne du 17 au 23 décembre 2012. « Je n’ai pas été retenu mais je ne me décourage pas pour autant. Pour mes entraîneurs, je n’ai pas encore acquis tous les automatismes nécessaires. » Le jeune Mosellan ne s’en fait pas trop. Il rêve d’un parcours à la mode Arnaud Bingo, l’ailier gauche de l’équipe de France A, le Lyonnais formé à Villeurbanne qui n’a jamais fait aucune sélection. « Tout est possible car le système est fait de telle sorte à ce que l’on puisse être rattrapé à tout moment par la sélection nationale. C’est une chance ! Néanmoins, je me prépare d’ores et déjà à la sélection en avril car on a jugé que j’avais encore une belle marge de progression ». On le croit sur parole.

Photo : DR - Article publié le 13 mars 2013

© Moselle Sport 2022 | Conditions générales de vente | Politique de confidentialité