Moselle Sport, votre mensuel n°1 sur le sport mosellan

Butto / Gérard : Les Ch’tis Lorrains

Aux portes de l’équipe de France, Vincent Gérard et Baptiste Butto, coéquipiers à Dunkerque, font des étincelles dans le Nord. Adoptés par tout un peuple, les deux compères viennent de remporter coup sur coup le Trophée des Champions et la Coupe de la Ligue. Et ils ne veulent pas en rester là.

A l’heure où les Experts n’ont pu l’éclat de leurs belles années, de l’autre côté des Pyrénées,  on ne cesse pourtant de parler d’une page prête à être tournée dans le cercle très fermé des joueurs de l’équipe de France de handball, multirécidivistes dans leur quête du Graal depuis quelques années maintenant. La faute à une jeune garde qui frappe de plus en plus fort à la porte. Sans parler de la nécessaire anticipation d’un avenir que l’on souhaite toujours doré. Place donc, peut-être très bientôt, aux jeunes. Si Claude Onesta a introduit, par petite dose, l’injection de sang neuf dans son groupe, bon nombre de talents rongent encore leur frein en salle d’attente. A commencer par nos deux pépites mosellanes, adoptées par le peuple nordiste depuis que leur club phare, Dunkerque, enchaîne les succès. Vincent Gérard, le Messin et Baptiste Butto, l’Algrangeois, ont en commun, mis à part leur âge (26 ans) et le fait de porter la même tunique, de représenter le futur de l’équipe de France. Même si cela ne les obsède pas. « Le plus important pour moi, retient l’ancien gardien du Smec, c’est continuer à être performant. Le reste suivra. » « Je pense avoir le potentiel pour intégrer l’équipe de France, concède de son côté Baptiste, au moins en stage. Mais la concurrence est féroce au poste d’ailier gauche. » Claude Onesta avait déjà songé à lui il y a un an, juste avant l’Euro, afin de pallier les absences conjuguées de Guigou et Honrubia, remis en selle au dernier moment. « Je travaille dans le sens de l’équipe de France », confirme Butto, également concurrencé à ce poste par Arnaud Bingo, le joueur de Tremblay-en-France.

Une troisième Coupe ?

Blessé au genou en début de saison, l’ailier dunkerquois, l’une des plus fines gâchettes du championnat de D1 depuis trois saisons, aura manqué le premier succès de son équipe, vainqueur du trophée des Champions face à Chambéry en septembre dernier. Son retour, il le signera en championnat et en douceur avant de casser la baraque en coupe de la Ligue, qu’il remporte avec ses copains début décembre, tombeurs à nouveau de Chambéry puis de Nantes en finale. De son côté, Vincent Gérard poursuit sa progression. Grand artisan de la victoire finale en Coupe de la Ligue, auteur d’une finale époustouflante (19 arrêts dont 4 jets de 7 mètres), le Messin confirme là toute l’étendue de son talent et ses titres de meilleur gardien du championnat de France 2009-2010 et 2010-2011, également  3e au classement 2011-2012 au nombre d’arrêts. La succession de Thierry Omeyer, modèle de Vincent Gérard sur et en dehors du parquet, semble toute trouvée. Arrivé en 2010, Vincent Gérard a d’ailleurs prolongé son aventure avec Dunkerque. En fin de contrat en juin, le gardien de l’USDK est désormais lié au club jusqu’en 2017.

Vincent Gérard vu par Baptiste Butto :

«On se connaît depuis longtemps. On a souvent été adversaires et on ne s’appréciait pas forcément à cette époque. Mais depuis que l’on joue ensemble, c’est quelqu’un que je respecte beaucoup. C’est une bonne personne, un bon collègue. J’espère pour lui qu’il ira en équipe de France, dès cette année. »

Baptiste Butto vu par Vincent Gérard :

« C’est un joueur dans tous les sens du terme, un vrai compétiteur. Il s’est retrouvé au sommet de son art il y a deux ans, les blessures l’ont un peu coupé dans son élan. Il doit gagner en régularité et montrer qu’il fait partie des trois meilleurs ailiers gauches du championnat. Enfin, je lui souhaite d’avoir son permis cette année (rires). »

Photo : DR - Article publié le 11 mars 2013

© Moselle Sport 2022 | Conditions générales de vente | Politique de confidentialité