Moselle Sport, votre mensuel n°1 sur le sport mosellan

Pierre Ménès à bâtons rompus

Journaliste durant 21 ans au quotidien L’Équipe, Pierre Ménès s’est fait connaître du grand public sur M6 aux côtés d’Estelle Denis dans « 100% Foot » avant de passer sur Canal + et au « Canal Football Club ». Réputé pour ses déclarations fracassantes et ses fines analyses, le journaliste de 51 ans qui vient d’atteindre le million de followers sur Twitter, a gentiment accepté de répondre à nos questions sur l’actualité du football. Sans langue de bois, évidemment.

Pierre, vous venez de dépasser le million de followers sur Twitter. Comment expliquez-vous un tel engouement ?

Je ne l’explique absolument pas. Au départ, je n’avais pas ouvert de compte Twitter, c’était Yahoo!, pour qui je travaillais, qui hébergeait mon blog, et qui l’avait fait pour relayer mes papiers. Un jour, un ami m’a dit que j’avais 30 000 followers sur Twitter et j’ai décidé de prendre possession de mon compte, car cela me paraissait la moindre des choses. Je voyais que cela montait et je pensais que la source allait se tarir, et puis finalement non. Le débit est le même depuis que j’y suis. Je dois prendre 300 000 followers par an. Cela permet d’échanger avec les gens, de ne pas être une personne médiatisée qui reste dans sa tour d’ivoire sans adresser la parole à personne, car j’aime bien débattre. Mais de façon polie, ce qui n’est pas toujours le cas, j’aime autant vous le dire…

Les réseaux sociaux sont devenus un vrai moyen de communiquer. Quels en sont les atouts et les limites ?

Les atouts, c’est la vitesse de l’info qui va presque parfois trop vite d’ailleurs. Les limites, c’est que c’est ouvert à tout le monde, donc aussi aux cons (sic), aux lâches et aux haineux mais il y a maintenant une touche très efficace, qui est la touche « bloquer » et je sais très bien m’en servir de celle-là. Cela permet de faire une bonne vanne – ou une mauvaise d’ailleurs, je ne décide pas si la blague est réussie ou pas (sourire) – ou une humeur. Mais je me rends compte que je touche parfois aux limites intellectuelles des gens qui sont en face, qui ne comprennent pas ce que je dis. Quand je mets mon équipe B de la saison de L1, y a toujours un mec pour me dire : « Comment as-tu pu oublier machin et truc ? ». J’ai envie de lui répéter que c’est l’équipe B et attends l’équipe A avant de gueuler… (sourire).

Que pensez-vous de la communication de Jean-Michel Aulas par exemple ? Êtes-vous favorable à ce type de communication ?

Il n’a pas mesuré la portée de tout. Je trouve qu’il a un côté infantile et il ne se rend pas compte qu’il ne parle pas à ses employés. Mais bon, c’est rien de dire qu’il y croit et qu’il y va. Pour ce qui est de la communication, si c’est pour faire des selfies, des « ouais c’est cool, on a gagné », je trouve ça inutile, je préfère quand on a des choses plus intéressantes même si elles sont corrosives.

La saison de Ligue 1 2014-2015 vous a-t-elle passionné ?

Oui, ça a été une saison qui a longtemps été serrée dans la lutte pour le titre avant que Marseille puis Lyon ne lâchent prise en fin de saison. Je dirais que c’est la première partie de saison moyenne du PSG qui a donné un semblant de suspense fictif à notre Ligue 1. Une fois que les joueurs avaient digéré la Coupe du monde et les conséquences diverses et variées, la cascade de blessures sans précédent, il n’y a pas d’opposition face à eux, mais on le sait ça. J’ai encore envie de vous dire, encore heureux.

Êtes-vous optimiste pour les années à venir pour le championnat de France de Ligue 1 ?

Honnêtement, je ne pense pas que cela fera progresser la Ligue 1 mais que cela ne la fera pas régresser non plus. Malgré les discours des uns et des autres, tout le monde est bien conscient que le PSG est au-dessus, mais le PSG n’est pas au-dessus car ils ont une volonté perpétuelle d’écraser la L1 mais car ils ont envie de briller en Ligue des Champions. À partir du moment où vous avez un groupe pour tenter d’aller dans le dernier carré de la C1, évidemment, ça implique immédiatement que vous avez un effectif qui va écraser la L1. J’aime mieux voir Ibrahimovic, Pastore, Verratti en L1 plutôt que dans le championnat espagnol ou anglais.

Si vous deviez retenir un moment fort, lequel serait-ce ?

Un seul, ce serait compliqué. Je dirais la première partie de saison de l’OM avec tout ce que cela avait de séduisant au niveau du jeu même si j’avais sonné le signal d’alarme au Canal Football Club par rapport à certaines petites choses qui ne me paraissaient pas tenables dans le temps, la suite m’a donné raison. J’ai beaucoup aimé aussi l’Olympique Lyonnais et la qualité de son jeu. Et puis forcément ce triplé ou ce quadruplé, chacun voit comme il veut, du PSG. Car le vouloir, c’est une chose, le faire, c’en est une autre.

Quels ont été, selon vous, les flops de cette saison ?

Si vous voyez le tableau d’honneur de la Ligue 1, il y a une sorte de hiérarchie budgétaire qui est respectée. Est-ce que le fait que le FC Metz tombe en L2 soit un flop ? Je ne suis pas sûr, car je pense que Metz se maintienne aurait plutôt été un exploit, comme Lens, pour des raisons différentes ou Évian qui était en survie depuis trois ans… Une logique budgétaire est respectée.

Un mot sur la saison difficile du FC Metz ? La descente est-elle logique ?

Oui, je pense. Quand on voit l’effectif au départ, on sait que la saison va être dure. De plus, ils ont commencé la saison sans Maïga ni Malouda, et on sait que c’est une équipe qui avait des moyens financiers et humains limités. C’est le gros début de saison qui a donné un peu trop d’espoirs et après, ça a vraiment coincé, et il y a aussi des endroits où les gens sont un peu moins exigeants qu’à Metz. Je trouve qu’il y avait beaucoup de manifestations de la part du public alors qu’il fallait être lucide et voir les forces en présence en L1, à savoir que Metz avait 38 matchs pour survivre et qu’il y avait besoin de tout le monde. Maintenant, si les mecs veulent faire des manifs, réclamer des têtes et des démissions, ils contribuent un peu aux signaux négatifs.

Qu’avez-vous pensé de la signature de Malouda et de sa saison plus globalement ?

Non, je n’ai pas été surpris car c’était une idée qui en valait une autre. On s’aperçoit que, depuis quelques temps, le but c’est d’avoir des bons joueurs et pas forcément des jeunes joueurs et il vaut mieux un bon technicien de 34 ans qu’un mec de 22 ans qui sait faire que de la course à pied. Après, il n’a pas apporté grand-chose à l’arrivée. C’est autant au vu de son âge que de la qualité des joueurs autour qu’il n’a pas pu apporter ce qu’il aurait pu ou dû apporter à son club. C’est un joueur qui a fait une grande partie de sa carrière sur des capacités athlétiques de haut niveau, ce n’était pas Robert Pirès avec la balle, pour faire une comparaison messine. Les joueurs âgés qui arrivent à faire la différence sont des Barbosa, Nivet qui ont une faculté de faire jouer les autres alors que Malouda a toujours été un mec de côté, qui est capable de balayer tout son côté gauche et à son âge, il n’en est plus capable.

Florent Malouda n’est jamais venu au CFC, une raison ?

Je pense que Florent Malouda n’a déjà pas envie de se retrouver sur le même plateau télé que moi. Du coup, peut-être que la chaîne n’a même pas pensé à l’inviter, enfin je dis ça sans avoir aucun pouvoir là-dessus. Je peux très bien comprendre qu’il ne souhaite pas me croiser car il estime que je n’ai pas été tendre avec lui par le passé. Il fait partie de ces joueurs comme Karim Benzema ou Patrice Évra qui ont fait des belles voire d’immenses carrières en club et qui n’ont jamais été à ce niveau-là en équipe nationale. J’ai toujours trouvé que faire jouer Malouda à la place de Pirès, footballistiquement parlant, c’était une aberration. J’ai toujours préféré les grands techniciens aux grands coureurs à pied. Malouda avait une impunité totale chez les Bleus, alors qu’on ne peut pas dire que son attitude, en Afrique du Sud, vis-à-vis de Gourcuff ait été exemplaire, c’est d’ailleurs à cause de ça qu’il n’a pas joué le premier match du Mondial 2010 contre l’Uruguay. Donc voilà, je ne peux pas dire que je ne l’aime pas humainement, puisque je ne le connais pas. La seule fois où on s’est parlé, il était ivre mort en boîte, donc ça doit pas compter… mais je peux très bien comprendre qu’il ne veuille pas me voir autant que je m’en fiche totalement d’ailleurs.

Que pensez-vous du traitement médiatique des anciennes gloires de L1 qui reviennent faire une pige en fin de carrière comme Lizarazu, Barthez ou Malouda dernièrement ?

Le nom est ronflant donc les exigences sont plus importantes, c’est logique. Forcément, avoir un joueur finaliste de la Coupe du monde, vainqueur de la C1, qui arrive dans votre club, vous nourrissez de gros espoirs, ça paraît humain. La pression est plus folle mais ils ont l’habitude de l’avoir cette pression.

Le scandale de la FIFA a occupé tout l’espace médiatique récemment. Que pensez-vous de ce grand déballage ?

C’est une bonne chose de faire le ménage. On était conscient de tout ce qui arrive mais je suis surpris que ça aille si vite et que Blatter explose en quatre jours. Faut-il qu’il se sente gravement en danger pour qu’il ait démissionné, au niveau de l’instruction, on n’est pas au bout de nos surprises. Je pense surtout que le dossier russe et certainement le dossier du Qatar, pour l’attribution des coupes du monde, vont sortir. L’histoire de l’argent offert à la fédération irlandaise après « l’affaire de la main de Thierry Henry » m’assoit totalement. S’il faut casquer 5 millions d’euros dès qu’il y a une faute d’arbitrage qui fait basculer un match, la FIFA va être déficitaire rapidement. Je suis consterné par ça.

D’aucuns pensent que Michel Platini a le bon profil pour succéder à Blatter. Vous partagez cet avis général ?

En a-t-il envie ? Est-ce le bon choix pour lui ? C’est plutôt dans ce sens-là que je prends la chose. Pour l’instant, il n’est pas président de l’AS Nancy-Lorraine, mais de l’UEFA, ce n’est pas n’importe quoi. Est-ce que c’est un bon calcul de quitter l’UEFA pour briguer la FIFA ? Je n’en sais rien. Il se préoccupe du jeu, c’est déjà pas mal. Je ne suis pas d’accord avec tout, notamment avec ce blocage sur l’arbitrage vidéo ou le fair-play financier. Car on a une équipe aussi exceptionnelle soit-elle, le FC Barcelone, qui a gagné la C1 en ayant recruté trois joueurs dont un à 95 millions alors qu’il était interdit de recrutement. Je trouve ça magnifique… S’il veut plus parler de politique que de foot, c’est son choix…

Après la lourde défaite de l’équipe de France contre la Belgique, Deschamps s’est voulu rassurant*. Et vous ?

Je ne sais pas quoi penser de cette équipe. Je n’ai pas participé à ce merveilleux monde de Oui-Oui qu’on a vécu durant le Coupe du Monde, on avait l’impression que tout ce qui comptait, c’était que l’équipe de France ait une bonne image et fasse des selfies pour montrer que c’était des chouettes garçons bien polis… Je trouve que cette équipe ne progresse pas au niveau du jeu et il n’y a pas de différence, en termes de jeu et de résultats, entre les Bleus de Deschamps et de Blanc. Je trouve que cette année a servi à rien, on n’a pas avancé sur bien des dossiers : qui sont les latéraux des Bleus ? Qui est l’arrière central avec Varane ? Est-il réellement possible de jouer avec un milieu de terrain à trois récupérateurs ? Valbuena est-il toujours le joueur qu’il était il y a un an ? Il y a des questions qui se posent et peu qui se solutionnent. Je trouve même qu’il y a des questions qui s’ajoutent. Je pense que des joueurs comme Sagna, qui ne jouent pas en club, ne peuvent pas prétendre à jouer en bleu. Debuchy est devant et il n’y a rien de mal à essayer Corchia contre le Danemark à Geoffroy-Guichard… m’enfin…

Un dernier mot sur le vainqueur de la Ligue des Champions, le FC Barcelone. Est-ce la plus belle équipe que vous ayez vu depuis que vous suivez le football ?

Non. C’est la plus belle attaque, ça c’est sûr. Je préfère le Barça des autres périodes avec Xavi et Iniesta à leur meilleur niveau, Eto’o et Henry… mais c’est vrai que là, ils ont une attaque invraisemblable. Même quand vous n’êtes pas dans une forme éblouissante, comme ce fut le cas lors de la finale de la Ligue des Champions, vous savez que vous pouvez vous en sortir grâce à eux. Ce sont quand même trois mecs très individualistes qui se sont mis au service de l’autre et ça, c’est très fort.

Paul Pogba au Barça, bonne idée ?

(Long silence). Je ne sais pas si le jeu du Barça correspond totalement à ses qualités. Un club comme le Real Madrid qui, cette année, a été victime d’un grave déficit au milieu de terrain, serait un meilleur choix sportivement pour Pogba.

* L’interview a été réalisée avant le match des Bleus en Albanie (1-0).

 

Photo : DR - Article publié le 20 août 2015

© Moselle Sport 2022 | Conditions générales de vente | Politique de confidentialité