Moselle Sport, votre mensuel n°1 sur le sport mosellan

Mathieu Duhamel retrouve la Lorraine

Passé par Metz entre décembre 2010 et juin 2011, Mathieu Duhamel revient à Saint-Symphorien avec sa nouvelle formation, Evian Thonon-Gaillard. Éclatant à Caen l’an passé, en Ligue 2, l’ancien attaquant grenat avait parfaitement débuté sa saison avant d’être mystérieusement prêté à Evian au mercato hivernal. Et pour son premier match avec les Haut-Savoyards, il a inscrit un doublé.

Son arrivée à Metz, fin décembre 2010, n’a pas levé les foules, loin de là, essuyant même pas mal de sarcasmes de tout genre. Guère connu dans le petit monde de la Ligue 2, Mathieu Duhamel est arrivé en Moselle sur la pointe des pieds, en prêt de Troyes, peu utilisé par Jean-Marc Furlan, le coach aubois. Pourtant, Duhamel, c’était alors 14 buts lors de sa première saison de CFA avec Rouen ou 17 buts en 25 matches avec Créteil en National sous l’ère Laurent Fournier, en 2009. « Partout où je suis passé, j’ai eu de bonnes statistiques. Je ne reste pas longtemps sans marquer. Hormis bien sûr à Troyes où l’entraîneur ne voulait pas de moi. » Troyes justement. Recruté en avril 2010 par l’ESTAC après une saison cristolienne prolifique, Duhamel sent vite le vent tourner. « C’est Patrick Remy, l’entraîneur à l’époque qui m’avait fait signer et c’est Furlan qui l’a remplacé juste avant le début de saison. Étant donné qu’il ne me connaissait pas et qu’il ne m’avait pas désiré, il m’a fait « cirer » le banc. Il prétextait des problèmes de comportement pour justifier mes mises à l’écart de l’équipe titulaire car quand je jouais, je faisais de bons matches. » Formé à Quevilly, Duhamel rejoint l’INF Clairefontaine en 1997 tout en continuant de jouer dans son club formateur. « Au départ, je jouais au milieu de terrain car j’étais petit. Ma croissance a été tardive et en U18, j’ai même joué une saison complète arrière gauche. » À 22 ans, Duhamel rejoint Rouen, alors en CFA. Il fait alors 1,82m, devient attaquant et claque 14 buts en 30 matches.

Globe-trotter malgré lui

Récompensé par cette bonne première saison, le Haut Normand signe à Romorantin, en National en 2007. « C’était dans la logique de ma progression. Je souhaitais me frotter au National pour connaître mon vrai potentiel. » Une année moins prolifique (9 buts en 30 matches) mais suffisamment intéressante pour éveiller la curiosité de Laval, encore au National à l’époque, en 2008. « Laval jouait la montée en L2 et le projet sportif était intéressant. Malheureusement, le feeling n’a pas été bon avec le coach de l’époque Philippe Hinschberger. » Duhamel file alors à Créteil avec les stats que l’on sait avant d’arriver à Metz via Troyes. « C’est Joël Muller qui m’avait appelé. Metz me voulait déjà l’été précédent mais j’avais signé dès avril avec l’ESTAC. Ils m’ont vu 26 fois l’année dernière, je n’avais alors aucun doute sur leur envie de me compter dans leur rang. » Une intégration éclaire pour l’originaire de Mont-Saint-Aignan, en Seine-Maritime. « J’ai été très bien accueilli par le groupe. Je ne connaissais personne dans le groupe avant de signer ici et j’ai été très étonné par la gentillesse des joueurs à mon égard. Ils m’ont tout de suite mis dans le bain. » Auteur de 9 buts en 20 matches lors de sa première demi-saison à Metz, Mathieu Duhamel prolonge son aventure messine en signant définitivement avec le club grenat. La saison suivante, il marque 13 buts en 37 matchs et décide de quitter le club pour Caen (L2) après que Metz ait été relégué en National en fin de saison 2012.

Éclatant à Caen, il part à Evian

Lors de sa première saison en Ligue 2, le Normand signe 13 buts en 32 matchs avant d’en enquiller 24 en 35 matchs la saison suivante, terminant logiquement meilleur buteur de Ligue 2 la saison passée, devant Andy Delort ( Tours) et Diafra Sakho (Metz). Des débuts tonitruants en Ligue 1 avec les Caennais (8 buts) lors des six premiers mois avant le début d’un conflit interne avec le staff et son coach, Patrice Garande. Les problèmes relationnels que Mathieu Duhamel connaissait depuis plusieurs semaines avec le staff malherbiste auront eu raison de la suite de sa carrière en Normandie… « En venant à Evian, j’en profite pour prendre une bonne bouffée d’oxygène, j’ai perdu ma belle-mère il y a un peu plus d’un mois et comme il y avait aussi sur le plan sportif des choses qui n’allaient pas à Caen, je crois que c’était le bon moment. » Mathieu Duhamel et Patrice Garande, l’entraîneur du SM Caen, avaient eu un entretien fin janvier, au terme duquel l’attaquant de 30 ans a fait part à son coach de ses envies de départ : « Il ne restait que 5 jours avant la fin du mercato, on ne pouvait pas prendre le moindre risque par rapport à la situation de Mathieu, et il fallait prendre très vite une décision pour Sala », justifie Patrice Garande.

 

Et c’est Evian-TG que Mathieu Duhamel va tenter de faire briller lors des six mois de prêt. « Ici il y a de la qualité dans ce groupe. On joue le maintien, il faut donc un mental d’acier et des guerriers sur le terrain. Avec mon œil extérieur, je sais qui si on arrive à réunir ça les soirs de match, rien ne peut nous arriver, à condition de se sortir de cette spirale négative. J’arrive avec un esprit assez frais et positif, alors que certains vivent cette situation depuis plusieurs saisons. Je sais qu’il y a de la qualité dans le groupe, c’est ce qui me fait dire que je ne suis pas inquiet pour la suite. » De retour à Metz, le natif de Mont-Saint-Aignan ne fera pas de quartier. Et tant pis pour Metz…

Photo : DR - Article publié le 27 février 2015

© Moselle Sport 2022 | Conditions générales de vente | Politique de confidentialité