Moselle Sport, votre mensuel n°1 sur le sport mosellan

Les 5 sportifs préférés d’Alain Sars

Il nous avait demandé quelques heures de réflexion pour être sûr de n’en oublier aucun. Alain Sars, ancien arbitre international, s’est facilement laissé prendre au jeu. Football, tennis, boxe, formule 1 et cyclisme, le Lorrain nous faire partager son amour du sport… et des grands champions.

1- Michel Platini (Football, France)

« Enfant puis adolescent, j’étais supporter de l’AS Nancy-Lorraine et j’ai vécu, au Parc des Princes, la victoire de l’ASNL en finale de la Coupe de France 1978 face à Nice grâce au but de Michel Platini face à Dominique Baratelli. C’était la première fois que j’allais à Paris, à 17 ans, et c’était quelque chose d’exceptionnel pour un petit club comme Nancy de remporter la Coupe de France. J’ai toujours suivi la grande carrière de Michel avec passion et plaisir. »

 

2- Bernard Hinault (Cyclisme, France)

« Il a bercé ma jeunesse grâce à ses très nombreuses victoires au Tour de France, Paris-Roubaix, Liège-Bastogne-Liège ou au Tour d’Italie. J’appréciais la volonté de l’homme, le style d’attaquant du cycliste et qui ne lâchait jamais rien. Depuis lui, hormis Laurent Fignon, nous n’avons pas eu la chance de connaître un champion hexagonal de cette trempe et qui offrait autant d’émotions. »

 

3- Mike Tyson (Boxe, États-Unis)

« Un champion hors pair. Je faisais partie de ceux qui se levaient à 4 heures du matin pour voir deux minutes de combat avant le KO de Tyson. C’était impressionnant. J’ai toujours aimé la boxe et je n’avais pas eu la chance de vivre l’épopée de Mohamed Ali car j’étais trop jeune. Rares sont ceux qui proposent une boxe offensive comme le faisait Tyson. C’était du grand spectacle. Un vrai bonheur. »

 

4- Yannick Noah (Tennis, France)

« Alors que l’on va fêter les 30 ans de sa victoire à Roland-Garros, les images de cette finale extraordinaire face à Mats Wilander me reviennent. Un match haletant et extrêmement émouvant quand Yannick tombe dans les bras de son père. J’ai eu la chance de croiser Yannick Noah plusieurs fois lors de quelques matches du Variété Club de France où il jouait. Un homme simple, très abordable et surtout un grand champion. »

 

5- Ayrton Senna (Formule 1, Brésil)

« Quel plaisir de voir ce pilote hors norme, sa rivalité avec Alain Prost, et ce mental de gagnant. Je suis fier d’avoir eu l’opportunité de lui serrer la main lorsqu’il donna le coup d’envoi d’un match de gala qui opposait le Brésil à une sélection PSG-Bordeaux au Parc des Princes. Un homme d’une grande humilité et je ne peux que me souvenir de ce 1er mai 1994 où il trouva la mort après ce Grand Prix de Saint-Marin. Je m’en souviendrais toute ma vie. »

Photo : DR - Article publié le 1 juillet 2013

© Moselle Sport 2022 | Conditions générales de vente | Politique de confidentialité