Moselle Sport, votre mensuel n°1 sur le sport mosellan

Décalé : La carte postale d’Albert

Hello la Familia,

Je vous écris de mes vacances à Kos, en Grèce, où je me ressource après une année bien chargée.

Faut dire qu’elle n’a pas été de tout repos non plus cette saison hein ? On n’avait pourtant pas mal commencé en faisant un bon match nul à Lille en y mettant les formes : un défense à 10, en serrant les fesses et en remerciant René Girard d’avoir titularisé leur Yves Angani du Nord : Divock Origi. Un pote ce René.

Après, ça se passait pas trop mal je trouve. Un nul contre Nantes et une victoire contre la CFA de l’OL à Saint-Symphorien avant que Guido Milan vienne tout gâcher. Bah oui, c’est clair que la passe décisive pour Bosetti en toute fin de match à Nice avait pour unique but de me déstabiliser. Claire comme de l’eau de roche cette histoire : Guido est arrivé via D’Onofrio, D’Onofrio lorgne sur mon poste et paf une défaite pour me faire ch… me nuire. CQFD

On était quand même cool cool jusque début novembre. Falcon marquait des buts, la défense tenait et même Malouda faisait des choses sympas. Franchement, on avait la baraka. On aurait pu même faire jouer Choplin sans perdre à la fin. Putain, je me rends compte qu’on l’a fait ! La baraka je vous dis. L’audace mes amis, l’audace.

Bon après, on a un peu abusé de notre baraka. Pensant être sur un nuage, j’ai titularisé Vion à Toulouse en me disant qu’il allait marquer. J’ai même voulu mettre Nsor sur le terrain mais il avait une conjonctivite, une élongation du coude et une bactérie dans le petit orteil du pied droit, son meilleur (son seul aussi). Du coup, on l’a eu dans le Vion (désolé pour le jeu de mots mais c’est mon pote Giorgios qui vient de me le souffler, il est con ce Giorgios). Et paf, on prend 3-0 à Toulouse. La guigne.

Et pis après, ce fut la cata. On n’a pas gagné pendant 18 matchs… même si on était au bord de l’exploit parfois. Contre le PSG, Lolo Blanc, il a fait sur lui quand il a vu M. Fautrel – un ami de 20 ans – siffler 23 pénos pendant le match. On aurait dû gagner ce match 4 pénos à 3. Ce jour-là, tout était parfait. Zlatan avait peur de la queue de cheval de Guido Milan et Chantôme jouait ! Clément Chantôme !!! Vous vous rendez compte. Mais y a Pastore qui faisait ses roulettes et ça, mes gars n’en avaient jamais vu… alors tout de suite, si ça chambre, c’est pas cool… Du coup, on a perdu…

La suite… ah, désolé, je dois vous laisser, mon pote Giorgios m’appelle, il aurait vu Guirane N’Daw à la piscine. Je vais aller le « checker » et reparler de sa saison à titre perso. On va bien se marrer.

La bise les zouzous, je vous écris très vite.

Albert.

Photo : DR - Article publié le 9 juillet 2015

© Moselle Sport 2022 | Conditions générales de vente | Politique de confidentialité