Moselle Sport, votre mensuel n°1 sur le sport mosellan

Coupe de France : Metz à la trappe, Sarreguemines décape !

Les 64e de finale de la Coupe de France ont offert deux grosses surprises : la qualification de Sarreguemines (CFA2) face à un club de Ligue 2, Dijon, et l’élimination du FC Metz face à un club de CFA, Wasquehal. Le paradoxe (et le charme ?) de la Coupe de France

Leader du championnat de Ligue 2, Dijon est donc tombé en Moselle. Opposés à Sarreguemines, pensionnaire de CFA2, les Dijonnais d’Olivier Dall’Oglio n’ont pas été à la hauteur de l’événement, au contraire des locaux qui se sont imposés (2-1) grâce à un doublé d’Hassan M’Barki. Un exploit sans précédent pour le club sarregueminois face au leader de Ligue 2. « Durant ma causerie d’avant-match, j’avais aussi insisté sur le fait qu’il ne fallait pas aborder ce match avec émotion, raconte Sébastien Meyer, le coach du SFC. Je voulais voir des braqueurs qui agissent de sang-froid. » L’entraîneur des Bourguignons Olivier Dall’Oglio redoutait un match compliqué et il a été servi. Pourtant, les Dijonnais avaient pris la rencontre par le bon bout, en ouvrant le score par leur attaquant Julio Tavarès à la 34e minute. Mais au retour des vestiaires, Hassan M’Barki à deux reprises (53e et 58e) a relancé son équipe. Les Mosellans se qualifient pour les 32es de finale, avec l’espoir d’une affiche à domicile contre une grosse cylindrée de Ligue 1.

 

Dijon n’a pas été le seul club de L2 à tomber samedi contre un club de division inférieure. Metz n’a pas fait mieux à Wasquehal, pensionnaire de CFA, puisque les hommes de José Riga ont perdu le Nord (1-2) malgré une équipe proche de celle qui officie chaque week-end en Ligue 2. Hormis Romain Métanire – écarté depuis plusieurs semaines – Ikaunieks et le jeune Kaboré, la composition des Grenats rassemblait Didillo, Reis, Balliu, Santos, Ngbakoto, Palomino ou Lejeune. Mais malgré cela, le FC Metz n’a pas réussi à faire mieux que les Dijonnais, et n’a pu inscrire un but qu’en toute fin de match par Emmanuel Mayuka, entré en cours de partie. « On s’est battu tout seul, expliquait José Riga. On se fait rouler dans la farine trop facilement. Sans efficacité défensive, il est difficile d’espérer quoi que ce soit ! »

Photo : DR - Article publié le 7 décembre 2015

© Moselle Sport 2022 | Conditions générales de vente | Politique de confidentialité