Moselle Sport, votre mensuel n°1 sur le sport mosellan

ASNL : Gabriel par défaut ?

On a beau croire au suspense, avec l’ASNL, jamais il n’y en a. En janvier dernier déjà, d’aucuns n’imaginaient que Patrick Gabriel, auteur de débuts prometteurs, serait là comme simple pigiste. Hier, la confirmation de l’ancien boss du centre de formation nancéien n’a fait que confirmer deux choses : Patrick Gabriel a fait du bon travail jusque-là et Nancy n’a pas les moyens de s’offrir un autre entraîneur, en période de restriction budgétaire après sa descente officielle en Ligue 2.

En termes de distribution des bons points, Patrick Gabriel mérite une image. Il a su stopper cette spirale négative que l’ASNL avait entamé en début de saison sous l’ère Fernandez, et a réalisé quelques exploits (victoire à Marseille, Rennes et face à Nice), faisant même miroiter à tout un département l’espoir fou d’un miraculeux maintien.

 

Sur le plan comptable, face à son prédécesseur, il a fait un peu mieux. Fernandez était à 1,03 point par match de championnat joué alors que Gabriel est actuellement, à une journée de la fin (qui se jouera, pour Nancy, à Brest) de 1,33 point par match. Pas transcendant non plus, mais le mieux est l’ennemi du bien.

 

En confortant son entraîneur à la tête de son équipe, Jacques Rousselot a fait une pierre, deux coups. Récompenser le travail d’un homme qui a su redonner le goût de la victoire aux siens, mais aussi faire des économies  à un club qui va devoir se séparer des principaux éléments de son effectif (Sané, Karaboué, Moukandjo, Mollo, Puygrenier, Ndy Assembé) pour équilibrer les comptes et éviter de finir comme Le Mans, à l’article de la mort sportive.

 

L’avenir lui donnera-t-il raison ? A suivre…

Photo : DR - Article publié le 22 mai 2013

© Moselle Sport 2022 | Conditions générales de vente | Politique de confidentialité