Moselle Sport, votre mensuel n°1 sur le sport mosellan

Renault croit en son Talisman

Après les carrières discrètes de Laguna et Latitude, Renault revient avec Talisman. Comme chez Peugeot avec sa 508, la Talisman a vocation à remplacer deux modèles. Moselle Sport a répondu à l’invitation de la Direction régionale Renault afin de savoir si la Talisman a véritablement les moyens de ses ambitions.

Colroy-la-Roche. Petite commune de 500 habitants située aux confins de l’Alsace et des Vosges, le village de Colroy-la-Roche est aussi célèbre pour son complexe bio spa la Cheneaudière. Un bel écrin que la Direction régionale Renault avait choisi pour présenter sa nouvelle berline « statutaire », la Talisman. Au premier abord, la rupture est assez nette avec les véhicules qu’elle remplace. Décrié pour le manque de personnalité et la fadeur toute relative, esthétiquement parlant, des Laguna et Latitude, le constructeur français se devait de frapper un grand coup. Le résultat est édifiant. Calandre chromée accueillant un losange hypertrophié, un long capot nervuré qui muscle la partie avant, des feux de jour à LED dessinant une signature lumineuse identitaire en forme de C descendant jusqu’au bouclier et des feux arrière à éclairage permanent avec guides lumineux à profondeur visuelle 3D. On aime ou on n’aime pas mais force est de constater qu’elle ne laisse pas indifférent. La ligne générale reste, quant à elle, assez classique. À l’intérieur, Talisman a aussi sorti le grand jeu. La finition est digne de l’Espace. C’est-à-dire qu’elle est de haut niveau avec quelques imperfections, comme le bas de la planche de bord ou l’encadrement du large écran central de 8″7, le plus grand de la catégorie. R-LINK 2 qui fonctionne comme une tablette connectée, est passée en mode vertical : il pilote les aides à la conduite en plus des fonctions classiques (navigation, audio, climatisation) ainsi que la technologie Multi-Sense, analogue à l’Espace.

4CONTROL souverain

Un dispositif Multi-Sense capable de coordonner les technologies présentes sur Talisman. Il agit sur le système 4CONTROL (4 roues directrices), l’amortissement piloté, la direction, le moteur et la boîte EDC, mais aussi sur les instruments de bord ainsi que la sonorité moteur et l’ambiance lumineuse de l’habitacle. Au-delà de l’effet sympathique engendré, le Multi-Sense est aussi là pour démontrer tout le potentiel du châssis à travers l’association du système 4CONTROL – pas assez mis en évidence par Renault à l’époque de feu la Laguna – à l’amortissement piloté. Renault a su coordonner l’action de la direction et de la suspension. L’amortissement piloté avec le 4CONTROL, assure une maîtrise du véhicule dans les mouvements soudains et de grande amplitude. En d’autres termes, quelles que soient les conditions de circulation, la grande Renault – 4,85 m de long – est souveraine. En cas de coup de volant brusque donné par le conducteur, le tarage des amortisseurs se durcit pour limiter le roulis, le braquage des roues arrière s’effectue dans le sens des roues avant pour préserver la stabilité de la voiture. Bluffant. Dans les cols entre Colroy-la-Roche et Saint-Dié, les vitesses de passage dans les courbes sont impressionnantes et ce, sans que la caisse ne prenne de roulis. Le confort reste de bon aloi en dépit des roues de 19″.

Grands espoirs

Côté motorisation, la Talisman offre une palette resserrée combinant essence et diesel allant du petit dCi 110 ch au 130 en passant par les 150 et 200 Turbo essence jusqu’au 160 biturbo diesel essayé dans ces pages. Un moteur qui fait preuve d’une belle douceur grâce à son gros couple (380 Nm) et ses deux turbos. Le premier autorisant une réponse instantanée dès les plus bas régimes tandis que le second assure de belles montées en régime avec du souffle et des reprises dynamiques. Cependant, comme bien souvent sur les productions françaises, on regrette que nos constructeurs ne mettent davantage de puissance sous les capots. On a l’impression, réellement justifiée, que les châssis sont sous-utilisés par rapport à leurs capacités. En fonction des ventes futures de la Talisman, peut-être que des moteurs plus puissants feront leur apparition… Renault fonde d’ailleurs énormément d’espoirs dans sa nouvelle berline « statutaire », qualificatif qu’il se plaît beaucoup à rappeler. Même si le marché du segment D auquel elle appartient n’est pas, à proprement parler, en pleine expansion (seulement 8 % en France), le constructeur compte sur les ministères, les administrations et les grands comptes pour placer ses Talisman (70 %) appelées à supplanter les 508, C5, C6 et autres DS5. Dans tous les cas, elle en a les moyens. Habitable (surtout à l’arrière), pourvue d’un vaste coffre (608 dm3), la Talisman est plutôt bien placée en termes de prix (de 27 900 € à 41 000 €) et les équipements proposés sont nombreux. Dès l’entrée de gamme Life, l’essentiel est bien présent pour une grande berline (climatisation automatique bizone, aide au démarrage en côte, six airbags…) jusqu’à monter progressivement avec les autres niveaux Zen, Intens, Business et surtout Initiale Paris dont était pourvue notre version d’essai. Teinte exclusive métallisée Noir Améthyste, jantes 19″ diamantées, sellerie cuir Nappa pleine fleur, sièges avant à réglages 10 voies (dont 8 électriques), chauffants, massants et ventilés mais aussi des innovations avec R-Link 2, le régulateur de vitesse adaptatif, le freinage actif d’urgence, les alertes de franchissement de ligne, de distance sécurité et de survitesse avec reconnaissance des panneaux ou encore l’aide au stationnement.

Photo : DR - Article publié le 19 janvier 2016

© Moselle Sport 2022 | Conditions générales de vente | Politique de confidentialité