Moselle Sport, votre mensuel n°1 sur le sport mosellan

Cyclisme : Anthony Roux se refait la cerise

Le Meusien de l’équipe FDJ*, qui vient de prolonger pour deux ans son contrat avec la formation dirigée par Marc Madiot, sort d’une année « catastrophique », selon son propre aveu. Un jugement peut-être sévère au regard des nombreux maux qui se sont abattus sur Anthony Roux depuis un an. Une motivation surtout pour se remettre en selle rapidement et efficacement.

« Une force de la nature, une machine. » Le compliment est signé Marc Madiot, pourtant avare en louange, team manager de la formation FDJ-Big Mat, dont Anthony Roux fait partie intégrante depuis quatre années déjà. Celui qui a débuté le cyclisme à l’US Thiervilloise se sera révélé au grand public et aux passionnés de la petite reine en 2009, pour sa deuxième saison chez les pros, remportant ses premières victoires significatives sur le Circuit de la Sarthe et le Tour d’Espagne. Sans oublier, la même année, sa troisième place lors du championnat de France sur route. Mais c’est sans doute l’année 2011 qui aura été la plus intense pour le natif de Verdun, étincelant sur les routes de sa région lors du Circuit de Lorraine (deux victoires d’étapes), vice-champion de France sur route puis retenu en équipe de France par Laurent Jalabert pour participer à ses premiers Championnats du monde à Copenhague. Intense jusqu’au bout, mais pas pour les bonnes raisons. Victime d’une grave chute lors d’un cyclo-cross anecdotique dans les Ardennes fin 2011, Anthony Roux s’en sortira avec deux vertèbres fracturés, un élan coupé et quelques rêves brisés. 2012 ? « Une année à oublier », tranche le coureur de la FDJ. « Même si j’avais des circonstances atténuantes ». Car au-delà de la blessure physique laissée par sa chute dans la gadoue ardennaise, c’est bien une plaie psychologique qu’il a fallu panser. « D’ailleurs, le cyclo-cross ce n’est plus pour moi », abrège le Meusien. Sans oublier un vilain virus contracté en début de d’année lors du Tour du Pays basque puis une chute (encore une) à l’entame du dernier Tour de France, ce qui ne l’empêchera pas de le boucler avec les honneurs, sur les Champs-Élysées.

Tour du Qatar et Giro

Une force de la nature ? Madiot a raison. « Je suis sorti du Tour avec pas mal d’expérience, confie Roux. La réussite de l’équipe et l’ambiance au sein du team y sont pour beaucoup. Mais il faut dorénavant que je retrouve ce niveau qui m’a fait découvrir la gagne l’an passé. » Et qui l’avait lancé sur une très probable participation aux Jeux Olympiques dont il aura été finalement privé, « fort logiquement. Il y avait plus fort que moi pour la sélection. J’espère avoir une nouvelle chance d’y participer. J’ai appris à profiter de ce que j’ai et du fait d’être coureur professionnel. » La tête sur les épaules en plus d’un physique et d’un moral en acier.

Signe d’un nouveau départ en cette pause hivernale: le dispositif chirurgical mis en place lors de son opération aux vertèbres, il y a tout juste un an, vient de lui être retiré. Comme une libération. « Les médecins m’ont enlevé les plaques et les vis qu’ils m’avaient posées. Je me sens différent depuis. Cette intervention était  importante à faire, à plus d’un titre », retient Anthony Roux. Impatient, alors que la saison vient à peine de se clore, d’en découdre. « La cicatrice sera refermée lorsque j’aurai gagné à nouveau une course », insiste le Lorrain, déjà dans les starting-blocks. Avec un nouvel entraîneur à sa disposition. « Moi, sourit-il. Après de nombreuses années de collaboration avec Gérard Brocks, j’ai décidé de me prendre en main, avec le soutien de mon équipe. Je pense avoir la maturité suffisante pour le faire. » Et des envies toutes nouvelles comme disputer le Tour du Qatar et le Giro, progresser encore dans les chronos, sa discipline de prédilection,  et évidemment ne pas manquer le centenaire de la Grande Boucle. « Et surtout retrouver mon coup de pédale de 2011 ! »

2013 a bien commencé

Après une saison blanche, le natif de Verdun a commencé 2013 comme une flèche. Lors de l’Etoile de Bessèges, le Lorrain a remporté le contre-la-montre de 9,7 km disputé dans les rues d’Alès, dernière étape de l’épreuve. « Cette victoire-là, elle me tient à cœur. Je l’attendais depuis un moment ». Une première acquise dans le chrono, Anthony Roux a rendu une belle copie sur un parcours d’1,5 km comportant des passages à 20 %. « J’ai senti tout de suite que j’étais bien. » « Après zéro résultat l’année dernière, ça fait du bien , avoue le protégé de Marc Madiot, qui prend le départ du Tour Méditerranéen mercredi. Ça me met en confiance pour la suite. Maintenant, ce n’était que l’Etoile de Bessèges, je m’attends à gagner de plus grandes courses. »

* BigMat n’est plus co-sponsor de la FDJ. La formation dirigée par Marc Madiot courra sous le nom unique de la FDJ tout en restant à la recherche d’un co-sponsor pour 2014.

Sa fiche

Né le 18 avril 1987 à Verdun. Équipe actuelle : FDJ.

Son parcours

UV Aube (amateurs, 2007), La Française des Jeux (stagiaire, fin 2007),  La Française des Jeux (pro, 2008-2010),  FDJ (pro, 2010-2011), FDJ-BigMat (pro, 2011-2012), FDJ (2013-…).

Principaux résultats

2005 : Tour de Lorraine Juniors.
2009 : 17e étape du Tour d’Espagne (victoire d’étape), 3e du championnat de France sur route.
2011 : Vainqueur du Circuit de la Sarthe et Circuit de Lorraine, Grand Prix de la Somme,  Vice-champion de France sur route.

Photo : DR - Article publié le 5 février 2013

© Moselle Sport 2022 | Conditions générales de vente | Politique de confidentialité