Moselle Sport, votre mensuel n°1 sur le sport mosellan

Mamedy Diawara : « La vie ne s’arrête pas après le sport »

Pilier de l’Union Sainte-Marie/Metz Basket depuis 2011, Mamedy Diawara a intégré la Moselle Sport Académie en octobre dernier afin de découvrir les subtilités du marketing, de la gestion et du commerce. Une formation indispensable pour celui qui est en passe de lancer sa marque de vêtements sportswear avec son frère aîné.

À l’instar de ses illustres aînés Tony Parker et Ian Mahinmi, respectivement aux Spurs de San Antonio et aux Pacers d’Indiana en NBA, le championnat américain de basket-ball, Mamedy Diawara se lance dans la mode. Si les deux internationaux français se sont lancés avec réussite dans la mode avec leur marque respective, Wap Two pour Parker et French Deal pour Mahinmi, le joueur de l’Union Sainte-Marie/Metz Basket en est encore aux prémices du lancement de sa marque. « Mon frère souhaitait lancer sa marque de vêtements sportswear spécialisée dans le basket, précise l’ailier de l’Union. Je me suis plongé dans le projet car l’idée m’intéressait et on pouvait s’appuyer sur mes relations pour aider à lancer la marque. » Sous contrat avec les Cannoniers, Mamedy Diawara a alors profité des conseils de Philippe Ory, conseiller technique sportif, pour intégrer les formations de la Moselle Sport Académie en octobre 2013. « Cette structure est parfaitement adaptée à notre activité dans le sport, raconte Mamedy Diawara. Les responsables comprennent bien notre parcours et nos besoins pour notre après-carrière. Allier le sport et les études avec des horaires aménagés est quelque chose de très intéressant pour nous. C’est une formidable opportunité. » Intégré dans un cursus de formation en BTS Management Unité Commerciale option management du sport, le basketteur de 31 ans profitent de l’expérience de sportifs de haut niveau qui enseignent à la Moselle Sport Académie comme les handballeuses Nina Kanto et Lenka Kysucanova ou l’ancien basketteur Bertrand Barbier. « Avoir des professeurs qui ont vécu ou vivent une situation similaire à la nôtre est profitable. Ils partagent leur expérience autant qu’ils nous enseignent les ficelles du métier. »

« Le démocratiser partout en France »

À l’Union depuis 2011 après des passages à Besançon (Pro B), Dieppe (N2), Feurs (N1), Liévin (N1) et Lyon (N2), Mamédy Diawara s’occupe également des filles de Metz BC. Un emploi du temps chargé pour celui doit, en plus, arpenter les couloirs de la Moselle Sport Académie 24 heures par semaine. « J’ai un emploi du temps aménagé par rapport à mon activité dans le basket donc je ne vais pas me plaindre. D’autant plus que cela me plaît vraiment d’aller en cours. Cela me donne des idées pour l’évolution de la marque de vêtements que je vais lancer avec mon frère et j’ai pu présenter quelques échantillons à mes collègues de classe. » Sous le nom de « Rivers », la future marque de vêtements sportswear des frères Diawara va profiter de l’expérience et l’analyse des différents enseignants de l’ailier messin. « Ce que propose la Moselle Sport Académie par l’intermédiaire du Conseil Général de la Moselle est indispensable aujourd’hui. Ce dispositif devrait même se démocratiser partout en France. La vie ne s’arrête pas après le sport. Les centres de formation ne prennent pas souvent en considération les études de leurs pensionnaires et cette structure permet de rebondir quand on n’a pas eu la chance d’avoir des bases pour rebondir après sa carrière. Il faut continuer en ce sens et essayer de l’ouvrir au plus grand nombre. » Tout est dit.

Photo : DR - Article publié le 21 juillet 2014

© Moselle Sport 2022 | Conditions générales de vente | Politique de confidentialité