Moselle Sport, votre mensuel n°1 sur le sport mosellan

Parra, prêt au combat !

Trois défaites et un nul, ça commence à faire long pour Morgan Parra qui bout en attendant la première victoire du XV de France en 2013. Il promet du combat face à l’Ecosse (samedi, 21 heures).

On pourra toujours débattre des qualités du joueur, et encore ses performances avec Clermont plaident largement en sa faveur, mais l’homme ne suscite aucun débat. Morgan Parra est un demi de mêlée dans l’âme. Un aboyeur qui a su gagner le respect de tous les gros avec lesquels il a joué. Et un compétiteur dans l’âme. Dès qu’on lui pose une question sur le match à venir contre l’Ecosse (samedi, 21 heures), la réponse fuse comme une passe vissée. « Il faut qu’on arrive à jouer dans la continuité de notre deuxième période à Dublin. Et qu’on arrive à gagner, ça reste le plus important au rugby. » Enfin remporter une victoire, on sent que ça le démange et qu’il bout intérieurement.

 

Le match nul arraché en Irlande (13-13) a fait du bien au groupe en lui permettant de mettre fin à la série de défaites du XV de France. Mais ce n’est pas suffisant pour Parra.
« Sans mentir, les cinq dernières minutes nous avons senti que nous pouvions faire basculer le match en notre faveur. Nous faisions des actions qui leur faisaient mal.» Du coup, l’envie d’en découdre face à l’Ecosse est palpable chez le demi de mêlée. « On a eu un bon niveau d’agressivité pendant quarante minutes en Irlande. Aujourd’hui, il faut arriver à le maintenir pendant quatre-vingt minutes. Il faudra aller les chercher pour leur faire mal. C’est la base de ce sport. Quand tu es bien dans l’agressivité, tu as déjà gagné une bonne partie du match. » Faute d’un fonds de jeu plus convaincant, les Bleus ont trouvé refuge dans l’engagement physique exemplaire qu’ils ont mis dans la fin de leur rencontre face à l’Irlande. Mais ils n’ont pas viré bouchers pour autant.

 

« Il faudra aussi tenir le ballon car sinon, on risque de beaucoup courir après. Les Ecossais sont joueurs, on le sait. Peut-être un peu moins ces dernières années car ils ont compris qu’ils s’épuisaient vite avec leur jeu. Maintenant, ils s’économisent un peu plus. Mais ils sont capables de tenir le ballon sur des gros temps de jeu. Et puis ils ont le physique pour jouer vite. Bien sûr on s’attend à un match compliqué. Mais dans notre position, ils le sont tous. » Ce qui pourrait également être compliqué ce sont les retrouvailles avec un Stade de France qui les avait couvert de sifflets à la fin du match perdu contre les Gallois (6-16). Une pression supplémentaire ? « Même si on sortait de quatre matches positifs, on aurait la pression par rapport au Stade de France. Quand tu joues devant tes supporters, tu as envie de faire quelque chose de gros et de gagner. En tout cas, on va tout faire pour ».

Article de L’Equipe.fr

Photo : DR - Article publié le 14 mars 2013

© Moselle Sport 2022 | Conditions générales de vente | Politique de confidentialité