Moselle Sport, votre mensuel n°1 sur le sport mosellan

Le MAC frôle l’exploit

Club emblématique de la planète volley en Lorraine, le MAC Volley (Maizières Athletic Club) sort d’une saison réussie qui l’a amené aux portes de la Nationale 1. Qualifié pour les play-offs de la N2, le club du président Jacky Jung a frôlé l’exploit de la montée en terminant à la deuxième place, juste derrière l’heureux élu, Bellaing/Porte du Hainaut. Une étape de plus pour l’équipe emmenée par Frédéric Kiciak. Rencontre.

Longtemps les joueurs de Maizières penseront à ce 29 mars 2015. Idées noires pour journée blanche. Ce jour-là, le MAC Volley se déplace à Harnes et passe complètement au travers d’un match pourtant largement à leur portée… perdant ce match 3 sets 2 après avoir mené par 2-0. Une défaite qui leur coûtera très cher dans la lutte pour la première place, précieux sésame pour la Nationale 1. La défaite de trop. « Cette défaite à Harnes nous coûte très cher, relate Frédéric Kiciak, l’entraîneur. Autant perdre ensuite à Bellaing était logique, autant celle de Harnes nous empêche de rester en tête du classement. On peut avoir des regrets de ce match où tout le monde est passé au travers. Un jour sans comme il en existe dans le sport. C’est dommage mais c’est ainsi. » Une défaite amère qui ne gâche pas l’excellente saison de Maizières-lès-Metz, pas attendue à un tel niveau cette saison. « Le président visait les playoffs alors que je souhaitais juste faire aussi bien que l’an passé où nous avions terminé à la 4e place. Cette participation aux playoffs et se mêler à la lutte pour la montée en N1 ont été un bonus pour nous tous. » Deuxième de la phase régulière derrière Épinal et devant Strasbourg Neuhof avec neuf victoires pour seulement cinq défaites, Maizières-lès-Metz accède logiquement aux playoffs alors que son voisin messin, l’AS Pouilly Metz restait à quai. Pourtant, la saison n’avait pas commencé sur les chapeaux de roue puisque les Maiziérois encaissaient trois de leurs cinq défaites lors des cinq premières journées. On connaît la suite. « Notre grande force, cette saison, est d’avoir pu conserver l’intégralité de notre effectif à l’intersaison, explique Fred Kiciak, coach depuis 2012. Du coup, cela facilite le jeu puisque la relation entre les passeurs et les attaquants n’est pas à construire. Nous avons bien travaillé, dans un bon esprit d’équipe et tout le monde a tiré dans le même sens. Cette belle cohésion nous a permis de faire une grande saison et d’aller chercher certaines victoires au courage. Et avec un brin de réussite en plus, nous en sommes là aujourd’hui. »

La montée en N1 dans les prochaines années

Club créé en 1964 sous l’égide de Jean Georges, professeur d’éducation physique de son état à l’époque, le club porte, à sa création, le nom d’ACM (Anciens du collège de Maizières). En 1968, l’ACM devient le MAC (Maizières Athletic Club), les compétitions s’enchaînent et le club devient vite l’une des équipes phares de la région. Le club ouvre une section féminine quatre ans plus tard, en 1972, montera puis évoluera en N2 jusqu’en 1982. Encore récemment en N1, le MAC Volley espère retrouver cette division dans les prochaines années, à écouter Frédéric Kiciak : « C’est un petit rêve que l’on a au club, effectivement. Malgré nos moyens limités, nous pensons possible cette montée dans les années à venir car on a, au club, une excellente formation et une réputation qui dépasse nos frontières. » Confronté au départ de trois joueurs majeurs à l’issue de la saison pour des motifs personnels, Frédéric Kiciak, qui a passé toute sa vie au MAC hormis une parenthèse en pro, à Cannes, sait qu’il va falloir se renforcer, sans certitude d’avoir des éléments du même niveau. « Nous sommes encore dans un monde amateur et nous devons être soumis aux aléas des vies personnelles et professionnelles des joueurs. L’attraction d’un club comme le MAC Volley est limitée. Nous sommes dans une petite ville de 11 000 habitants, loin des premières universités et le Luxembourg ne nous aide pas. La réputation de notre club, sérieux et formateur, nous aide à recruter cependant. » Pour sa troisième saison à la tête de Maizières, Frédéric Kiciak prend son rôle très à cœur, lui qui a porté le maillot du MAC, en tant que joueur, durant toute sa vie de sportif. « Ce n’est pas facile de passer sur le bord du terrain, note le coach de 41 ans. J’entraîne des joueurs qui étaient des copains avant et il faut mettre une distance avec eux pour éviter de se faire manger. J’essaie de faire passer le message avec une certaine diplomatie et j’espère que cela porte ses fruits. J’espère que l’on continuera comme ça. » Après une saison pareille, difficile de croire que ce ne sera pas le cas…

Photo : DR - Article publié le 5 juin 2015

© Moselle Sport 2022 | Conditions générales de vente | Politique de confidentialité