Moselle Sport, votre mensuel n°1 sur le sport mosellan

Carnet de bord : les Belles Rencontres à Madère… Suite et fin

Les concepts innovants, le Conseil Départemental les connaît. Il en a même fait sa marque de fabrique comme en témoignent les dispositifs Moselle Sport Académie et les Belles Rencontres. Cette dernière initiative qui a obtenu le prix Territoria d’Or en fin d’année dernière, permet à des jeunes séparés de la famille de partager des moments avec des sportifs de haut niveau. Illustration du propos avec Anita Fatis qui a emmené quatre jeunes aux Championnats d’Europe de natation sur l’île de Madère à Funchal du 30 avril au 7 mai dernier. Épisode 2 du carnet de bord établi par Franck Aubry, l’éducateur en charge des jeunes.

Mercredi 4 mai : Après un copieux petit déjeuner, nous nous mettons en route pour les hauts plateaux de Madère. Le trajet fut éprouvant, les nuages ne permettent pas de voir à plus de 3 m devant la voiture et les vaches paissent en toute liberté au bord et sur la route. Après quelques frayeurs, nous arrivons enfin à destination : la « levada des 25 sources ». Après une descente de 25 min dans la vallée, nous voici au point de départ de notre objectif. La promenade est agréable le long de ce mini canal alimenté par quelques petites cascades propices aux photos souvenir et films… Après 2 h de pérégrinations, nous arrivons aux « 25 sources ». Spectacle magnifique qui enchante tout le monde… Le temps de faire les photos et prises de vue et il est déjà l’heure de reprendre le chemin du retour… Yvan, le plus grand du groupe et Ilan, le plus jeune, mènent la marche. Bastien, « papillonne » entre le duo de tête et Kylian, en difficulté sur le terrain accidenté et glissant. Il nous faudra plus de 2 h pour faire le chemin du retour : Kylian, malgré la douleur et l’épuisement, ira au-delà de ses limites physiques et mentales pour finir son périple qui, pour lui, est devenu un véritable chemin de croix sur les derniers kilomètres.

 

Arrivés à la voiture à 15 h, il nous faut trouver à manger et rejoindre les grottes volcaniques de Sao Vicente. Les conditions climatiques se sont aggravées, aucune visibilité sur les plateaux, nous roulons presque au pas… Malgré notre prudence, dans la descente vers Sao Vicente, la voiture dérape dans un virage et percute un véhicule qui venait en sens inverse. Aucun blessé dans l’accident mais le véhicule est immobilisé. Il nous faudra attendre plus de 2h sous la pluie pour que le taxi et la dépanneuse dépêchée par l’assistance nous trouve. La journée est finie. Tout le monde est déçu, nous n’irons pas aux grottes volcaniques ni à la piscine de Porto Moniz. À la place, nous garderons en mémoire le souvenir d’une journée difficile et l’occasion manquée d’une baignade mémorable. La soirée se passe rapidement entre le dîner en ville et le tri des vidéos du jour. Pour clôturer cette journée placée sous le signe de la malchance, une fausse manipulation de la caméra principale a effacé les images tournées !

 

Jeudi 5 mai : journée à l’I.P.C. Nous sommes tous motivés pour soutenir Anita dans ses courses du jour. Cette fois-ci, nous partons beaucoup plus tôt pour anticiper les bouchons. Évidemment, à l’heure où nous traversons Funchal, nous ne rencontrons qu’un vague ralentissement. Arrivés avant le début des épreuves, nous prenons notre temps pour installer notre matériel. Nous avons pu encourager les nageurs français avant d’assister à la 4e place d’Anita sur le 50m dos. Même de notre place nous pouvions voir la frustration de notre nageuse. Le temps de prendre un repas à proximité de la piscine et nous revenons au centre de compétition. Ce soir, les finales ont été trustées par l’équipe lituanienne qui n’a laissé échappé que peu de podiums. Grosse déception d’Anita qui a fini 4e de sa finale. Déçus, nous avons tout de même soutenu notre marraine qui a pu voler un peu de temps entre sa séance de récupération et celle de kiné. C’était la dernière fois que nous voyions Anita à Funchal. Le retour à l’hôtel s’est fait dans le silence entre la fatigue accumulée ces derniers jours et les résultats de l’équipe de France, l’ambiance n’est plus trop à la fête.

 

Vendredi 6 mai : au vu des événements de mercredi, la journée de détente se transforme en marathon ! Levés de bonne heure, nous prenons un rapide petit déjeuner avant de nous diriger vers Cabo Girao. Le « skywalk » était attendu par tous. Marcher sur une plaque de plexiglass au dessus de 580 m de vide, cela donne quelques frissons ! Le temps de faire quelques photos et prises de vue, l’inévitable arrêt à la boutique souvenir et nous repartons vers Monte pour visiter le jardin tropical. Ce fut un promenade de plus de 2 h au milieu de bananiers, oiseaux de paradis et autres plantes insolites les décors du jardin japonais ont intéressé tout le monde ainsi que l’exposition de pierres. Chacun a pris plaisir à se promener autour des bassins où des carpes Koï nous regardaient d’un œil indifférent… Le retour à la voiture a rappelé à chacun la randonnée de l’avant-veille… À 12h30, retour à l’hôtel pour le déjeuner qui a été vite avalé. Nous repartons en voiture pour nous rendre à Porto Moniz nous baigner dans la piscine en milieu naturel volcanique. Les photos de ce lieu tournant depuis des semaines sur les écrans des ordinateurs, nous ne pouvions pas quitter Madère sans aller y faire un petit tour. Après une heure de route, nous y sommes, enfin, le rêve (un de plus) devient réalité ! Malheureusement, le vent souffle, le soleil se fait timide et l’eau de l’océan Atlantique ne rivalise pas vraiment une piscine olympique en termes de température. Tant pis, chacun y va de sa petite baignade, ses prises de vue et profite du spectacle magnifique que nous offre les vagues qui viennent s’écraser contre les rochers de la piscine. Nous quittons à regret Porto Moniz vers 16h30, la journée n’est pas finie. Il reste encore le plus important aux yeux des plus jeunes : l’achat de souvenirs ! Jusque 19 h, nous nous promenons dans les rues de Funchal où chacun est à l’affût de la babiole originale qu’il va pouvoir ramener et lui rappellera ce séjour enchanteur… Un arrêt au marché des laboureurs (réputé pour la variété et la qualité de ses produits) pour acheter un petit cadeau à notre exceptionnelle marraine qui n’aura pas le loisir de faire un peu de tourisme et il est déjà l’heure de prendre notre dernier dîner à Funchal.Nous rentrons de bonne heure à l’hôtel, il nous reste encore du travail, le tri des images, le rangement des affaires et les valises à faire… 23h30, tout le monde est enfin couché, le glas de notre séjour sonnera 3 h plus tard. La journée sera longue et triste. Une dernière pensée à Anita et sa dernière épreuve de ces championnats européens et le sommeil rattrape tout le monde.

Photo : DR - Article publié le 9 mai 2016

© Moselle Sport 2022 | Conditions générales de vente | Politique de confidentialité