Moselle Sport, votre mensuel n°1 sur le sport mosellan

Arnaud Ducret : « Le sport, c’est la vie ! »

En tournée pour son spectacle « Arnaud Ducret vous fait plaisir », le pensionnaire de « Vendredi Tout est permis » et inoubliable Eric du film « Les Profs », nous a fait le plaisir de nous accorder un entretien. 10 minutes de pur bonheur partagé avec l’humoriste survolté de 36 ans. Morceaux choisis.

Son plus grand souvenir de sport

« Je ne vais pas être très original mais je fais partie de cette génération qui a vibré avec les Bleus de 98. Alors évidemment, la Coupe du Monde en France reste et restera un moment très fort dans ma vie. Après, je pourrai vous citer la finale de Coupe d’Europe de l’OM en 1993 avec la tête de Basile Boli. Un geste d’anthologie, superbe ! Je me souviens avoir assisté au match chez ma grand-mère : elle me voyait exulter devant le poste même si elle ne comprenait rien aux règles (rires) ! Puis il y a les souvenirs que je me passe sans cesse. Ceux des matchs de boxe des légendes : Muhammad Ali et surtout Mike Tyson. Un type qui s’est fait tout seul et qui allait sur le ring pour faire mal ! Il n’y a plus de mec comme ça aujourd’hui. »

Son rapport avec le sport

« Le sport fait partie intégrante de ma vie. À tel point que j’ai beaucoup de mal avec les gens qui disent qu’ils ne « savent » pas courir. Comment tu peux ne pas savoir courir ? Tout le monde sait courir. Je fais aussi un peu de boxe parce que c’est un sport hyper noble. C’est physique et beau à voir. Quand tu vois des mecs de 120 kg être aussi rapides que s’ils en pesaient 40, tu penses aussi à toute la technique et le physique qu’ils ont dû acquérir. Autrement, je cours, je fais des séances de fractionné, un peu de pompes, le tout avec un coach. Et comme le dirait si bien Éric, le prof que j’incarne au cinéma, « le sport, c’est la vie ! », sur le ton de Jean-Claude Van Damme.

Showman, un métier physique

Entre le cinéma (Les Profs 2), les séries télévisées (Parents, mode d’emploi), le doublage (la grande aventure Lego) ou les spectacles (Arnaud Ducret vous fait plaisir), la vie d’un humoriste n’est pas un long fleuve tranquille. Et nécessite une condition physique au top. « Comme je vous l’ai dit, j’ai un coach personnel. Avant chaque spectacle, je m’échauffe physiquement, histoire de me préparer mentalement mais aussi de me mettre une certaine pression. Car devant le public, il faut être au top. Puis la galerie des personnages mobilise pas mal d’énergie ! » C’est vrai qu’entre Sylvie, l’allumeuse allumée, John Breakdown, prof de danse précieux et caractériel, Jean-Jacques Pitou, alias Maître Li, prof de karaté tout en muscles sauf dans la tête ou Luc, le fumeur opéré du larynx qui veut se lancer dans la chanson pour faire un tabac, il y a de quoi faire !

Sa réaction après les événements du 7 janvier

Comme la majorité des Français, Arnaud Ducret a été très touché. « Contrairement à d’autres, je ne me sers pas de l’actu pour faire mes sketchs. Je ne revendique rien mais j’essaie, à mon niveau, d’emmener les gens dans mes histoires avec mes personnages. Le but étant de divertir et de passer un bon moment. Après les tristes événements, j’ai assuré mon premier spectacle de la tournée à Abbeville dans la Somme le 16 janvier. Au vu de l’ambiance du feu de Dieu qui régnait dans la salle, j’ose espérer avoir permis aux gens de se lâcher et d’expulser les mauvaises ondes. »

Photo : DR - Article publié le 13 avril 2015

© Moselle Sport 2022 | Conditions générales de vente | Politique de confidentialité