Moselle Sport, votre mensuel n°1 sur le sport mosellan

Alan Papirer : Les rencontres ne sont pas le fruit du hasard

Alan Papirer, un ancien gymnaste de haut niveau au destin contrarié en 2007 par une vilaine chute qui l’a laissé tétraplégique, est aujourd’hui en pleine ascension au tennis de table. Metz Moulins Handisport, le célèbre club pourvoyeur de talents, l’a pris sous son aile au même titre que Stéphane Molliens, le champion olympique que l’on ne présente plus. État des lieux. 

« Moi, ce qui m’intéresse, ce sont les hommes. Les rencontres. » J’emprunte cette citation à Gérard Depardieu. Pourquoi ? Parce qu’à  la rédaction de Moselle Sport, on en fait pas mal des rencontres. Souvent de très bonnes surprises avec des athlètes que l’on prend plaisir à voir évoluer dans le temps . Alan fait partie de cette catégorie : en janvier 2013, Jean-Marie Donatello, le président du Comité départemental handisport, également à la tête de MMH, nous avait présenté l’ex gymnaste de haut niveau, victime d’un terrible accident à l’entraînement en 2007. Tétraplégique, Alan n’étant pas de nature à s’en laisser compter, avait repris le sport, essayant plusieurs disciplines (ski, athlétisme) avant de trouver sa nouvelle voie : le tennis de table. « La saison passée, l’objectif recherché – le maintien en Nationale 3 – a été atteint. Et aux championnats de France, je me suis classé 10e », rappelle Alan. Cette saison, les objectifs ont forcément été revus à la hausse. « Je souhaiterai monter en N2 et je me suis donné les moyens d’y arriver. » En effet, depuis mars dernier, il y a eu cette autre rencontre : celle avec Stéphane Molliens, le champion olympique également sociétaire de MMH. « Stéphane m’a proposé de m’aider. Tant et si bien qu’une fois par mois, je me rends à Montpellier. » Hébergé par celui qui est devenu son mentor, Alan effectue des stages auprès de Guillaume Jean, un autre grand du « ping », également entraîneur de Fanny Bertrand, la meilleure joueuse française en fauteuil.

Championnats de France par équipe

« J’ai ainsi eu l’opportunité de mettre en place tout un programme au niveau des entraînements et de la préparation physique. » Des engagements qui se traduisent par 16 heures hebdomadaires de tennis de table associées à 4 séances de deux heures de préparation physique. Grâce à ce travail intensif, Alan a énormément renforcé sa tenue de balle – il fait beaucoup moins de fautes – et a considérablement amélioré sa technique. Autant de progrès qui vont l’aider à affronter les échéances de 2014, notamment le grand rendez-vous des championnats de France par équipe. « Je serai en duo avec Stéphane. Ce sera un bon test car il faudra que je gagne au moins un de mes matches, face à des adversaires qui évoluent en N1 et N2. » Par la suite, le pongiste de MMH espère aller plus loin. Avec d’ores et déjà un regard tourné vers les championnats d’Europe en 2017. Jean-Marie Donatello, pour sa part, voit encore plus loin : les Jeux de Tokyo 2020. « Le président le vend comme ça mais le chemin est encore très long », indique avec le sourire Alan. Et si Jean-Marie avait raison ? L’expérience parle pour lui. Voyez Michel Schaller et Stéphane Molliens…

Photo : DR - Article publié le 15 avril 2014

© Moselle Sport 2022 | Conditions générales de vente | Politique de confidentialité