Moselle Sport, votre mensuel n°1 sur le sport mosellan

Drift Trike : l’art de la glisse

L’écurie automobile Lor Sport Events a ajouté une nouvelle corde à son arc. À partir du 10 juillet prochain, elle proposera un outil de locomotion fun pour s’éclater en toute sécurité sur circuit fermé. Il s’agit du Drift Trike, tout droit venu de la Nouvelle-Zélande. Moselle Sport a pu l’essayer en avant-première à Amnéville.

À la rédaction, on aime bien essayer des trucs. Il y a trois ans, par exemple, nous avions eu l’opportunité de faire de la spéléologie. Même si je n’en garde pas un souvenir impérissable – terrible d’être ‘claustro’ ! – l’expérience valait le coup d’être vécue. Tout comme celle d’aller crapahuter sur les chemins de l’UTMB®, plus spécifiquement sur la course OCC* au dénivelé de 3 300 m et longue de 53 km. Notre directeur de publication peut en témoigner. Cette fois-ci, Christopher Blas, pilote principal de Lor Sport Events, a été le déclencheur de notre nouvel essai un peu ‘barré’. Fan de tout ce qui roule, Christopher a décidé, en parallèle de son engagement sur les rallyes régionaux et de son activité de négoce automobile, de lancer une activité plutôt fun : le drift trike. Créé en 2009 en Nouvelle-Zélande et très en vogue aux États-Unis, l’engin qui se présente sous la forme d’un gros tricycle – une roue de BMX à l’avant et deux en PVC ou en polyuréthane à l’arrière – est avant tout un joujou pour adultes désireux de s’adonner aux joies de la glisse sans limite. Initialement conçus pour les descentes, les drifts trikes ont été envisagés d’une façon différente par Christopher. « Les vidéos qui tournent sur Youtube donnent l’image d’un sport explosif ! Il l’est mais nous avons décidé de l’envisager pour une utilisation plus familiale. »  Comment ? En le dotant d’un moteur !

Dès le 10 juillet

« Qu’il soit électrique ou thermique, le moteur permet de jauger la vitesse que l’on souhaite donner à l’engin. Il permet aussi de maîtriser la glisse sur la piste. » Ou comment apprendre les rudiments du contrebraquage : en clair, savoir braquer la roue avant dans le sens inverse du virage afin de rétablir l’équilibre. Ainsi, par exemple, lorsque vous négociez un virage à droite, le jeu du drift trike consiste à donner un coup de rein pour aider les roues arrière à se dérober, vous braquez ensuite immédiatement et fermement à gauche jusqu’à ce que l’engin revienne dans l’axe de la piste. Et ce, sans utiliser le frein. Après quelques tours sur le circuit spécialement aménagé par Lor Sport Events, à proximité immédiate de Snowhall d’Amnéville, on se prend facilement au jeu. « L’objectif n’étant pas de faire un chrono mais d’allier trois qualités : la finesse, le contrôle et la maîtrise du drift trike », poursuit Christopher. La discipline que Lor Sport Events a bien l’intention de développer à compter du 10 juillet prochain, est destinée à toutes et tous. « Notre but est d’intéresser toute la famille et tous les âges de 7 à 77 ans, avec un maximum de sécurité. Lorsque nous lancerons l’activité, nous mettrons à disposition différentes sortes de trikes : un engin muni de quatre roues directrices et d’un frein à main pour les plus petits, des drift trikes électriques et thermiques pour le reste des utilisateurs. » Avec un tel produit, Lor Sport Events proposera une vraie alternative aux amateurs de karting. Quant aux tarifs, « ils devraient se situer au-dessous de ceux pratiqués sur les pistes de kart ». Lor Sport Events a encore bien d’autres idées pour développer ses trikes : en faire un moyen de locomotion fun pour rallier Amnéville à Thionville via les berges de Moselle et éventuellement en proposer à la vente aux futurs riders qui seront, à coup sûr, conquis comme nous par ce drôle de petit engin !

Photo : Moselle Sport - Article publié le 11 juin 2015

© Moselle Sport 2022 | Conditions générales de vente | Politique de confidentialité