Moselle Sport, votre mensuel n°1 sur le sport mosellan

Heptathlon : Lett it Show !

Vice-championne de France espoir à la longueur et de pentathlon, championne de France espoir d’heptathlon et en passe de participer à ses premiers championnats d’Europe espoirs en Finlande cet été, Pauline Lett domine la discipline hexagonale dans sa catégorie. À 21 ans, aux portes de la catégorie senior, la Forbachoise avance vers un objectif : les Jeux de Rio 2016. Découverte.

À l’instar de nombreuses disciplines de l’athlétisme, l’heptathlon n’est pas loin d’être le plus méconnu. Combiné de courses (800m, 100m haies et 200m), de lancers (poids et javelot) et de sauts (longueur et hauteur), l’heptathlon féminin fait son apparition aux JO de 1984 à Los Angeles et connaît un essor considérable à ceux de 1988 à Séoul avec son ambassadrice, l’Américaine Jackie Joyner-Kersee, actuelle recordwoman du monde, et qui figure comme l’une des plus grandes athlètes de tous les temps. En France, c’est la Française originaire du Sierra Leone, Eunice Barber, qui démocratisa pour de bon la discipline dans l’Hexagone, quand, lors des championnats du monde de 1999, elle remporte la médaille d’or. Hasard ou coïncidence, c’est lors de cette même année que Pauline Lett se lance dans l’heptathlon. La jeune Forbachoise a alors 8 ans. « À cet âge-là, j’avais envie de tout faire en athlétisme, raconte Pauline. J’avais l’impression de m’ennuyer quand je me cantonnais à une seule discipline. Et puis, se concentrer sur cinq épreuves permet de progresser plus facilement dans l’une ou l’autre des disciplines. »

Objectif 2013 : le Top 10 du championnat d’Europe espoir

Pensionnaire depuis sa tendre enfance à l’US Forbach Athlétisme, Pauline Lett s’entraîne pourtant à Nancy, avec Julien Choffart, et suit en parallèle un Master de Staps pour devenir, à terme, professeur d’EPS. « La grande majorité des athlètes de mon âge se divise entre les pôles nationaux de Paris et de Montpellier. Nous ne sommes que très peu à avoir refusé de rentrer dans le moule des pôles nationaux. Cela m’a peut-être d’ailleurs pénalisé. » En 2011, à la veille des championnats d’Europe espoirs, Pauline Lett n’a finalement pas l’aval de la Fédération pour y participer, prétextant un souci de date de validation de ses minima, et est contrainte de rester en France, malgré son statut de championne de France espoir en titre. « On ne saura jamais le fin mot de l’histoire mais je ne vois pas pourquoi la championne de France ne pourrait pas y participer. En refusant de rejoindre le pôle de Montpellier, je me suis peut-être pénalisée. Mais je ne regrette pas car je ne cesse de progresser avec Julien Choffart dans d’excellentes installations à Nancy. » Sélectionnée avec l’équipe de France pour un match international indoor espoir à Valence (Espagne) les 26 et 27 janvier derniers lors duquel elle a terminé 16e (3 728 pts) Pauline Lett a terminé 8e des derniers championnats de France Élite en salle à Aubière. « J’y allais chercher le podium sans complexe. C’est une bonne préparation avant les Europe et d’éventuelles autres compétitions comme les Jeux de la Francophonie cet été. » Un été qui s’annonce brûlant pour la pensionnaire de l’USF puisque, outre ses compétitions, elle passera également son Capeps en juin. « Je ne sais pas comment je vais faire ! » Pour le mieux, comme toujours.

Photo : DR - Article publié le 25 mars 2013

© Moselle Sport 2022 | Conditions générales de vente | Politique de confidentialité