Moselle Sport, votre mensuel n°1 sur le sport mosellan

50 ans Metz Handball : Une soirée de gala

Réunis à l’Arsenal de Metz à l’occasion des 50 ans de Metz Handball, joueuses, élus, partenaires, supporters et membres du club ont fêté comme il se doit les 50 ans du club à travers de nombreux trophées. Nina Kanto, Isabelle Wendling et Olivier Krumbholz ont fait partie, notamment, des lauréats.

Tout le gratin de la Moselle était de la partie, hier soir, pour les 50 ans de Metz Handball. Dominique Gros, le maire de Metz, l’ancienne ministre de la culture et de la communication, Aurélie Filipetti, Jean François, premier vice-président du Conseil Général de la Moselle, Jean-Pierre Masseret, président du Conseil Régional et Jean-Luc Bohl, président de Metz-Métropole faisaient bonne figure au premier rang. Parmi les remettants, les partenaires historiques de Metz Handball se succédaient pour remettre les Dragonnes d’Or mettaient en avant les vraies vedettes de la soirée, les joueurs et joueuses qui ont fait l’histoire de l’ASPTT Metz et de Metz Handball.

 

Corinne Krumbholz (meilleure pivot), Lenka Cerna (meilleure gardienne), Zita Galic (meilleure demi-centre), Estelle Vogein (meilleure ailière droite), Svetlana Ognjenovic (meilleure ailière gauche), Nina Kanto (meilleure défenseur), Ekaterina Andryushina (meilleure arrière droite) et Nodjialem Myaro (meilleure arrière gauche) ont été célébrées. Isabelle Wendling a logiquement reçu le prix du public et le trophée de meilleure joueuse de tous les temps. Olivier Krumbholz a été récompensé du titre de meilleur entraîneur.

Ce qu’on a aimé…

– La présence des lauréates, notamment de Zita Galic venue expressément de Serbie, ou de Lenka Cernà, mais aussi d’anciennes joueuses qui n’avaient rien à recevoir comme Barbora Ranikova et surtout Katty Piéjos venues spécialement de Cannes pour l’occasion.

 

– Le décor de la salle de l’Arsenal et l’écran géant mis en place qui permettait une belle visibilité pour l’ensemble du public.

 

– Le club a tenté de récompenser un maximum de joueuses et toutes le méritaient. Certaines nominations étaient surprenantes (Leynaud comme meilleure joueuse… alors que pas nominée comme meilleure gardienne !) mais c’était pour parler d’un maximum (Jocelyne Baillot par exemple, moins connue du grand public mais première championne de France en 1989) ou Chantal Philippe nommée parmi les meilleures défenseurs en l’absence… d’Isabelle Wendling. Une logique qui s’expliquait par une gentille volonté de faire la part belle au plus grand nombre.

 

– Les pensées de Nina Kanto pour Jean Pietrala et Bertrand François, deux hommes forts de Metz Handball qui ont compté et dont on n’a trop peu parlé à notre goût.

 

– Les tenues de soirée des joueuses de Metz Handball, toutes sublimes.

 

–  La présence d’Albert Cartier pour remettre un prix.

 

– La débauche d’énergie de l’équipe de Metz Handball pour mettre en place cette soirée qui n’a pas connu de bug.

Ce qu’on n’a moins aimé…

– Une cérémonie un peu longue… qui aurait pu être raccourcie si les intervenants n’avaient pas été trop bavards (n’est-ce pas Jacques Gandebeuf ?)

 

– Une présentation hésitante. On sentait bien que Lara Julien, maîtresse de cérémonie pour l’occasion, ne connaissait pas le handball (Zita Galic est Hongroise selon la journaliste…) et avait trop tendance à vouloir combler les vides (durant les photos notamment) avec des phrases… confuses ou pas raccords. Au lieu de s’appuyer sur le groupe de musique présent. Un(e) spécialiste du sport aurait été plus à-propos.

 

– Des remettants issus du sport mosellan auraient été sympa pour le public, à l’image d’Albert Cartier. On pouvait imaginer des anciennes joueuses non récompensées, des footballeurs, des volleyeuses ou des tennismen remettre les prix. La place pour les partenaires a été grande. Même si on est conscient que la club vit aussi grâce à ses nombreux partenaires. Un trophée sponsorisé par un partenaire accompagnant le sportif pour remettre le trophée aurait pu être une alternative.

 

– La date enfin (un lundi soir) qui n’a pas permis à certaines anciennes gloires de pouvoir se déplacer. On pense notamment à Stéphanie Ludwig (région bordelaise), Leïla Lejeune et Melinda Szabo-Jacques (La Réunion) pour la distance, ou à Amandine Leynaud (Skopje) pour le moment de la saison.

Un grand bravo à toute l’équipe de Metz Handball qui a travaillé d’arrache-pied sur cette cérémonie réussie et qui a fait la part belle aux monstres sacrés du club.

Photo : DR - Article publié le 28 avril 2015

© Moselle Sport 2022 | Conditions générales de vente | Politique de confidentialité