Moselle Sport, votre mensuel n°1 sur le sport mosellan

Philippe Hinschberger : « Entraîner le FC Metz est un honneur »

Bernard Serin a tranché dans le vif. Le président a fait savoir hier, par communiqué, que José Riga n’était plus l’entraîneur du FC Metz. Pour le remplacer, la direction de la maison Grenat a fait appel à l’un des anciens joueurs les plus capés du club, Philippe Hinschberger, entraîneur depuis plus de vingt ans et artisan des plus beaux exploits du FC Metz dans les années quatre-vingt.

« Il ne nous reste plus que quatre mois et demi pour accéder à la Ligue 1. J’ai senti que nous étions sur une pente savonneuse et qu’il fallait faire quelque chose. J’ai pensé que Philippe Hinscheberger était le plus à même de relever le challenge », a souligné tout de go, Bernard Serin lors de son allocution à la conférence de presse de présentation du nouvel entraîneur des Grenats, Philippe Hinschberger. Loin d’être un inconnu, celui qui a porté plus de 500 fois les couleurs du club et qui est aussi le seul à avoir fait l’intégralité de sa carrière sous le maillot de la Croix de Lorraine, est conscient de la charge qui lui incombe désormais. « J’ai signé un contrat de dix-huit mois. Je sais aussi qu’à partir du 11 janvier (date de son premier match face à un Sochaux d’un certain Albert Cartier, NDLR), je serai jugé sur mes résultats. » L’ancien milieu de terrain offensif a pour objectif, à terme, la remontée en L1 et surtout « d’inverser la tendance » et la spirale négative dans laquelle s’est englué le FC Metz (5 défaites ces dernières semaines). Pour ce faire, « nous avons d’ores et déjà un objectif de réduction de 7 joueurs professionnels », poursuit le nouveau coach. « Il n’est pas impossible non plus qu’il y ait une ou deux arrivées . On s’interroge notamment sur le poste d’attaquant », renchérit le président Serin.

« L’objectif de montée pouvait être perdu dès le 15 février »

Même si les derniers résultats ont été catastrophiques pour un prétendant à la montée, on peut légitimement se poser la question de l’éviction surprise et rapide de José Riga. En sachant qu’Albert Cartier, la saison dernière, avait eu droit à 18 matchs sans victoire. « La situation n’est pas la même que l’an dernier. Nous avions toujours un espoir de maintien jusqu’en avril alors que là, l’objectif de montée pouvait être perdu dès le 15 février si nous ne faisions rien », souligne le président. Philippe Hinschberger qui a, entre autres, entraîné Niort, Louhans-Cuiseaux, Créteil ou Laval, est un fin connaisseur de la Ligue 2. Artisan de plusieurs remontées de National en Ligue 2, l’Algrangeois de naissance a surtout, pour lui, cette identité lorraine doublée de cette « envie de retrouver les valeurs mentales qui caractérisent le FC Metz. Depuis mon départ, le club a énormément changé. Aujourd’hui, je trouve un environnement high tech. Bien évidemment, des choses vont également changer au niveau de l’entraînement car j’apporte aussi, comme n’importe quel entraîneur, ma manière de travailler. Il y aura un nouveau préparateur athlétique ainsi qu’un nouvel entraîneur adjoint. Dans tous les cas, entraîner le FC Metz est un grand honneur. » Premiers éléments de réponse à Saint-Symphorien le 11 janvier prochain.

Photo : Moselle Sport - Article publié le 24 décembre 2015

© Moselle Sport 2022 | Conditions générales de vente | Politique de confidentialité