Moselle Sport, votre mensuel n°1 sur le sport mosellan

Paris FC – FC Metz : l’avant-match

Revenus de nulle part vendredi dernier, les Messins n’ont plus le droit à l’erreur. Avec un calendrier abordable, pour ne pas dire favorable, les Grenats doivent gagner à l’extérieur contre la lanterne rouge du championnat. Mais il faut toujours se méfier d’une bête blessée. Explications.

Au début de cette saison 2015-2016, le PFC était plein de promesses. Mais les querelles en interne (notamment entre l’ex entraîneur Denis Renaud et l’ex directeur sportif Alexandre Monier), un recrutement qui n’a pas été à la hauteur et la réalité de la Ligue 2 ont eu raison des bonnes dispositions de départ. Si l’arrivée de Jean-Luc Vasseur a été perçue par la majorité comme une bouffée d’air frais avec notamment de l’envie et davantage de contenu, le Paris FC n’a pas amélioré ses statistiques en championnat. Il reste englué à la dernière place du classement avec 10 points sur les premiers non-relégables que sont Valenciennes et Évian Thonon-Gaillard. Si mathématiquement les jeux ne sont pas (encore) faits, force est de constater qu’il y a plus de chance de voir les Parisiens évoluer au niveau inférieur l’année prochaine qu’en Ligue 2. 20e au classement certes mais aussi 20e attaque et seulement 14e défense de Ligue 2, le PFC n’est pourtant pas, à proprement parler, « à la rue » sur ses matchs. Il a notamment tenu tête à l’AJA, à l’ACA (qui était encore invaincue vendredi 11 mars à 20h45…) et aussi à l’ASNL, l’un des leaders en menant 2-0 jusqu’à se faire remonter pour finir par perdre 3-2. Le tout en écopant de deux cartons rouges… Une inconstance et une fébrilité retrouvées lors du dernier match face à Niort, un autre concurrent au maintien (défaite 2-1).

Statistiques et logique

Avec seulement 21 buts marqués dont 5 par Romain Grange, milieu offensif passé par Châteauroux et par Nancy –  le meilleur buteur du club à domicile – le PFC est toujours très clairement à la recherche d’un attaquant. En effet, au nombre de six, les titulaires de ce poste (Diarra, Fauvergue, Kone, Mogni, Ayari et Socrier) ont marqué… 8 buts dont 6 pour le seul Diarra. Un bilan famélique. Ce qui devrait, malgré tout, se montrer bien rassurant pour le FC Metz. 6e équipe à l’extérieur et auteur d’un match qui a donné des sueurs froides à tous les supporters face à l’AC Ajaccio, le FC Metz a toujours une petite chance d’accéder à l’échelon supérieur. De toute façon, les Messins se doivent de jouer leurs huit derniers matchs à fond. Comme des finales de coupe. Car s’il est toujours bien de compter sur des faux pas de l’un ou l’autre concurrent direct, les Grenats devront se montrer irréprochables d’autant plus que leur calendrier s’y prête volontiers. Mais sur les 5 derniers matches, il ne faut pas oublier non plus que le FC Metz n’a marqué que 4 points sur 15 possibles. Quand le PFC en marquait trois. L’écart n’est donc pas si énorme. Donc, vous l’aurez compris, si les statistiques récentes sont ce qu’elles sont, la logique est autre. Le FC Metz et le PFC ne jouent, a priori, pas dans la même cour. Mais il y a toujours un « mais ». La victoire reste donc plus que jamais obligatoire. Avec des objectifs différents de part et d’autre : rester dans la course à la montée (il n’y a que deux points qui séparent le FC Metz du Red Star) pour l’un et la survie pour l’autre.

Le groupe

Gardiens : Didillon, Oberhauser.

Défenseurs : Balliu, Reis, Rivierez, Udol, Milan.

Milieux : Ngbakoto, Mandjeck, Sassi, Krivets, Candeias, Doukouré, Lejeune.

Attaquants : Bekamenga, Diallo.

Suspendu : Métanire.

 

 

Photo : DR - Article publié le 18 mars 2016

© Moselle Sport 2022 | Conditions générales de vente | Politique de confidentialité