Moselle Sport, votre mensuel n°1 sur le sport mosellan

Metz – Montpellier : Assou-Ekotto écarté

Pour la réception de Montpellier, le FC Metz va devoir faire sans Benoît Assou-Ekotto, écarté par la direction du club, en accord avec Philippe Hinschberger, pour avoir manqué un rassemblement collectif. Déjà privé de son défenseur camerounais à Nice, le coach grenat va devoir faire de même face aux Héraultais.

A Montpellier, ça gronde

Plus d’une centaine de supporters de Montpellier ont manifesté jeudi, en marge d’un entraînement au centre Bernard-Gasset, leur soutien à l’entraîneur Frédéric Hantz, remis publiquement en cause à plusieurs reprises par le président Louis Nicollin depuis une dizaine de jours.  La brouille entre les deux hommes a commencé le 9 janvier au lendemain de l’élimination à Lyon en Coupe de France (5-0). « Je me pose des questions sur le coaching (…) Je commence à en avoir plein le cul. On n’a pas les moyens de le licencier (Hantz) mais c’est à lui de faire son boulot », avait vertement critiqué Nicollin. Le vendredi 13, en conférence de presse, Frédéric Hantz avait expliqué être «très touché» par cette déclaration en forme de « rupture ». « J’ai été ébranlé, c’est vrai… a expliqué Frédéric Hantz. Il y a une phrase qui me fait très mal, c’est : ‘On n’a pas les moyens de le virer, qu’il fasse son boulot.’ Pour moi, dans mon esprit, ça représente une rupture de manière évidente. Je trouve que c’est extrêmement dur et c’est pour ça que j’ai été touché. » Avant la réception de Dijon (1-1) en Ligue 1 samedi, le coach de Montpellier Frédéric Hantz avait répondu aux violentes critiques émises par Louis Nicollin après la déroute contre l’Olympique Lyonnais (0-5) en Coupe de France. Loin de calmer le jeu par rapport à son entraîneur, le président héraultais a surenchéri… « Il est susceptible ? Il ne pense qu’à sa gueule ! Durant la conf’ de presse, il aurait mieux valu qu’il parle de son équipe qui avait été pitoyable à Nantes (3-1) en Coupe de la Ligue. (…) S’il n’était pas content, il fallait qu’il me le dise » a-t-il déploré. Déçu de la tournure des événements, Loulou réfute dès lors avoir conclu un accord jusqu’à la fin de la saison avec son entraîneur, comme cela a pu être dit ou écrit. « Un accord, quel accord ? On continue comme ça et si on va en Ligue 2, et bien il viendra avec nous. Après, s’il veut partir, il peut… Samedi, j’irai  à Metz pour voir mon équipe et parler aux joueurs. »

A Metz, ça grince

Les problèmes entre Nicollin et Hantz ne sont pas les affaires de Philippe Hinschberger, qui a bien d’autres problèmes à gérer de son côté. « Ce conflit, je n’ai pas à le commenter et, surtout, je ne pense pas que ce soit un élément déterminant de ce Metz – Montpellier. Par contre, je sais que nous allons affronter une équipe de talent malgré le départ de Sanson et l’absence de Boudebouz ( blessé ). Il ne faudra pas la laisser s’exprimer mais, au contraire, lui faire mal. À l’aller, nous nous étions imposés (1-0), mais c’était chaud… «  Un match important pour le FC Metz qui débute une série de 4 matchs primordiaux. « C’est un tournant. Le but, c’est d’enclencher une série. Si on négocie bien les trois semaines à venir, on peut se refaire une santé et, surtout, se repositionner au classement. On doit nourrir de l’ambition sur nos quatre prochains matches, c’est une certitude. »

 

À cause d’un «problème de comportement» sanctionné dimanche dernier par Philippe Hinschberger juste avant le match à Nice (0-0), le latéral gauche Benoît Assou-Ekotto s’entraîne à l’écart du groupe sur décision de la direction, en concertation avec son entraîneur. Il réintégrera l’entraînement collectif lundi et manquera la réception de Montpellier, samedi (20h00), rencontre de la 21e journée de Ligue 1. Mais le coach messin pourra compter sur sa recrue Fallou Diagne, déjà performante à Nice. « Il a fait ce que j’attendais de lui avec caractère et sans stress : il a été dur sur l’homme, bon techniquement et il a effectué des changements de jeu intéressants. Il a fait une bonne rentrée. Nos milieux défensifs ont fait le boulot devant la défense. Fallou a emmené Chris ( Philipps ) dans son sillage. Ils ont bien monté la garde. Quand ça déblaye devant eux, c’est plus facile pour les défenseurs. »

 

Car pour Metz, l’heure est grave. Il faudra ramener mieux qu’un match nul de ce match contre Montpellier. Et secouer encore un peu plus les murs des vestiaires héraultais.

Photo : Moselle Sport - Article publié le 20 janvier 2017

© Moselle Sport 2022 | Conditions générales de vente | Politique de confidentialité