Moselle Sport, votre mensuel n°1 sur le sport mosellan

Metz, l’incroyable dénouement

Le club lorrain a validé sa montée dans l’élite en terminant à la troisième place du championnat de France de Ligue 2. Mais que ce fut dur ! Le FC Metz s’est incliné sur le terrain de Lens (0-1). Une contre-performance très mal venue car dans le même temps, Le Havre écrasait Bourg-en-Bresse (5-0).

Les Normands étaient revenus à égalité parfaite avec les Messins (même nombre de points, même différence de buts). Ce n’est que grâce à sa meilleure attaque sur toute la saison – deux buts inscrits en plus par rapport au Havre – que Metz a conservé sa troisième place. La fin de soirée fut insoutenable pour le coach Philippe Hinschberger : « A 10 minutes de la fin, je ne voulais même plus savoir le score qu’il y avait au Havre. » Le milieu de terrain Cheick Doukouré ajoute : « Je crois que Le Havre a eu même un poteau à la 90+5e. Quand j’ai appris ça, je me suis dit que Dieu est avec nous ». Finalement, la récompense est là pour les Grenats. Ils ont fait la fête samedi à l’hôtel de ville.
Le FC Metz monte bien Ligue 1. Mais les Lorrains ont eu extrêmement peur vendredi lors de la dernière journée du Championnat. Eux qui pensaient avoir fait le plus dur en dominant Tours la semaine dernière ne sont pas passés loin du scenario catastrophe qui les aurait empêché de grimper dans l’élite. Visiblement paralysés par l’enjeu, les Messins ont été menés au score dès la 9e minute après un but de Nomenjanahary. Et ils ne sont jamais parvenus à refaire le retard.

 

Pendant ce temps, Le Havre devait s’imposer par six buts d’écart contre Bourg-en-Bresse pour espérer monter si le Racing s’inclinait. Déchainés devant leur public, ils ont marqué par Ayasse (5e), Bonnet (38e), Mendes (44e), Chekabe (67e) et Gimbert (82e). Ils ont aussi touché deux fois les montants adverses. Dans le temps additionnel, le gardien Farnolle est passé près du but de la montée d’une tête finalement détournée par Fabri. Le HAC dispose du même nombre de points que Metz (65) et de la même différence de buts (+15 mais ils ont une moins bonne attaque (52 buts marqués contre 54). «C’est le pire scénario, finir à un but (de la montée)… Sur une saison, c’est cruel, a regretté Cédric Cambon sur beIN Sports. Mais ce soir on a été héroïque, on a eu des occasions, on aurait pu en mettre dix

 

Et avec tout ça, Metz est bien en Ligue 1. Dieu était Grenat.

Photo : DR - Article publié le 17 mai 2016

© Moselle Sport 2022 | Conditions générales de vente | Politique de confidentialité