Moselle Sport, votre mensuel n°1 sur le sport mosellan

Metz, in extremis

En égalisant à la dernière minute sur un pénalty de Cheick Diabaté, le FC Metz a récupéré in extremis un point important dans la course au maintien face au FC Nantes (1-1). Pour les Messins, c’est un point qui fait du bien. Pour les Nantais, c’est la colère qui l’a emporté.

Pour avoir mis une main dans le visage de Simon Falette, l’entrant Oswaldo Vizcarrondo a fait capoter le plan de Sergio Conceiçao, qui consistait à garder à tout prix le but d’avance inscrit par Valentin Rongier à Metz. Peine perdue, les Messins ont égalisé sur un penalty transformé par Cheick Diabaté en toute fin de match. Déjà critique envers l’arbitre de la rencontre d’hier, l’entraîneur du FC Nantes en a remis une couche dans les colonnes de L’Équipe : « Ce sont deux points perdus et ce n’est pas juste, on a contrôlé tout le match.  Le penalty est très généreux. Le foot est un sport de duels. Il y en a eu plein au milieu qu’il n’a pas sanctionnés, et là, à la 90e, il siffle penalty. Je ne suis pas d’accord. »

 

Les premiers à se mettre en action étaient pourtant les Messins. Sur un long ballon, Cheick Diabaté reprenait acrobatiquement le cuir, mais la tentative du longiligne attaquant passait au-dessus du montant de Rémy Riou. Les hommes de Philippe Hinschberger remettaient cela quelques minutes plus tard sur un coup-franc frappé par Renaud Cohade, c’est Simon Falette qui ne parvenaient pas à cadrer à un mètre du but nantais. La réponse nantaise intervenait à la 12e minute, Felipe Pardo voyait son ballon fuir le cadre de Didillon. Par la suite c’est Thomasson qui se montrait dangereux, à son tour. L’ancien joueur d’Evian-Thonon Gaillard voyait sa frappe déviée passée proche du poteau du portier messin.

 

Dès l’entame de la deuxième période, Thomasson mettait Didillon à contribution. De 25 mètres, l’ailier nantais catapulte le ballon vers la lucarne, mais le gardien lorrain se détendait pour repousser le ballon. Le FC Nantes se créait de plus en plus d’occasions, et Emiliano Sala croyait ouvrir le score sur corner, mais c’était sans compter sur Ivan Balliu qui traînait devant la ligne de but et renvoyait la balle. Méritants, les Canaris ouvraient le score par l’intermédiaire de Valentin Rongier. Sur une contre-attaque, Bammou décalait Thomasson, ce dernier servait Rongier qui ajustait parfaitement pour tromper Thomas Didillon. Dans les dernières minutes du match, Vizacarrondo concèdait alors un penalty sur une faute sur Simon Falette. Diabaté ne se faisait pas prier pour transformer et égaliser.

 

« C’est un bon point parce qu’on a rencontré une belle équipe de Nantes qui est très valeureuse, expliquait Philippe Hinschberger après la rencontre. La première période était équilibrée. Sur la deuxième, Nantes était meilleur, beaucoup plus incisive. On s’en sort bien. La seule chose que je peux regretter, c’est le but qu’on prend car c’est un coup franc pour nous au départ. On a souffert en deuxième période, on est moins bien rentré. Sur le penalty, je ne sais pas. Aujourd’hui c’est en notre faveur, d’autres fois en notre défaveur. Sur les dernières minutes, on a tout donné, c’était parfois du hourra-football. »

 

Photo : Moselle Sport - Article publié le 20 février 2017

© Moselle Sport 2022 | Conditions générales de vente | Politique de confidentialité