Moselle Sport, votre mensuel n°1 sur le sport mosellan

Metz enchaîne avant d’aller chez le leader

Quelques jours après avoir battu l’Olympique de Marseille (1-0) à Saint-Symphorien, le FC Metz a remis ça contre Dijon (2-1) et se donne un bon bol d’air dans la course au maintien. Grâce au premier but de la carrière professionnelle d’Ismaïla Sarr et à un pénalty de Diabaté, les Grenats se retrouvent à la 12e place, mais avec seulement 3 points d’avance sur le barragiste. Méfiance tout de même…

Le FC Metz est bien une équipe de cycles. Sur une pente glissante en fin d’année, le club lorrain reprend des couleurs. Après un succès de gala contre l’OM (1-0), vendredi, les Grenats ont signé une deuxième victoire consécutive contre Dijon (2-1), concurrent direct dans la course au maintien. La première période était assez fermée. Cheikh Diabaté fut tout proche de débloquer la situation mais l’ancien Bordelais perdait son duel avec Baptiste Reynet (26e). En fin de première période, le puissant Malien était néanmoins à l’origine de l’ouverture du score, son travail de sape profitant au virevoltant Sarr, qui trompait Reynet (1-0, 46e). Un but au meilleur moment pour les Messins, entreprenants mais pas toujours précis dans le dernier geste. « On a fait notre match, dans l’ensemble, même en première période, explique Philippe Hinschberger. On a eu des occasions, on aurait mérité d’arriver à la pause avec un but d’avance. Mais on a manqué de conviction, comme si on n’avait pas envie de terminer nos actions, de finaliser. Le but qu’on a marqué en début de deuxième période nous fait du bien, le penalty nous a libérés. »


Sarr, de retour de la CAN, restera l’homme de ce duel de promus. Il se souviendra longtemps de son 20e match de Ligue 1. S’il l’oublie, c’est qu’il aura brillé en bien d’autres occasions parce qu’il a été la clé du succès messin, mercredi soir. Après avoir inscrit le premier but de sa carrière dans l’élite en suivant bien un mouvement de Cheick Diabaté qui s’était joué de la défense centrale dijonnaise (46e), il a été à l’origine de l’expulsion de Jordan Lotiès (60e), coupable d’une obstruction sur lui, puis du penalty converti par Diabaté (60e). « On va retenir les trois points, note Yann Jouffre. Le fait de remonter à la douzième place fait du bien, mais on n’est à l’abri de rien. On avait réussi un gros début de saison et on avait ensuite traversé une très mauvaise série. Notre équipe reste fragile, mais ces deux succès de suite à domicile nous rassurent bien sûr beaucoup. Maintenant, il faut bien récupérer avant d’aller à Monaco samedi. Les Monégasques sont fantastiques mais on n’y va pas en victimes. » Le succès 2-1 (Varrault a réduit le score pour Dijon), au lendemain des défaites de Montpellier contre Monaco et Lille à Paris, permet à Metz de remonter à la 12e place, avec trois points d’avance sur le barragiste Angers et sur son adversaire du soir. « C’est simplement dommage que l’on encaisse ce but. 2-0, c’est un bon score mais quand on encaisse un but, ça devient un score pourri. Ce but encaissé nous a remis dans nos petits souliers. Je remarque que sur l’année 2017, on encaisse beaucoup moins de buts. Il y a une prise de conscience, un peu de réussite mais surtout, on a un autre visage. »

 

Photo : Moselle Sport - Article publié le 9 février 2017

© Moselle Sport 2022 | Conditions générales de vente | Politique de confidentialité