Moselle Sport, votre mensuel n°1 sur le sport mosellan

Futur entraîneur du FC Metz, la playlist

Annoncé comme le futur entraîneur du FC Metz, Frédéric Hantz a démenti tout contact avec l’état-major messin ces derniers jours. Alors, qui pour remplacer Philippe Hinschberger, limogé dimanche ? Voici une liste (très) exhaustive (et pas totalement sérieuse) des entraîneurs libres qui pourraient faire le bonheur du président Bernard Serin.

Le plus beau palmarès : Carlo Ancelotti

Bernard Serin ne sait toujours pas quoi faire des 17 millions d’euros engrangés par la vente d’Ismaïla Sarr ? Bah, voilà une bonne raison d’investir de l’argent. Après avoir glaner plusieurs ligues des champions, entraîné les plus grands clubs (Real Madrid, Chelsea, Paris, Bayern Munich ou Milan), le « Mister » aurait envie de jouer le maintien dans une ville qu’il pourrait apprécier, lui le grand admirateur de vin (il serait chaud ici). Zlatan pourrait même le suivre…

Le plus « touchy » : Thomas Tuchel

Annoncé au Bayern Munich pour remplacer Carlo Ancelotti, le coach allemand a finalement été coiffé au poteau par l’ancien retraité Jupp Heynckes. Jeune (44 ans), ancien entraîneur de Dortmund et de Mayence, le technicien est ce qu’on appelle communément un « coach à la mode » comme Jurgen Klopp ou Andre Villas Boas en leurs temps. Voisin, il pourrait s’imprégner de la culture lorraine très rapidement. Gabriel Heinze, dans un autre genre, aurait approché la direction messine… en vain.

Le plus « local » : Sylvain Marchal ou Grégory Proment

Formé au club, ancien capitaine, coach des équipes des jeunes du FC Metz pour l’un et de Caen pour l’autre. CQFD. Pour le plaisir des yeux.

Le plus « local mais un peu plus loin » : Luc Holtz

Sélectionneur actuel de l’équipe nationale du Luxembourg, Luc Holtz a été mis en valeur grâce aux résultats intéressants du Grand Duché lors des éliminatoires de la Coupe du Monde 2018 mais surtout au nul obtenu en France (0-0). Déjà reçu par Bernard Serin, le Luxembourgeois n’a aucune expérience en France en tant qu’entraîneur mais reste très apprécié par le président messin. Novice de chez novice donc…

Le plus « marronnier » : Patrick Remy

Rare entraîneur à ne pas avoir entraîné le FC Metz après y avoir joué, Patrick Remy a été sûrement l’entraîneur le plus cité à chaque changement d’entraîneur lors des 20 dernières années, sans jamais être choisi ou reçu. Aujourd’hui loin des bancs de l’élite (dernière équipe entraînée en 2010), il ne prendrait même plus le FC Metz à Football Manager tant il est déçu de n’avoir jamais été appelé.

Le plus « non pas lui » : René Girard

Jamais apprécié, pourtant capable d’exploit incroyable comme le titre de champion de France avec Montpellier en 2012, René Girard est sûrement l’entraîneur le moins aimé avant même qu’il ne commence dans un club. Que ce soit à Lille ou à Nantes, son arrivée avait provoqué une vague d’indignation chez les supporters locaux. Alors, « nooooon pas lui » à Metz ?

Le plus « meilleur rapport qualité/prix » : Laurent Blanc

En empochant 22 millions d’euros lors de son licenciement à l’été 2016 du PSG, Laurent Blanc a clairement gagné de nombreuses années de salaire d’avance. Du coup, il accepterait volontiers de travailler pour un abonnement à L’Équipe et quelques tickets restaurant. Et ce serait une économie en plus d’avoir un entraîneur multi champion de France.

Le plus « oublié des présidents » : Frédéric Antonetti (et Elie Baup)

Être consultant n’est pas toujours la preuve qu’on peut retrouver du boulot rapidement. Paul Le Guen a passé plusieurs années à Canal + avant d’aller en Turquie, même chose pour Eric Roy à beIN Sports avant d’aller… à Lens en tant que directeur sportif. Certains préfèrent même prendre des débutants (Mickaël Landreau) que des confirmés qui attendent leur tour. C’est le cas de Fred Antonetti, sans club depuis son départ de Lille en novembre 2016, et Elie Baup, parti de Marseille en 2013. Alors, le retour ?

Le plus « trop cher, dommage » : Claude Puel

Capable de faire des miracles (Nice et Lille) autant que des ratés (Lyon et Southampton malgré une finale de League Cup), Claude Puel serait le parfait profil pour amener les jeunes pépites du centre de formation et de Génération Foot à Dakar à éclosion. Celui qui a révélé des joueurs comme Cyprien, Séri, Souquet ou Koziello à Nice pourrait faire des merveilles avec Thill, Niane ou Philipps. Il veut persévérer en Angleterre (Leicester ?) et n’est pas dans les tarifs messins.

Le plus « médiatique » : Rolland Courbis

Il ne connaît pas l’Est de la France, lui qui a déjà entraîné Bordeaux, Marseille, Ajaccio, Rennes, Montpellier, Lens, Toulon et Toulouse. Sa poigne et son sens aigu de la critique font de lui un entraîneur apprécié sur les ondes de RMC. Serait-il capable de remonter le FC Metz après l’avoir fait avec son club de Montpellier ? Il a déjà réanimé des équipes. Donc pourquoi pas Metz.

Le plus « non je déconne » : Jean-Pierre Papin

On n’est pas toujours un grand entraîneur après avoir été ballon d’Or. Hein Jean-Pierre ? Comme Hristo Stoïchkov, Michel Platini, Diego Maradona et Lothar Matthaüs avant lui. L’ancien coach de Strasbourg et Lens n’a jamais été rappelé par les clubs de L1 et L2 malgré un dernier intérêt d’Auxerre l’an passé. Donc, non merci JPP.

Le plus « LOL » : Pablo Correa

Chiche ? 😀

 

Photo : DR - Article publié le 24 octobre 2017

© Moselle Sport 2022 | Conditions générales de vente | Politique de confidentialité