Moselle Sport, votre mensuel n°1 sur le sport mosellan

Fiction : José Mourinho signe au FC Metz, promu en L1

Libre de tout contrat depuis la fin de son aventure avec Chelsea à l’hiver dernier, le Special One décide, contre toute attente de signer au FC Metz, garantissant ainsi à tout un peuple lorrain que « La Ligue des Champions est l’objectif du club cette saison » alors que Metz est tout récent promu. Une saison de Mourinho, ça donnerait quoi ? Eléments de (presque) réponses.

« Bekamenga ? Il a 30 ans. Peut-être 36 même, qui sait ? »

A peine arrivé à Metz, Mourinho fait le bilan de l’effectif dont il vient d’hériter. Invité sur le plateau de Téléfoot, le coach portugais lâche cette info entre deux magnétos. La vieillesse supposée de Bekamenga, la « caravane » traînée par son compatriote Nuno Reis lors des matchs de pré-saison ou encore le pied gauche « parti en voyage depuis longtemps » de Tiago Gomes, José Mourinho ne tarit pas d’éloges sur son effectif et décide de se séparer de 80 % de l’effectif. Sauf Didillon, parce qu’il « parle plutôt bien pour un Français ».

« Si je suis autant critiqué c’est de ma faute. J’ai mal habitué les gens. J’ai mis la barre trop haut en gagnant trop partout ou je suis passé. »

En arrivant à Metz, Mourinho met la barre très haute : « Je joue la qualification pour la Ligue des Champions, comme dans chaque club dans lequel j’ai été. Et vu le niveau de la Ligue 1, ce ne sont pas Angers ou Nice, qui jouaient le haut de tableau l’an dernier, qui vont me faire flipper. » Pour se donner les moyens de ses ambitions, Mourinho rapatrie son ancienne colonie du FC Porto : Ricardo Carvalho quitte Monaco pour Metz, comme Bosingwa qui arrive de Trabzonspor et Quaresma de Besiktas. Il demande à Deco d’être son adjoint et à Benni McCarthy de s’occuper des attaquants. Il se ravisera en voyant les stats de McCarthy dans sa carrière et recrutera Helder Postiga à la place. Faute de mieux.

« Si tu vas avec un bon chien, tu chasses plus. Si tu vas avec un chat, tu chasses moins mais tu chasses quand même. »

Lors de la conférence de presse d’avant-match du derby face à Nancy, José Mourinho fracasse l’attaquant nancéien Youssouf Hadji. A propos d’Aït Benasser ? « Who ? » répondra laconiquement Mourinho. Et sur la nouvelle coqueluche de l’équipe au chardon, Clément Lenglet ? « Il est encore titulaire malgré ses débuts ? C’est une bonne nouvelle pour nous qu’il joue. » Comme à on habitude, Mourinho utilise ses déclarations pour déstabiliser son adversaire. Metz battra Nancy 2-0 dont un but contre son camp de Lenglet.

« Laurent (Blanc), je l’admire et j’admire Paris. Il est impossible de rester aussi longtemps sans aller en demi-finale de la C1 sans un soutien fantastique du club, y compris dans les mauvais moments, surtout que ces moments ont été nombreux, notamment contre moi. »

Avant un déplacement périlleux à Paris, en tête du championnat, José Mourinho en remet une couche à propos du coach parisien. « C’était facile pour Blanc car il n’y avait aucune équipe pour rivaliser avec lui. Lyon ? C’est aussi fort que Stoke en Premier League. Marseille ? Ils sont en Ligue 1 depuis le départ de Drogba ? Monaco ? Le club où Falcao et James sont partis au bout d’un an après avoir usé les casinos monégasques ? Je répète, sans équipe pour rivaliser. Avec Metz, ça va changer et le président du PSG, Nasser Al Machin Truc pourra chercher un vrai coach. Genre Baup ou Montanier. Non je déconne. »

« Un jour, quand on perdra, ce sera férié national mais on est préparé pour cela… »

Invaincu, Metz pointe à la deuxième place de la L1 à la trêve. Avant son match de la 19e journée contre le PSG, José Mourinho assure que son début de saison réussi n’est qu’un début. « Pour ne pas mettre trop de pression sur Paris et ses records, je vais faire jouer quelques jeunes. Le petit (Vincent Thill, 17 ans, NDLR) jouera peut-être, ma fille aussi d’ailleurs. Et on pourra même gagner. » Meilleur buteur du championnat à égalité avec Robert Lewandowski, le nouvel attaquant du PSG, Loïc Remy  – prêté par Chelsea – a confiance dans son équipe. « José nous apporte beaucoup de confiance. c’est pour ça que tout fonctionne bien. » Paris battra Metz 3-1, et José demande à l’État français de placer le 17 décembre comme jour férié. Demande refusée. José Mourinho menacera de démissionner, il restera quand même.

« Si je devais me noter sur 10, je me mettrais un 11. »

A la fin de saison, Metz finit 3e du championnat derrière Paris et Monaco. Le Special One se gargarise de son succès. « On finit 3e parce qu’on l’a voulu. Finir champion de L1 en montant de L2 aurait été une très mauvaise pub pour le championnat français. Et nous, on respecte le football français. » Carvalho raccroche en fin de saison, Mourinho quitte le FC Metz pour la sélection portugaise et Metz décide de recruter… Elie Baup. Et Metz perdra contre le FC Red Bull Salzbourg en tour préliminaire de Ligue des Champions. On ne se refait pas.

Photo : DR - Article publié le 28 janvier 2016

© Moselle Sport 2022 | Conditions générales de vente | Politique de confidentialité