Moselle Sport, votre mensuel n°1 sur le sport mosellan

La Ligue 2, et maintenant ?

La montée en Ligue 2 acquise, le Football Club de Metz se doit maintenant de continuer son ascension pour retrouver, le plus vite possible, la place qui est la sienne historiquement, la Ligue 1. Mais Metz peut-il le faire ? La rédaction de Moselle Sport est allée à la rencontre de spécialistes du football pour leur demander leur avis. Extraits.

Le FC Metz a-t-il redoré son blason en remontant en Ligue 2 cette année ?

L’avis des anciens joueurs

Jean-Philippe Séchet : « Une remontée immédiate va faire du bien à l’image du club »

« Oui quand on vient de remonter l’année suivant la relégation, automatiquement on redore le blason. Au-delà du classement, j’estime que le travail fourni par Albert Cartier depuis son arrivée a porté ses fruits, tant dans le jeu proposé par l’équipe que par le comportement des joueurs. Et, de ce fait, a fait revenir le public au stade Saint-Symphorien. Il y a eu une alchimie entre les anciens et les jeunes qui a produit un beau résultat. Pour durer en Ligue 2 et éventuellement retrouver la Ligue 1, il faudra aussi changer la philosophie de formation du club qui n’est, selon moi, pas la bonne. Laisser les jeunes s’épanouir dans leur club, quitte à les intégrer de temps en temps avec des équipes du FC Metz, pour qu’ils connaissent l’adversité et non la facilité de gagner des matches 13-0 tous les week-ends. Et puis cesser ces partenariats avec le Canada ou la Chine qui, sauf erreur de ma part, n’ont jamais été des grandes nations de football. À mon époque, l’ancien centre de formation sortait de futurs internationaux, sans tous les moyens qu’ils ont aujourd’hui. Il faut se pencher davantage sur le bassin lorrain. Il faudra faire les bons choix. »

 

Ancien joueur du FC Metz (1992-1994), Jean-Philippe Séchet est aujourd’hui entraîneur de Raon-L’Étape (CFA).
 

Michel Ettorre : « Le retour de Grégory Proment a été un message fort »

« La descente en National a été un vrai drame pour le club et la région. La remontée du club était surtout primordiale pour la survie du club mais aussi pour l’image de celui-ci. Donc oui, le blason a été, en partie, redoré. Un garçon comme Grégory Proment a fait énormément de bien à cette équipe et à ce club en revenant alors que Metz était en National. J’avais été très sévère à son égard lorsqu’il a quitté le club en 2006 car cela m’avait profondément agacé qu’une figure du club comme lui puisse partir. Mais ce qu’il a fait en revenant au club est un signe fort de son amour pour le club et cela a été le déclic pour le FC Metz. Il a tiré tous ces jeunes vers le haut et un collectif s’est créé. L’image d’un club ne se fait pas uniquement sur ses résultats sportifs. Le football a changé et j’ai du mal avec cette nouvelle génération de joueurs qui ne font que passer dans les clubs sans s’intéresser à son histoire. J’aimerais qu’à Metz, les joueurs se battent pour le maillot et non pour leur avenir professionnel. C’est peut-être le cas, l’avenir nous le dira.  »

 

Ancien gardien emblématique du FC Metz dans les années 80, il a également été dans le staff technique du club.
 

Quel rôle peut jouer le FC Metz en Ligue 2 l’an prochain ?

L’avis des journalistes

François Pinet(I-Télé) :« Le maintien… et pourquoi pas viser plus haut ? »

« Le maintien du FC Metz sera obligatoire pour pouvoir, un jour, retrouver le standing qui est le sien. Maintenant, ce ne sera pas aisé car la Ligue 2 est de plus en plus concurrentielle avec des clubs importants comme Auxerre, Lens, Le Havre ou Angers. La reconstruction du club passera par une bonne saison en Ligue 2 en tentant de se maintenir le plus tôt possible. Cela passera par un mercato réussi mais aussi des bons débuts car on sait toute l’importance des premiers matches de championnat dans la réussite d’une saison. La logique économique prendra sûrement le pas sur la logique sportive mais il faudra que Metz fasse les efforts nécessaires pour conserver ses hommes forts comme Yeni Ngbakoto ou Diafra Sakho par exemple. Le club a, selon moi, vendu quelques joueurs trop tôt par le passé et je pense qu’une bonne équipe se fait sur la durée. Donc, le maintien… et pourquoi ne pas viser plus haut ? »

 

Christian Jougleux (RL) : « Le recrutement sera la clé »

« Impossible d’y répondre sans connaître les intentions du club en matière de recrutement car ça sera la clé de la saison prochaine du FC Metz. Il faut recruter à tous les étages et retenir des joueurs qui ont été important cette saison comme Bruno Cirillo, Yeni Ngbakoto ou encore Ahmed Kashi, le joueur de l’année selon moi. Dans un premier temps, il faudra stabiliser le club en obtenant un maintien rapide puis voir si le club a les moyens de faire monter cette équipe jusqu’en Ligue 1 rapidement. L’équipe de l’an prochain n’aura plus grand-chose à voir avec celle de cette année à mon avis. Il faudra trouver des joueurs de Ligue 2 avec de l’expérience, des joueurs avec le profil de Proment, c’est-à-dire avec un esprit club, et des joueurs de National qu’on pourrait récupérer à moindre coût comme Jimmy Nirlo à Bourg Péronnas ou Romain Chouleur à Épinal, et qui m’ont fait forte impression. Bien encadrée, la jeune garde messine a un bon coup à jouer l’an prochain, à condition, encore une fois, de les conserver. Il faudra être malin et intelligent dans le recrutement. »

 

La Ligue 1 dans les trois prochaines années, rêve ou réalité ?

L’avis de joueurs de Ligue 1

Franck Signorino, Stade de Reims : « Garder son ossature actuelle »

« Quand je suis passé me refaire une santé avec la réserve, en été 2011, entre Charleroi et ma signature à Laval, je ne sentais pas une grande sérénité dans la présidence et le club était alors en Ligue 2. C’est difficile à dire mais il y a deux cas de figure pour le FC Metz. Un destin à la bastiaise qui a retrouvé la L1 deux ans après avoir rétrogradé en National ou à la toulousaine où les Pitchounes avaient permis au Téfécé de retrouver l’élite rapidement, ce qui pourrait arriver au FC Metz si jamais la jeune garde tire l’équipe vers le haut comme Khazri ou Thauvin à Bastia. Mais il y a aussi le cas de Lens qui n’a cessé de chambouler son effectif, de changer d’entraîneur et qui n’arrive pas à revenir en Ligue 1 malgré son passé historique dans l’élite. Il faudra au FC Metz la possibilité de conserver ses jeunes éléments pour qu’ils puissent être des locomotives pour le club. Je pense à Yeni notamment, qui est vice capitaine cette année et qui, en cas de départ, serait difficile à remplacer, tant sur le terrain que dans le vestiaire. Metz a trop souvent laissé partir ses joueurs trop tôt et cela leur a porté préjudice par la suite. Il faut conserver cette ossature de jeunes prometteurs et stabiliser ce club. Et après, pourquoi pas ? »

 

Formé au club, Franck Signorino a joué plus de 120 matches avec les Grenats jusqu’en 2005 où il signe à Nantes. Il est à Reims depuis 2012.
 

Kévin Diaz, OGC Nice : « Se stabiliser 2-3 ans en Ligue 2 »

« Le mieux, je pense, c’est que le club se stabilise 2-3 ans en Ligue 2 avant de rejouer les premiers rôles et tenter de monter en Ligue 1. Pour les avoir rencontrés en Coupe de France en janvier dernier avec Nice, je trouve que cette équipe possède de très bons jeunes qui ont su tenir la dragée haute à une équipe de Ligue 1 donc les voir dans trois ans en L1 n’a rien de farfelu. Le FC Metz possède un groupe homogène et il faudra qu’il soit aussi concerné et persévérant car la Ligue 2 est de plus en plus difficile et il ne faudra pas baisser la tête à la première mauvaise passe venue. Même si les moyens sont limités et que les joueurs sont jeunes, il faut être ambitieux. Et après tout est possible.» 

 

Prêté à Metz de 2010 à 2012 par l’AS Monaco, Kévin Diaz joue aujourd’hui à Nice depuis l’été dernier.

Photo : Moselle Sport - Article publié le 10 juillet 2013

© Moselle Sport 2022 | Conditions générales de vente | Politique de confidentialité