Moselle Sport, votre mensuel n°1 sur le sport mosellan

FC Metz – Créteil : l’avant-match

Le 22 janvier, le FC Metz accueillera l’US Créteil Lusitanos. Un adversaire en fâcheuse posture, à deux points de la zone rouge (21 points). Les Grenats auront cœur à se racheter de leur défaite face au VAFC (2-1), un autre mal classé, devant leur public à Saint-Symphorien.

« On manque de percussion, de jeu combiné. On n’a jamais été dans la profondeur, on ne les a jamais pris de vitesse. On n’a pas non plus fait briller leur gardien. Déjà, on était contents d’ouvrir le score sur ce coup franc. VA a su jouer avec ses qualités de vitesse et de percussion. On les a plutôt bien jugulé pendant une heure. Après, c’était plus dur. Ils ont mérité leur victoire », déclarait Philippe Hinschberger au journal L’Équipe, à l’issue du match qui opposait les Grenats à Valenciennes. Un VAFC qui remportait du coup sa première à domicile. Metz qui a, peut-être pêché par orgueil, se doit plus que jamais de se méfier des mal classés. Auteur d’un match nul correct face à Lens (1-1), un autre prétendant à la montée, l’US Créteil Lusitanos vient en Moselle pour ne pas perdre. Premier non-relégable (deux points de plus que Sochaux qui en compte 19), il devient urgent pour les Franciliens de s’éloigner de la zone rouge qui leur colle aux basques depuis bien trop longtemps. Ou plus exactement depuis fin octobre, date de leur descente inexorable dans les bas-fonds du classement. Les statistiques des Cristoliens sont en rapport avec leur classement : en 21 matches, ils ont marqué 24 buts mais en ont encaissé 38. Soit 18 de plus que le FC Metz qui n’en a mis que… 23. La faute à l’absence remarquée d’un attaquant digne de ce nom. Fort heureusement, on peut compter sur Yeni Ngbakoto, milieu de métier, qui avec, 8 réalisations, est le meilleur buteur du club. Soit exactement le même nombre de buts que Faneva Ima Andriatsima, au poste d’attaquant à l’US Créteil Lusitanos.

Statistiques faméliques

En dépit de l’arrivée au début du mois de décembre du coach expérimenté Laurent Roussey, passé notamment par Lille, Saint-Étienne et la Suisse (FC Lausanne et FC Sion), les Cristoliens ne se sont pas transformés. Leur rythme, depuis le début de l’année, est plutôt poussif. Ils ont notamment pris l’eau face au promu Bourg-en-Bresse, très solide à domicile. Très logiquement, Metz a les épaules pour prendre l’ascendant sur son adversaire de vendredi. Mais – car il y a toujours un « mais » – Le FC Metz est une équipe sans vrais attaquants. L’arrivée de Christian Bekamenga doit donc bouleverser la donne. Prêté à Lens par Troyes en 2015, il n’a été titularisé qu’à 7 reprises par Antoine Kombouaré. Le Camerounais, international à 4 reprises avec la sélection olympique, a donc mois de six mois pour convaincre… et pour enfin offrir à Metz l’attaquant buteur qu’il n’a jamais eu cette saison. Car les statistiques de nos « attaquants » sont terribles pour un prétendant à la montée. À ce jour, Juan Kaproff totalise 9 matches pour 0 but, Habib Diallo, 4 matchs pour 0 but et Célestin Djim, 3 matches pour 0 but… Mayuka (10 matchs, 2 buts) est parti sous d’autres cieux tandis que Kabore vient de marquer son tout premier but face à Sochaux le 11 janvier dernier. Bekamenga est donc attendu comme le Messie. Le 22 janvier, c’est aussi le moment ou jamais de remonter sur le podium. Car il y aura des bouleversements à l’issue de cette 22e journée : Lens (6e) accueille Dijon (2e) et Clermont (4e) reçoit Le Havre (3e).

Photo : Moselle Sport - Article publié le 20 janvier 2016

© Moselle Sport 2022 | Conditions générales de vente | Politique de confidentialité