Moselle Sport, votre mensuel n°1 sur le sport mosellan

FC Metz – Chamois niortais : l’avant-match

Jamais deux sans trois. Le FC Metz aimerait bien confirmer l’adage en alignant une troisième victoire consécutive ce vendredi face aux Chamois niortais, 17e au classement. Dans les deux cas, il y a urgence pour les deux équipes. Explications.

Le FC Metz a renoué avec ses bonnes habitudes. Celles d’un candidat à la montée. Avec 50 points, les Grenats ne sont certes, pas encore revenus sur le podium mais s’en approchent. En effet, ils ne sont qu’à un point du Havre (qui sera opposé à Laval, 13e, lors de cette 32e journée) et à deux du Red Star (qui jouera lundi contre le PFC, dernier du classement). De toute façon, le FC Metz n’a plus le droit à l’erreur. Il faut tout gagner pour espérer accéder à la L1, sans avoir à se préoccuper des autres qu’ils soient devant ou derrière. L’adversaire du jour est également dans l’urgence. Pas tout à fait la même que celle des messins. Eux doivent gagner pour se maintenir en L2. À seulement deux points du premier repérable (Sochaux), les Chamois niortais sortent d’une défaite face à Ajaccio qui s’est bien repris après sa déconvenue à Saint-Symphorien. Des Chamois qui, malgré le changement d’entraîneur (Brouard remplacé par la paire Faure-Tourenne), ont perdu 10 fois cette saison, accumulé 16 matchs nuls pour seulement 5 victoires. Mais attention, Niort, l’une des anciennes maisons de Philippe Hinschberger, a toujours eu le bon goût de tenir tête aux ténors de L2 : 2-2 contre Dijon à la 20e journée, 0-0 face à l’ASNL à la 24e journée ou encore 0-0 face au Havre à la 28e journée. Une habitude qu’il entend bien perpétuer face au FC Metz mais aussi face au RC Lens et au Red Star, ses deux prochains adversaires. Cependant, Niort attaque Metz dans son antre de Saint-Symphorien à un moment où les Grenats sont très en forme. Si d’après le site Internet des Chamois niortais, « Philippe Hinschberger, l’ancien technicien des Chamois a remis de l’ordre dans la maison, son équipe reste friable », elle reste néanmoins douée de capacités mentales hors du commun. On l’a vu face à Ajaccio alors que Metz était bien mal embarquée ainsi que contre le dernier du championnat qui s’était permis d’ouvrir le score. Ce FC Metz à réaction a donc des vertus.

Question d’urgence

Au match aller, le 6 novembre 2015 lors de la 14e journée, Yeni NGbakoto avait ouvert le score à la 42e. Malgré leur domination, les Grenats avaient été alertés par une incursion du capitaine des Chamois, Jimmy Roye avant d’être piégés par Mathieu Sans (71e). Lors de ce match, l’attaquant Ande Dona Ndoh (notre photo) n’avait pas fait parler de lui. Le meilleur buteur de l’équipe niortaise – 9 buts, soit le même total que NGbakoto – n’est pas très en verve actuellement car il n’a plus « scoré » depuis Clermont (27e journée – 90e +4). Nul doute qu’il devrait être muselé par la défense messine. Par ailleurs, vous l’aurez compris, le parcours en L2 de Metz en terme statistique fait clairement pencher la balance en faveur des Grenats. Mais on sait les Messins capables du meilleur comme du… pire. Car si les deux dernières prestations ont été couronnées de succès, les trois matchs précédents s’étaient soldés par trois défaites : 0-1 face au HAC (0-1), 2-1 face au Nîmes Olympique (27e journée) et 2-1 face à Clermont (29e journée). Il ne faut pas oublier non plus que les Chamois sont au bord du précipice et sont plus que jamais dans l’urgence. Rien de plus dangereux qu’une bête blessée…

Le groupe

Gardiens : Didillon, Oberhauser.

Défenseurs : Balliu, Reis, Rivierez, Udol, Milan.

Milieux : Ngbakoto, Mandjeck, Krivets, Candeias, Doukouré, Lejeune, Kaprof.

Attaquants : Bekamenga, Diallo.

Suspendu : Métanire.

Photo : Moselle Sport - Article publié le 1 avril 2016

© Moselle Sport 2022 | Conditions générales de vente | Politique de confidentialité