Moselle Sport, votre mensuel n°1 sur le sport mosellan

Après le drame, la honte

Semaine noire pour le FC Metz. Après la déroute vécue mercredi soir aux stade Marcel-Picot, les Grenats ont vu leur match arrêté après le jet de pétards à destination du gardien lyonnais, Anthony Lopes, qui a provoqué l’arrêt de la rencontre alors que les Messins menaient 1-0 sur un magnifique but du jeune Gauthier Hein. Les deux clubs sont choqués, les sanctions risquent d’être très lourdes.

Le conte de fées de Gauthier Hein n’aura pas duré plus de quelques minutes. Le jeune milieu de terrain venait d’enrouler une frappe magnifique dans la lucarne droite d’Anthony Lopes et faisait soulever tout un stade pour l’ouverture du score de ce Metz-Lyon très attendu après la déroute à Nancy en milieu de semaine. Puis, après ce but, le drame. Sur les premières images de beIN Sports, Anthony Lopes, gardien remplaçant de l’équipe du Portugal championne d’Europe, est déjà à terre, visé par un premier pétard. Un deuxième explose tout près de lui, provoquant la colère des joueurs de Metz et de Lyon envers les ultras messins auteurs des jets. Et le médecin de Lyon a lui aussi été touché par des jets pétards.

L’arbitre du match, Lionel Jaffredo, a alors pris le ballon en mains et ramené les équipes au vestiaire pour tenter de calmer les esprits. C’était la demi-heure de jeu. Mais au bout de 45 minutes, les joueurs ne sont pas revenus et le speaker a annoncé  que le match était tout simplement annulé. Une bronca monumentale s’est alors élevée dans le stade Saint-Symphorien, en direction du groupe de supporters d’où ont été lancés les pétards.

Le FC Metz risque des sanctions devant la commission de discipline de la LFP, notamment de perdre le match sur tapis vert par pénalité. La LFP « regrette ces incidents et sera intransigeante dans la suite qui sera donnée à ce dossier », a-t-elle fait savoir dans un communiqué. « Faire en sorte qu’un joueur de cette valeur, champion d’Europe en titre soit blessé en cours d’un match, c’est du jamais vu. Il faut que la Ligue et la Fédération réagissent très fortement », a réclamé le président de Lyon Jean-Michel Aulas sur beIN Sports.« On est dans une situation que personnellement je n’ai jamais connu. La sécurité doit être assurée par le club qui reçoit. On a vu qu’il y avait des choses inadmissibles et que l’on ne pensait pas voir sur un terrain ».

« Ils ont sali l’honneur de notre club »

Un peu plus tôt, le président du club messin Bernard Serin avait annoncé que les auteurs des jets de pétards avaient été identifiés et allaient être interpellés. Et promettre un renforcement de la sécurité autour du stade Saint-Symphorien. «Les incidents qui se sont produits samedi soir au Stade Saint-Symphorien sont absolument inacceptables. Ils sont le fruit de quelques individus isolés qui, par leur comportement inqualifiable, ont sali l’honneur de notre club, de notre ville et celui des supporters messins qui, eux, aiment profondément leur club. Ces individus font honte au FC Metz, ils me font honte à titre personnel», a-t-il lancé.

Et de poursuivre : «Ces individus ont franchi la ligne rouge. Les actions de prévention, les fouilles préalables, l’appel à des brigades cynophiles et même les dispositifs de sécurité gigantesques déployés sur nos matches ne sont pas suffisamment efficaces pour empêcher un ou deux individus de se rendre coupables d’actes irréparables, isolés et instantanés. C’est pourquoi nous allons mettre en place très rapidement un arsenal de mesures fermes et radicales pour que ces incidents ne se reproduisent plus jamais au Stade Saint-Symphorien. Une consultation est en cours avec nos conseils pour finaliser ces mesures.»

Photo : DR - Article publié le 5 décembre 2016

© Moselle Sport 2022 | Conditions générales de vente | Politique de confidentialité