Moselle Sport, votre mensuel n°1 sur le sport mosellan

Allez, on passe à autre chose

Incapables de marquer le moindre but en 120 minutes de temps à un pensionnaire de Ligue 2, le FC Metz est donc éliminé de la Coupe de France alors qu’un quart de finale à domicile contre une autre équipe de Ligue 2 (Auxerre) lui tendait les bras. Presque inoffensifs et difficilement en position de mettre en danger le portier brestois, les Messins ont quitté la Coupe de France tête basse, sans s’être vraiment rassurés avant trois matchs périlleux pour le maintien (Guingamp, Reims et Evian).

Chaque semaine, c’est la même rengaine et ça ne fait sourire personne. Metz ne sait plus marquer. Jeudi, face au dauphin du championnat de Ligue 2, le Stade Brestois, ce fut les Bretons qui ont les meilleures occasions du match et qui n’ont finalement pas volé cette qualification que Metz ne voulait pas. Les débuts de Sassi et d’Ikaunieks n’ont pas suffi, les Grenats se sont contentés de persévérer à passer par l’axe en oubliant que les ailes pouvaient être une solution viable. Malgré cette contre-performance, Albert Cartier se voulait positif : «Malgré l’élimination, j’ai vu énormément de points positifs ce soir. On a été costaud défensivement. On a été capable de garder le ballon, ce qui était rarement le cas. On était bien organisé. C’était cohérent mais il nous a juste manqué un peu plus de tranchant, plus de vitesse et plus d’agressivité. Maintenant c’est à 200% pour le match face à Guingamp.»

 

Pour Sylvain Marchal, l’un des deux tireurs avec Jérémy Choplin à échouer sa tentative, le positivisme n’est pas à l’ordre du jour : «Tout ça pour ça je dirais. Dur de se faire sortir après 120 minutes de jeu et surtout à trois jours d’un match important (réception de Guingamp, dimanche à 17h00). Ce n’était pas la meilleure façon de le préparer. On a pourtant eu la possession du ballon mais il nous a manqué ce changement de rythme, cette percussion qui fait la différence. On n’a pas le choix dimanche. Il faudra marquer et gagner.»

 

Après 120 minutes d’un match triste, les Brestois repartent de Saint-Symphorien avec le quart de finale en poche alors que les Messins devront se concentrer à 100% sur le maintien, et cela passe dès dimanche par un match contre Guingamp. Et il est temps de se réveiller…

Photo : DR - Article publié le 13 février 2015

© Moselle Sport 2022 | Conditions générales de vente | Politique de confidentialité