Moselle Sport, votre mensuel n°1 sur le sport mosellan

A quand le réveil ?

Une attaque en berne, des choix qui posent question, aucune victoire lors des douze derniers matchs, le FC Metz va mal. Lanterne rouge du championnat, Albert Cartier ne trouve pas les solutions pour sortir les Grenats de cette mauvaise passe. Pis, le coach messin, qui a toujours joui d’une bonne cote auprès des supporters, commence à agacer dans les travées de Saint-Symphorien. Il est temps de se réveiller.

Chaque semaine, le constat est malheureusement tout le temps le même. Un match important pour le maintien et au final, rien de nouveau sous le soleil pour un FC Metz d’une tristesse absolue, incapable de marquer depuis 270 minutes, une fois de plus réduit à dix et dans l’incapacité de conclure les quelques possibilités de but, à l’image de l’incroyable loupé de Romain Métanire à la 37e minute. « On a fait preuve d’enthousiasme avec une bonne première mi-temps. On a résisté face à la ferveur bastiaise », a expliqué Albert Cartier après le match. Une « bonne » première mi-temps qui, outre l’énorme occasion de Métanire qui manque son face à face face à Aréola après un amour de ballon de Krivets, a souligné les faiblesses de Metz, surtout malmené par Kamano (27e et 33e) et Sio (36e) et averti à 3 reprises (N’Daw, Palomino et Milan). Une tension palpable sur le terrain qui n’a pas aidé les Grenats.

 

La deuxième période n’a fait que confirmer les difficultés messines de la première mi-temps, bien aidé par Guido Milan, incapable de se canaliser après un premier avertissement, et qui a laissé ses coéquipiers à dix dès la 50e minute ! « J’avais demandé à la mi-temps à mes joueurs déjà avertis d’être vigilants, de se retenir et d’éviter les fautes. A dix contre onze, c’était effectivement plus compliqué mais pas impossible. » La deuxième grosse occasion messine du match (N’Daw, 60e) va définitivement enterrer les Messins puisque Kamano profitera d’une tentative d’Ayité pour ouvrir le score sur une magnifique frappe dans la lucarne de Carrasso (65e). La suite a ressemblé à un long chemin de croix pour les Grenats, punis sur pénalty par Boudebouz, après une faute de l’entrant Marchal sur Floyd Ayité, encore lui.

 

« Ce groupe est vivant et se bat, preuve en est la prestation, par exemple, du jeune Phillips. Il faut tout dire aux joueurs, les choses positives comme négatives à chaud dans le vestiaire. On n’a pas été au bout de ce qu’on voulait faire ce soir par manque de lucidité et d’efficacité. » L’efficacité, un vrai problème pour les Messins qui n’ont pas marqué le moindre but depuis trois matchs. La défense aussi pose question. 14 buts encaissés en 8 matchs, et de multiples combinaisons essayés depuis le début de saison dans l’axe central : Marchal-Choplin, Choplin-Milan, Milan-Palomino, Marchal-Palomino… et au final, rien de très hermétique. Quelles solutions pour Albert Cartier pour sortir Metz de la zone rouge ?

 

« On doit se remobiliser le plus tôt possible. Je pense aux anciens comme Marchal, Malouda, NDaw ou Lejeune qui auront le rôle de remobilisateurs avant des matches très importants. » Le plus tôt sera le mieux.

Photo : DR - Article publié le 9 février 2015

© Moselle Sport 2022 | Conditions générales de vente | Politique de confidentialité