TRAORE Adama « Noss »

Club : FC Metz

Date de naissance : 28/06/1995

Lieu de naissance : Bamako (Mali)

Biographie


Arrivé dans les derniers instants du mercato 2019, en prêt de l’AS Monaco, l’international malien souffre d’une image trouble au sein des observateurs du football français. Celui d’un gamin bourré de talent, promis à un avenir radieux mais handicapé par un physique trop fragile. Ses premières prestations laissent présager le meilleur pour le FC Metz. « Je me sens très bien ici, sourit le joueur. J’ai été beaucoup embêté par le passé par des blessures, notamment par une, contractée à la cheville, qui ont quelque peu brisé mon élan. Mais j’ai effectué une bonne préparation physique cet été avec Monaco, aux côtés de Bob Tahri notamment. » Lors de ses quatre premières apparitions sous le maillot grenat, Adama Noss Traoré a déjà délivré deux passes décisives (contre Amiens et à Saint-Étienne) et s’est vite mis le stade dans la poche avec ses performances abouties. Même si le physique pèche encore un peu. « C’est vrai qu’il est un peu fatigué sur la fin, mais c’est un joueur qui n’a pas l’habitude d’enchaîner les matches », soulignait son entraîneur, Vincent Hognon, après le match nul des Grenats contre Toulouse (2-2). Un physique fragile qui ne lui a permis de jouer que 22 fois avec l’AS Monaco depuis sa signature dans la Principauté en 2015. « J’ai souvent été blessé, c’est vrai. Et ça m’a empêché de progresser avec l’AS Monaco. J’espère que tout cela est derrière moi pour que je puisse montrer réellement de quoi je suis capable. » À Saint-Étienne comme face à Toulouse, et même lors de sa courte rentrée contre Amiens, le joueur de 24 ans a montré des prédispositions intéressantes, une petite flamme qui pourrait embraser le jeu messin si « Noss », comme il est surnommé, était amené à enchaîner les matchs sans pépin physique. « C’est comme ça que l’on me surnomme chez moi, tout le temps (sourire). Personne ne m’appelle par mon prénom, en réalité. Il faut savoir qu’au Mali, tous les Adama sont surnommés « Noss ». »

Vendu par Lille à Monaco pour 14 M€

Membre de l’académie Jean-Marc Guillou après avoir été repéré dans son club malien, il débarque à Lille en décembre 2013, en compagnie de son compatriote Youssouf Koné, aujourd’hui à l’Olympique Lyonnais. « J’ai commencé le foot dans la rue, comme pas mal d’enfants au Mali, expliquait-il lors de son arrivée au LOSC. Vers douze ans, j’ai intégré l’Académie Jean-Marc Guillou. En sortant, cinq ans après, j’ai signé à l’AS Bakaridjan, un club de D1 malienne, mais je n’y ai disputé que trois matchs avant de me blesser à la cheville, puis de partir au LOSC. D’abord pour me faire soigner et pour intégrer le centre de formation. » Surveillé par le PSG, Monaco et Lille, Traoré accepte de faire un essai à Abidjan, en Côte d’Ivoire, en compagnie de Youssouf Koné. Les deux joueurs sont recrutés par le LOSC à l’hiver 2013-2014. « Le club m’a d’abord prêté à Mouscron pour six mois. Au départ, c’était difficile, il fallait s’habituer à un nouveau climat. Il faisait très froid. Et puis les terrains sont différents. En Belgique, nous étions quelques jeunes à nous entraîner avec le groupe pro pendant la semaine, mais à jouer en réserve le week-end. J’ai finalement disputé deux matchs avec l’équipe A, alors entraînée par Rachid Chihab. Il m’a beaucoup fait progresser tactiquement, car au début, j’avais du mal à me placer. J’étais un peu perdu. Le fait de côtoyer des joueurs plus âgés m’a aussi aidé. » De retour à Lille à l’été 2014, il est utilisé par son coach, René Girard, à 24 reprises toutes compétitions confondues et marque deux buts cette année-là. L’AS Monaco flaire le bon coup et l’achète au club nordiste pour 14 M€. Gêné par les blessures, il se fracture la cheville en octobre 2015 et s’éloigne des terrains – et de l’équipe – monégasques durant de nombreux mois.

Fan de Ronaldinho et de Messi

Prêté successivement à Rio Ave (Portugal) et au Cercle Bruges (Belgique), « Noss » se préfère en « 8 ou en 10 » quand les dirigeants grenats le voient également comme une solution sur un côté, au besoin. « Il peut jouer dans différentes positions autour de l’attaquant, analyse Philippe Gaillot. C’est une arme de plus qui a la capacité de trouver des bonnes passes et de débloquer des situations. » Proche du milieu parisien Idrissa « Gana » Gueye du temps où il le côtoyait à Lille, Adama Traoré aimerait suivre les pas de ses idoles. « Je parle souvent avec Idrissa Gueye qui me donne beaucoup de conseils, comme le fait de travailler comme un fou à l’entraînement et de ne penser qu’au foot. Il a vécu la même chose que moi il y a quelques années : l’arrivée en Europe, la découverte d’un nouveau monde. Et il a réussi à devenir un titulaire. C’est un grand joueur. Quand j’étais petit, mon idole était Ronaldinho. J’essayais toujours de reproduire ses dribbles. Aujourd’hui, je suis vraiment un grand fan de Lionel Messi. » Avant de penser à imiter ses idoles, le joueur devra montrer son potentiel pour un jour espérer jouer régulièrement dans un grand club. Le Malien est toujours suivi attentivement par son club, Monaco, croyant en son fort potentiel. « On va suivre son évolution, c’est un joueur en qui on croit beaucoup », a indiqué Leonardo Jardim, le coach de l’ASM. À lui de faire le job.


Articles