SIGNORINO Franck

Club : Retraite sportive

Date de naissance : 19 septembre 1981

Lieu de naissance : Nogent-sur-Marne

Biographie


Né en 1981, à Nogent-sur-Marne, Franck Signorino rejoint le centre de formation du FC Metz en 1997, à 16 ans, après un court passage à l’INF Clairefontaine. « Mon année à l’INF ne s’est pas très bien passée car j’avais un souci de croissance à l’époque. Du coup, les dirigeants ne m’ont pas conservé et m’ont dit que je ne deviendrais jamais footballeur professionnel. » Metz pourtant, y croit. Le club engage le jeune arrière gauche sans lui faire signer de contrat espoir et s’acquittera d’un contrat aspirant que deux ans plus tard, en 1999. « Quand j’ai signé ce contrat, j’ai vécu une saison compliquée puis je n’ai pas joué de mars à octobre en raison d’une fracture de fatigue puis d’une mononucléose. Francis De Taddeo décide alors de me faire résigner une année aspirant supplémentaire pour me laisser le temps de « grandir » tranquillement. »
Bonne pioche pour Francis De Taddeo. Franck Signorino débute sa carrière professionnelle en janvier 2002, lancé dans le grand bain par Gilbert Gress,. Il ne quittera plus jamais l’équipe première. Deux saisons et demi sur le flanc gauche de la défense pour celui qui deviendra vite le chouchou de Saint-Symphorien. Une histoire qui aurait pu se répéter, en 2010, lorsque Franck, sans club, fréquente la CFA du FC Metz pour se maintenir en forme après sa rupture de contrat avec Getafe. « J’ai été très déçu que le club ne me tende pas la main à ce moment-là, avoue Franck. J’étais libre de tout contrat, je pense que j’étais apte à pouvoir donner un coup de main à un club qui connaissait des difficultés en championnat. Le FC Metz ne m’a jamais rien proposé. Pourtant, au niveau financier, j’étais très largement dans leurs cordes. Je n’ai pas compris. Le seul qui m’a tendu la main est José Pinot qui m’a permis de rester en forme en m’entraînant avec la CFA. Je lui en suis très reconnaissant. »

Après Metz, Franck Signorino s’envole pour Nantes et son projet ambitieux, renforcé à coups de millions et le recrutement de l’international suédois Christian Wilhelmsson, du Camerounais Alioum Saïdou ou le Marocain Nordin Boukhari. Il reste deux ans en Loire-Atlantique et quitte le club, relégué en Ligue 2, pour Getafe et l’Espagne. Un temps de jeu faible l’envoie en prêt à Carthagène avant de le faire quitter Getafe pour Charleroi (Belgique). Puis il a, un temps, fait partie des chômeurs de l’UNFP avant de rejoindre Laval en septembre 2011.

« Ma saison en Ligue 2, à Laval, a prouvé à beaucoup d’observateurs que je n’étais pas « cramé » et que j’avais encore le niveau de la Ligue 1 à bientôt 31 ans. Prouver aux gens qui doutaient que mes blessures étaient derrière moi et que je n’avais pas perdu tout mon football. » Élu meilleur arrière gauche de l’exercice 2011-2012 par le bi-hebdomadaire France Football, Franck Signorino, le Lavallois, renaît de ses cendres en effectuant 30 matches avec les « Tango et Noir ». Une première depuis… son départ de Nantes, il y a cinq ans. « J’ai pris beaucoup de plaisir à évoluer sous les ordres de Philippe Hinschberger. Le Stade Lavallois m’a permis de me relancer et de faire une grosse saison.»

Et c’est tout logiquement que Signorino rejoint Reims, en juin 2012. « Mes premiers contacts avec le Stade de Reims remontent à 2011. Le club m’avait sollicité pour les rejoindre mais j’étais en pourparlers avec un club de Ligue 1 à qui je donnais ma priorité. L’affaire ne s’est pas faite, ils ont pris quelqu’un d’autre et j’ai rejoint Laval en septembre. Juste un problème de timing.  J’avais des touches sérieuses avec Auxerre et Valenciennes mais j’ai été sensible au projet sportif du président et de l’entraîneur. Je suis ravi de rejoindre un club de Ligue 1 avec une telle histoire. C’est pour moi l’occasion de prouver que je n’ai pas disparu du paysage sportif français. »

De 2012 à 2016, Franck porte brillamment le maillot de Reims et rejoint Metz pour une dernière année sportive.

A la fin de la saison 2016-2017, Franck Signorino met un terme à sa retraite sportive. Il travaille aujourd’hui pour l’UNFP.


Articles


« Je me suis vite demandé ce que je faisais ici »

Après dix années et 262 matchs en Ligue 1, Franck Signorino a décidé de raccrocher les crampons... Lire la suite

Signorino, Nguette, Erding, Falette… qui pour la suite ?

Le mercato estival du FC Metz a bien débuté avec les arrivées de deux joueurs rompus aux... Lire la suite

FC Metz : le bateau ivre

De la victoire de la Coupe de la Ligue en 1996 face à l’Olympique Lyonnais à la rétrogradation... Lire la suite