SIDIBE Mariam

Sport : Volley-ball

Club : Terville-Florange OC Volley

Date de naissance : 17 mai 1993

Biographie


Le destin fait bien les choses. Réunies sous le même maillot (et sous le même toit) depuis un an, Mariam Sidibé et Tiphaine Sevin se connaissent depuis une dizaine d’années et ont débuté le volley-ball ensemble, à Colombes, en région parisienne. Clin d’œil du passé. « Nous étions dans la même école avec Tiphaine et je l’ai suivi pour essayer le volley puisque j’étais déjà grande pour mon âge et j’avais le physique pour faire ce genre de sport. Ça m’a plus tout de suite. » C’est au club de Levallois que Mariam Sidibé débute, aux côtés de Tiphaine Sevin, revenue au TFOC l’été dernier. « J’étais avec ma copine, c’était le principal. J’ai progressé assez vite au point de rejoindre Toulouse en 2010. » Elle n’a alors que 17 ans. « J’ai beaucoup appris là-bas auprès de très bons entraîneurs. Je n’y suis restée qu’une seule année mais cela reste un très bon souvenir. »

Un passage à Saint-Raphaël (« c’était spécial, je n’ai pas apprécié la façon de coacher de l’entraîneur ») avant l’arrivée au TFOC en 2012. Une première saison réussie avec la montée en Ligue A et une victoire en Coupe de France amateurs pour l’une des benjamines de l’effectif de Terville-Florange. « Même si la victoire en Coupe de France reste un moment magique, le match remporté contre Vandœuvre-Nancy pour la montée en Ligue A reste le meilleur souvenir. On attendait tellement ça. » Centrale d’avenir, décrite comme ambitieuse malgré sa grande timidité, Mariam Sidibé est aussi consciente qu’il va falloir confirmer sa belle saison sous les couleurs tervilloises pour ne pas voir la jeune garde, Eliisa Peit (Estonie) en tête, lui prendre sa place.

Originaire du Mali et née en France, Mariam Sidibé ne cache pas son ambition de découvrir le très haut niveau dans les années à venir, à condition de continuer à briller sous les couleurs de Terville-Florange… sans pour autant rêver de la tunique bleue. Étonnamment. « L’équipe de France ne me botte pas et je n’ai pas d’attirance pour ce maillot bleu. Ce n’est pas mon rêve. Mon rêve serait plutôt de remporter le championnat de France. » Celle que ses coéquipières décrivent comme réservée et manquant parfois de confiance en elle est le grand espoir de l’effectif mosellan. « Mariam est quelqu’un de réservé, certes, mais aussi de très joyeux, conclut son compagnon depuis deux ans. Je lui reproche parfois d’être un peu flemmarde et je-m’en-foutiste dans la vie de tous les jours. Sur le terrain, par contre, ce n’est pas le cas. Elle se battra pour conserver son poste sans relâche. » Le diamant ne demande qu’à briller.


Articles