ROUSSEL Jérémy

Club : Chartres Handball Métropole 28

Date de naissance : 15 juin 1978

Lieu de naissance : Clermont-Ferrand

Biographie


Ancien joueur, Jérémy Roussel débute sa carrière de coach à Aurillac, alors en Nationale 2. Une première expérience utile. « À Aurillac, j’ai vécu une aventure assez extraordinaire dans tous les sens du terme, bon comme mauvais. Nous sommes passés de Nationale 2 à la 1re Division en cinq ans, dans une région où le handball n’est pas forcément dans la culture locale. Ce club a tout connu très vite, trop vite et on a connu ce phénomène de croissance non maîtrisée et ça s’est terminé par un dépôt de bilan assez dramatique. J’ai été joueur de N2 jusqu’à D2 et au moment de basculer en D1, je suis passé entraîneur. Ce n’est jamais simple et toujours complexe de coacher des joueurs avec lesquels j’avais joués et qui étaient mes copains. Il fallait que ma manière de me comporter avec eux change. Ça s’est bien passé. » 

Ancien entraîneur d’Aix-en-Provence chez les garçons entre novembre 2010 et janvier 2014, Jérémy Roussel « récupère » l’équipe masculine de handball était alors en deuxième division. Après avoir réussi à faire monter le club dans l’élite, le coach s’est retrouvé avec deux joueurs de renom, les internationaux Nikola et Luka Karabatic. «Aix, c’était une très belle expérience. J’ai repris Aix en cours de saison après quelques mois sans travailler, alors que le club était en D2. Nous devions monter l’année suivante, c’est ce qu’on a fait en terminant champion de France de Pro D2. Il fallait coacher en D1, en cours de saison, nous avons accueilli Nikola Karabatic et là aussi, ce fut une expérience riche.»

Sans Nikola Karabatic la seconde saison en D1, parti au FC Barcelone, Jérémy Roussel tente tout de même d’amener Aix vers les sommets. Des problèmes en interne avec la direction amène l’entraîneur à cesser son aventure aixoise en janvier 2014. « Sur le fond, je comprends les dirigeants d’Aix d’accueillir un entraîneur qui est considéré comme l’un des trois meilleurs techniciens du monde (Zvonimir Serdarusic, NDLR) avec une expérience incroyable. Indépendamment de ma qualité, il était intéressant pour eux de saisir cette opportunité-là. Après, sur la forme, cela aurait pu se passer de manière différente mais je ne sais pas s’il y a une bonne façon de se séparer de quelqu’un. Je n’ai pas de regret.»

Six mois plus tard, il décide de rejoindre Metz Handball, en Ligue féminine de handball, pour sa première expérience chez les filles, à 36 ans. « Le président Thierry Weizman m’a appelé et nous nous sommes rencontrés rapidement. Pendant notre entretien, j’ai tenté d’afficher ma personnalité, ma philosophie de jeu, la manière – très générale – dont je vois les choses car pour être plus précis, il faut s’immerger dans la structure. Metz est un beau défi. »

Un défi qui aura duré un an et demi, le temps de gagner (juste) une coupe de France. En décembre 2014, Jérémy Roussel décide de se libérer de son contrat pour retourner dans le championnat masculin, à Chartres, lanterne rouge de la LNH.


Articles


Metz continue son recrutement

Après avoir annoncé la signature d'Alice Lévêque et de Marion Maubon, l'arrière gauche et... Lire la suite

Une recrue à Metz Handball !

Le club messin, qui s'apprête à perdre Gervaise Pierson, Yvette Broch et Kristina Liscevic, s'est... Lire la suite

Une chance pour Metz

Solides vainqueurs des Suédoises de Sävehof (23-21), les Messines ont encore une chance... Lire la suite