REMETTER François

Sport : Football

Club : Retraite sportive

Date de naissance : 8 août 1928

Lieu de naissance : Strasbourg

Biographie


Il n’aurait jamais dû devenir gardien de but. Car c’est en tant qu’attaquant que François Remetter a rejoint le Racing Club de Strasbourg en 1946, à l’âge de 18 ans. Mais à force de se prendre au jeu d’aller tenter d’arrêter les frappes de ses coéquipiers à l’entraînement, Remetter a vite compris qu’il avait un talent inné pour arrêter les tirs et s’est logiquement installé dans les buts strasbourgeois de l’équipe réserve à la demande de son entraîneur, Émile Veinante. Ce même Émile Veinante qu’il retrouvera en 1950 en signant au FC Metz, alors en Ligue 2. Membre de l’équipe de France militaire dès 1947, François Remetter devient champion du monde militaire avec les Bleus et devient rapidement un gardien respecté dans le championnat de France. À Metz, Remetter en impose et devient rapidement l’un des meilleurs gardiens français de la période d’après-guerre et permet aux Grenats de retrouver l’élite dès la première saison, dans une période délicate pour le club, marqué par les stigmates désastreux de la Seconde Guerre mondiale. En 1951, Metz retrouve la Division 1 et fait l’exploit de terminer à la cinquième place du classement. La bande à Remetter, Fuchs, Cisowski et Dosdat fait de ce récent promu un redoutable adversaire.

Les performances remarquées de François Remetter l’envoient en équipe de France. En 1953, le sélectionneur national, Pierre Pibarot, fait appel pour la première à Remetter, 25 ans. Ses performances en Bleu lui permettent de participer à la Coupe du Monde 1954 en Suisse – où la France ne dépassera pas les stades des groupes de qualification – avant de quitter Metz pour Sochaux, lors de l’été 1954. Gardien virevoltant, il fait le bonheur des Lionceaux durant trois ans avant de faire un an à Bordeaux puis Grenoble et Limoges – où il fera quelques apparitions en tant qu’attaquant ! – avant de doucement terminer sa carrière entre Strasbourg, le club de ses débuts et Limoges, son dernier club. Il raccroche à 38 ans, en 1966, après avoir participé à deux Coupes du Monde (1954 et 1958), joué 26 fois pour les Bleus et marqué toute une génération de futurs gardiens de but.


Articles