MATHIS Anne-Sophie

Sport : Boxe

Club : Dombasle Boxe

Date de naissance : 13 juin 1977

Lieu de naissance : Nancy

Biographie


Anne-Sophie Mathis est détentrice des titres WIBA, WBF, WIBF, WBO en poids Welters (66,700 kg et pas un gramme de plus…). Depuis l’âge de 15 ans, c’était surtout dans le kickboxing que Mathis brillait. « J’ai perdu mon père très jeune, j’avais 13 ans, et j’étais difficilement contrôlable. J’ai suivi mon petit ami de l’époque dans le club de pieds-poings de Vandœuvre pour me défouler sur un ring plutôt que dans la cour de récré ou dans le quartier, précise-t-elle. Mon impulsivité de l’époque me posait pas mal de problèmes. Et le fait de m’exercer à la boxe m’a permise de me sentir bien, d’extérioriser de façon plus saine mes soucis de jeunesse. » Puis Anne-Sophie rejoint le Punch de Nancy (club de toutes boxes confondues) à 17 ans sous la houlette de l’ancienne championne française de kickboxing, Valérie Hénin. « C’est aussi grâce à elle que j’ai eu envie de percer dans la boxe. Je me voyais à travers Valérie et avait envie d’avoir le même niveau qu’elle », se souvient Mathis. Et c’est le combat de « trop » qui enverra Anne-Sophie du kickboxing à la boxe anglaise. Sa jambe s’en souvient encore. « Même tarif que lors de ma seule défaite en boxe anglaise. J’ai répondu favorablement à une proposition de combat une semaine avant. Sans trop de préparation, je me suis fait « exploser » la jambe en finale mondiale contre une Française. Et c’est à ce moment-là que je me suis rendu compte que j’étais bien meilleure avec les poings qu’avec les jambes. Je suis passée en boxe anglaise. » Avec le succès que l’on sait.

En 1999, Anne-Sophie Mathis rejoint le club de boxe de Dombasle-sur-Meurthe, une référence en Lorraine. « Je voulais travailler avec René Cordier mais lui ne me voulait pas car il n’avait jamais entrainé une fille en compétition. À force d’insister, je l’ai eu à l’usure (rires). » René Cordier, monstre sacré de la boxe en Lorraine, au club depuis 1961 et ancien champion régional prend Mathis sous son aile. Obligé de faire combattre Anne-Sophie Mathis en Allemagne à ses débuts car la France ne délivrait pas de licences aux filles en compétition au début des années 2000, Cordier a eu un rôle déterminant dans la brillante carrière de la boxeuse de Dombasle. « Je suis son entraîneur, un ami, un père… je suis tout à la fois avec Anne-Sophie. Je la vois plus que ma propre femme ! Mais je ne suis pas plus tendre avec elle qu’avec les autres. C’est une battante avec un tempérament de feu. Ce mental extraordinaire est sa plus grande qualité », avoue René Cordier.

Recrutée comme Agent de Surveillance des Voies Publiques (ASVP) par la ville de Nancy en 2015, Anne-Sophie Mathis ne lâche pas tout de suite la boxe pour autant, elle a repris une licence pour une année, mais ne devrait plus combattre en compétition.


Articles


Mathis s’incline face à Braekhus

Elles sont trois à régner sur la boxe féminine et l’une d’elles est Française. Anne-Sophie... Lire la suite