HALLAY Imaad

Sport : Athlétisme

Club : Retraite sportive

Date de naissance : 15 avril 1984

Lieu de naissance : Thionville

Biographie


2010. Imaad Hallay vogue alors sur les flots du succès de son titre de champion d’Europe du relais 4x100m, des étoiles plein les yeux. À cette époque, les ambitions sont élevées et le Thionvillois vise les JO de Londres. Une saison 2011-2012 compliquée sur le plan personnel et sportif aura raison de sa participation aux olympiades britanniques. Le début de la fin. « J’ai été très déçu par mes dernières saisons. Je suis passé par toutes les pensées. Une certaine lassitude venait entourer mes préparations. Arrêter fut une décision rationnelle. Je pars de ce milieu avec des souvenirs de bonheur et de plaisir. C’est le plus important. » Ingénieur à l’UEM de Metz depuis 2011, Imaad ne voulait plus négliger un métier qui le passionne. « Je m’étais engagé avec Pascal Lacombe pour m’entraîner à Strasbourg en 2011. Mais les trajets plus les entraînements me faisaient perdre beaucoup d’énergie. J’ai alors cessé cette collaboration pour retrouver mon coach de toujours, Patrice Ragni. » Mais la motivation se fait moins présente et son métier lui prend beaucoup de temps. « Faut être clair, j’ai fait une saison 2011-2012 merdique. Je me suis essayé aux haies, sans succès. Arrêter était la meilleure solution. Ma reconversion était déjà là, la fin n’en est que plus facile. »

Recordman de Lorraine sur 100 et 200 mètres, champion de France du 200 mètres et médaillé d’or aux championnats d’Europe de 2010, Imaad Hallay peut être fier de son parcours. « Je suis très heureux de ma carrière même si on peut toujours faire mieux. Peut-être aurait-il fallu que je sois un peu plus guerrier dans ma tête et laisser les problèmes personnels de côté. » 2010 aura finalement été l’année d’Imaad Hallay : un record de Lorraine du 100 m, battu à deux reprises, une 4e place aux championnats de France sur la distance reine et une sélection en équipe de France dans le relais 4x100m couvert d’or à Barcelone. Lancé dans le grand bain en série à la place de Lemaître, alors préservé, Imaad avait lancé la course qui qualifiera le relais tricolore pour la fameuse finale qu’il regardera des tribunes. « J’ai énormément de souvenirs de ce matin-là où j’ai couru les séries. Ce stade olympique Montjuic de Barcelone, c’était mon stade Maracana à moi. Tout était grand, on avait l’impression que tout était plus large et plus long. » Un moment gravé dans sa mémoire, sept ans après avoir foulé pour la première fois les pistes d’athlétisme. « La première fois que je suis allé au stade à Tomblaine, j’avais pour ambition de battre le record de Lorraine. Le record datait de plus de 30 ans, de mémoire. Et j’y suis parvenu. C’est une fierté. » Ce fan de Frankie Fredericks n’en a pas fini avec la pratique sportive. « Bizarrement, je n’éprouve pas de manque et j’appréhende que cela m’arrive un jour. Peut-être suis-je dans la négation de mon arrêt de carrière de sportif de haut niveau. En tout cas, je profite de tout le temps que je n’avais pas par le passé pour faire plein de choses. Et surtout du sport. » Une belle façon de débuter une nouvelle vie.


Articles


Des nouvelles de… Imaad Hallay

Septembre 2010, pour le quatrième numéro de Moselle Sport, nous rencontrions Imaad Hallay, tout... Lire la suite