CARTIER Albert

Club : FC Sochaux-Montbéliard

Date de naissance : 22 novembre 1960

Lieu de naissance : Vesoul

Biographie


Son histoire d’amour avec le FC Metz a eu beau connaître des crises, Albert Cartier parle toujours du club avec tendresse. « Metz, c’est mon club, ma maison », répète-t-il. Repéré à Vagney (Vosges) puis formé à l’INF Vichy (ex Clairefontaine, NDLR), Albert Cartier rejoint l’AS Nancy-Lorraine en 1980, à l’âge de 20 ans, qui avait monté l’un des tous premiers centres de formation de France. « Nancy, c’était surtout Michel Platini et un club en plein essor. » Des débuts tonitruants en position d’arrière latéral puis dans l’axe de la défense aux côtés du futur international Philippe Jeannol, mais dans un club qui perd de son rayonnement année après année. Le début des ennuis pour l’ASNL. « Quand je signe à Nancy, le club joue les cinq premières places. Et les années suivantes, le club cède de plus en plus de joueurs clés et les ambitions sont revues à la baisse. » Les trois dernières années aux côtés d’Arsène Wenger sonne le glas du club en 1ère Division. Nancy est en D2 en août 1987. Albert Cartier, courtisé par Saint-Étienne, Marseille et Metz décide d’aller chez le voisin. Une histoire d’hommes. « Le président Carlo Molinari me courtisait depuis l’INF Vichy. Sa fidélité m’a fait chaud au cœur et j’ai préféré Metz à Saint-Étienne » Ce désir énorme de Carlo Molinari et de Marcel Husson est payant. Cartier passe huit ans sous les couleurs messines et forme avec Sylvain Kastendeuch, un duo de choc. Le défenseur central connaît même son heure de gloire en étant appelé en équipe de France, le 8 mars 1989, en Écosse, pour un match qualificatif pour la Coupe du Monde 1990. Sans jouer.

 

À Metz, Cartier remporte la Coupe de France dès sa première saison face à Sochaux (1988) et s’impose comme un leader au sein d’un groupe solidaire. « Au-delà du talent, c’est l’état d’esprit qui était extraordinaire. Un groupe fantastique fait de copains qui donnaient leur vie sur le terrain pour les autres. » Huit années de bonheur et à l’orée de ses 35 printemps, Albert Cartier sent le vent tourner, poussé par un jeune joueur camerounais aux dents longues et au niveau indiscutable, Rigobert Song. En 1995, Cartier range ses crampons et devient l’adjoint de Joël Muller durant cinq ans et demi. Entraîneur, une vocation. « On le devient par vocation surtout. Quand j’ai remplacé Joël Muller en décembre 2000, j’ai aussi appris le rôle de n°1 dans des conditions difficiles. Un club aux moyens financiers limités et pour le coup, qui ne m’avait pas laissé trop le temps de travailler. » Pendant son court mandat, Cartier doit prendre la difficile décision d’écarter un Kastendeuch vieillissant (38 ans) pour y installer Grégory Proment en défense et subit les pires maux. Un an seulement après sa nomination, Cartier est licencié pour manque de résultats. En 2002, un fusible saute, comme Gilbert Gress six mois après lui. L’époque de l’instabilité pour le FC Metz, et du début de l’histoire belge d’Albert Cartier.

 

Entraîneur successivement de La Louvière, Brussels, Mons, Tubize et Eupen, avec une parenthèse grecque à Panthrakikos, Albert Cartier se fait les dents outre-Quiévrain et revient à Metz, à la surprise générale, en mai 2012, au lendemain de la relégation du club mosellan en National, prenant la difficile suite de Dominique Bijotat. Et la seconde fois sera la bonne. Avec deux montées successives en Ligue 2 puis en Ligue 1, Cartier réitère avec Metz ce que Guingamp, Bastia ou Evian avait fait avant lui.

 

Il effectue sa dernière saison au FC Metz en 2014-2015 en Ligue 1 mais ne pourra pas empêcher son club de descendre en Ligue 2 à l’issue de la saison. Remplacé par José Riga en juillet 2015, il rebondit au FC Sochaux-Montbéliard en octobre 2015 en remplacement d’Olivier Echouafni.


Articles


Entraîneurs limogés : un nouveau sport national ?

En France, on est champion. Dans plein de domaines. Mais il y en a un où on est presque aussi... Lire la suite

Freitas in, Cartier dans l’attente

Le FC Metz a officialisé l'arrivée d'un nouveau directeur sportif en la personne de Carlos... Lire la suite

Metz-Lille, l’album photo

Retour en images sur la dernière journée de championnat qui s'est soldée par une cuisante... Lire la suite