BONG Gaëtan

Sport : Football

Club : Olympiakos Le Pirée (Grèce)

Date de naissance : 25 avril 1988

Lieu de naissance : Sakbayeme (Cameroun)

Biographie


L’une des grandes fiertés de la formation messine, de la génération des Bassong, Gestede et Pjanic, et aussi bizarre que cela puisse paraître, Gaëtan Bong n’a que très peu joué en pro avec Metz (20 matches en trois saisons). Entre blessures et changement d’entraîneur, les débuts du jeune franco-camerounais ne sont pas aisés.

« Mes débuts professionnels avec le FC Metz ont été perturbés par de nombreuses blessures qui ne m’ont pas permis d’enchaîner les matches lors de mes premiers pas dans le groupe pro. Au-delà des blessures, il y a aussi la question de la confiance du staff à mon encontre. J’ai rejoint le club à 13 ans, et au centre de formation, il y avait beaucoup de personnes qui croyaient en moi. Puis, quand je suis arrivé en pro, la donne a quelque peu changé. Car, les formateurs n’ont plus de pouvoir et c’est au staff technique de décider qui doit jouer ou non. Entre blessures et changement d’entraîneur, je n’ai trop eu ma chance de montrer ma valeur avec le FC Metz. Et pour un club formateur comme Metz, je pense qu’il faut aller au bout de ses convictions et imposer sa philosophie. Mon prêt à Tours m’a permis de faire ce que je n’ai pas eu la chance de montrer à Metz. Ce manque de confiance à Metz m’a été favorable finalement, donc je n’ai aucun esprit revanchard envers le club mosellan. »

1er match en Ligue 1 en décembre 2005 à Sochaux alors que Bong n’a que 17 ans, l’actuel joueur de l’Olympiakos garde de ce match un excellent souvenir. « Je crois me souvenir qu’on avait fait match nul (1-1, NDLR). C’était enrichissant pour moi de découvrir le plus haut niveau avec Metz d’autant plus que cela ne faisait pas très longtemps que j’évoluais au poste de latéral gauche, car je suis ailier gauche de formation. Je me souviens qu’Omar Daf, qui jouait latéral droit à Sochaux ce jour-là, était venu me féliciter de ma belle performance et qu’il m’encourageait à continuer dans cette voie. On jouait le maintien avec Metz, avec des matches à couteaux tirés chaque week-end et on apprend plus vite dans ce genre de rencontres. »

Prêté à Tours en 2008-2009 a été un tournant dans la jeune carrière du défenseur. « J’étais à un âge (20 ans, NDLR) où je devais confirmer les bonnes premières impressions que j’avais laissées à Metz. J’ai alors eu la confiance de Tours, par l’intermédiaire de Daniel Sanchez, que j’ai rejoint après à Valenciennes, qui m’a permis de faire une grosse saison, lors de laquelle nous avons même fini devant le FC Metz au classement (Tours finira 5e et Metz 6e de ce championnat de Ligue 2 2008-2009, NDLR). »

A l’été 2009, Bong décide de quitter Metz pour Valenciennes après un prêt réussi à Tours. « C’était dans la continuité de ma bonne saison en Ligue 2 et dans la logique de progression de ma carrière. Je repartais un peu à zéro et il fallait que je convaincs le club de leur choix de me recruter, en confirmant la bonne saison que j’avais effectuée à Tours mais également pour progresser et apprendre aux côtés d’un coach, Philippe Montanier, qui m’aiderait à progresser. J’ai eu des propositions de l’étranger et d’autres clubs de Ligue 1 et Valenciennes me semblait la meilleure option. »

Un départ qui ne lui a pas fait oublié son club formateur. « Ce sont les plus belles années de ma vie. Metz, c’est vraiment une famille car j’y suis arrivé jeune et que je suis devenu un homme là-bas. Et si j’ai réussi mon passage à Tours et à Valenciennes, c’est grâce à Metz et son équipe dirigeante, ses formateurs et toutes les personnes qui ont contribué à devenir ce que je suis aujourd’hui. Ils m’ont donné le bagage nécessaire pour devenir un joueur professionnel. À la fin de mon histoire avec Metz, j’ai quelques regrets. Beaucoup de gens croyaient en moi au club mais d’autres pensaient que je ne pourrais pas forcément convenir donc cela ne s’est pas passé comme je l’avais souhaité. Mais je suis content d’avoir permis au FC Metz d’obtenir de l’argent sur mon transfert au VAFC (700 000 euros, NDLR), c’est en quelque sorte une façon pour moi de leur rendre ce qu’ils m’ont apporté durant toutes ces années de formation. »

International camerounais, il participe à la Coupe du Monde 2010 sous la houlette de Paul Le Guen mais pas de la Coupe du Monde 2014. Il joue actuellement à l’Olympiakos Le Pirée après quatre ans à Valenciennes (2009-2013).


Articles