N°104

Novembre

- Hélène Schrub, DG du FC Metz
- Ilona Di Rocco, le grand espoir de Metz Handball
- Charlotte Lorgeré, le plus beau des combats
- Essai de la Peugeot 208 II

L'édito du mois

Metz remonte, tada !

On vit des heures complètement folles. Le sport nous fait vivre des moment de joie unique, du spectacle en veux-tu en voilà, des scènes de liesse populaire… et ça fait du bien. Alors que la Ligue des Champions de football nous offre des remontées historiques – celles de Liverpool face au FC Barcelone ou de Tottenham à Amsterdam – et une finale qu’aucun pronostiqueur aurait pu parier, la Ligue des Champions de handball féminine est historique, aussi, à plus d’un titre. Historique de par la participation de Metz Handball au Final Four, la première de son histoire, à Budapest les 10, 11 et 12 mai derniers. Les Dragonnes qui réalisent, une fois encore, une saison exceptionnelle avec, en plus de ce parcours européen, une finale de championnat à jouer face à Nice et une finale de Coupe de France à remporter face à Brest. Les joueuses d’Emmanuel Mayonnade auront, elles aussi, participé à cette saison de tous les records. Les joueuses du FC Metz ne sont pas en reste, non plus. Loin de l’Europe mais encore en Division 1 après une saison rocambolesque, qui aura vu trois entraîneurs se succédé sur le banc des Grenats. David Fanzel d’abord, Manu Peixoto ensuite et Angélique Roujas enfin, remplaçante éphémère mais fondamentale dans la réussite du maintien du FC Metz obtenu à l’ultime journée, laissant Lille et Rodez basculer en D2. Le FC Metz qui va bien, à commencer par l’équipe réserve qui a obtenu (enfin) sa remontée en Nationale 3 (ex-CFA2), mais surtout grâce au titre de champion de France de Ligue 2 obtenu face à Valenciennes à deux journées de la fin du championnat. L’an prochain, ce sera la Ligue 1. Un titre de champion qu’aimerait obtenir également Metz Tennis de Table, en Pro A dames, alors que les play-offs se dérouleront fin mai. Tout va bien ici, merci.

 

Guillaume Quignon, journaliste