N°94

Décembre

Il y a 20 ans, le fc metz devenait vice-champion de france.
Pirès, Song, Blanchard, Meyrieu, Boffin, Lukic, Rodriguez,
Letizi... ils se souviennent

L'édito du mois

Ce n’est que du football

Qu’est-ce qu’est devenu mon football ? Qu’en avez-vous fait ?
De Metz à Lille, de Paris à Madrid, il ne me plaît plus.
Vous, supporters de France et de Navarre qui vous moquez
De ces riches parisiens qui rêvaient d’une Ligue des Champions, dont ils ont été exclus,
Vous-mêmes qui vous agglutinez dans vos stades de région pour les apercevoir,
Eux, ces joueurs qui vous fascinent, car ils ne jouent pas dans votre cour,
Et surtout celui que vous aimez détester autant qu’il vous fait rêver, le génie critiqué, Neymar.
Même les journaux ne se gênent plus pour applaudir à son tour
La déroute du dernier club français en Ligue des Champions, face au grand Real,
Montrant les limites de notre championnat, fracassé par l’hégémonie anglaise et espagnole.
Mais si ça peut rendre le sourire des jaloux et des médisants, ça sera même transcendantal,
Une haine que l’on voit partout, envers leur président, leur entraîneur, leurs joueurs, leurs idoles,
Rappelant malheureusement que l’on n’a pas toujours les supporters que l’on mérite,
Vomissant leur haine en descendant des tribunes, à Lille, visant les joueurs et leur président,
Alors faites contre mauvaise fortune bon cœur, et n’attendez pas le décès d’une idole émérite,
Capitaine de la Fio et joueur immensément respecté, Davide Astori, que Florence aimait tant,
Pour écrire des jolis mots et laissant les insultes, jalousies et moqueries au placard, l’espace d’un instant.
Car les joueurs vous font rêver, le football vous passionne et reste unanimement le sport le plus populaire,
Ne mordez pas la main qui vous nourrit, qui vous offre autant de peine que de grands moments,
Ou alors attendons la prochaine Coupe du Monde pour avoir – enfin – un comportement unitaire.

 

Guillaume Quignon, journaliste

 

 

 

Les autres numéros